L'odeur du café de Dany LAFERRIERE

Publié le par Hélène

"Da boit son café. J'observe les fourmis. Le temps n'existe pas." p. 16

Le narrateur, petit garçon, évoque ses vacances passées à Petit-Goâve aux côtés de sa grand-mère, Da. Ses souvenirs d'enfance oscillent entre jeux entre camarades, discussions enflammées avec les voisins, maladies qui le clouent au lit, mais surtout observation avide de tout ce qui l'entoure et crée un univers qui résonnera à jamais par la suite dans son âme d'adulte.

"La mer
Je n’ai qu’à me tourner pour voir un soleil rouge plonger doucement dans la mer turquoise. La mer des Caraïbes se trouve au bout de ma rue. Je la vois scintiller entre les cocotiers, derrière les casernes.

La bicyclette rouge
Cet été encore, je n’aurai pas la bicyclette tant rêvée. La bicyclette rouge promise. Bien sûr, je n’aurais pas pu la monter à cause de mes vertiges, mais il n’y a rien de plus vivant qu’une bicyclette contre un mur. Une bicyclette rouge. "

L'auteur dit avoir écrit ce livre pour :

"Ne jamais oublier cette libellule couverte de fourmis.

Ni l'odeur de la terre.

Ni les pluies de Jamel.

Ni la mer derrière les cocotiers.

Ni le vent du soir.

Ni Vava, ce brûlant premier amour.

(...)

Mais j'ai écrit ce livre surtout pour cette seule scène qui m'a poursuivi si longtemps : un petit garçon assis aux pieds de sa grand-mère sur la galerie ensoleillée d'une petite ville de province."

"Je fuyais l’hiver montréalais en remontant le cours de ma mémoire jusqu’à la source chaude de mon enfance. Je quittais aussi le bruit et la fureur que génèrent les métropoles nord-américaines pour me réfugier, au pied de ma grand-mère, sur cette petite galerie de Petit-Goâve. Comme il m’était difficile, à l’époque, de songer à vivre en Haïti avec ma famille, je me suis arrêté à Miami. On a trouvé la maison, dans un quartier tranquille de la ville, devant laquelle j’ai tout de suite planté un bougainvillier. Puis j’ai posé ma machine à écrire en face de la fenêtre qui donne sur la cour. Je n’avais qu’à allonger le bras pour caresser les feuilles de l’arbre qui se trouvait dans l’embrasure de ma fenêtre et dont le vent dans les feuilles faisait une musique qui me berçait à l’heure de la sieste. C’est dans un moment pareil que surgit le visage à la fois doux et ridé de ma grand-mère qui me souriait et, tout à coup, un grand soleil illumina la pièce. C’est pour la garder plus longtemps avec moi que je me mis à écrire L’Odeur du café. Cette odeur s’était infiltrée dans tous les recoins de mon enfance. Chaque matin, à Miami, je partais faire le tour du petit lac, pas loin de chez moi, en tentant de ramener au retour quelques images lumineuses d’une époque magique. Je revenais parfois bredouille, d’autres fois avec une pêche miraculeuse. J’avançais par petites touches. Un matin j’essayais de faire remonter à la surface tout le bruit de la rue Lamarre un samedi matin. Quelques jours plus tard, je décrivais la maison, le 88, où je vivais avec ma grand-mère, quelques tantes et mon chien. Puis ce fut la galerie où nous passions le plus clair de notre temps. Cette galerie, je la connaissais bien. Je pouvais me rappeler tout ce monde si grouillant mais invisible aux yeux des adultes qui s’y agitait. Ma grand-mère buvait constamment du café. Comment restituer de tels moments en apparence si naïfs, mais plutôt complexes quand on y plonge ? J’ai décidé de ne plus chercher une forme particulière, mais de permettre à cette montagne de détails et d’émotions de trouver sa forme définitive. La réalité impose son style. Je me mets dans l’ambiance de mon enfance et j’essaie d’écrire sans faire attention aux mots. En fait, je n’écris pas, je peins. Tout en rêvant de l’art de ces peintres naïfs dont les tableaux aux traits parfois grossiers et aux couleurs chatoyantes dégagent une énergie si primitive qu’on oublie tout esprit critique pour vivre le moment. Pour ma part, je souhaite que le lecteur cesse de lire pour traverser la page et venir flâner dans les rues de Petit-Goâve. Je suis sûr que si ses pas l’amènent à la rue Lamarre, Da lui offrira une tasse de café pour fêter les vingt-cinq ans de L’Odeur du café, le roman de son petit-fils. Il me trouvera sur la galerie, toujours fasciné par l’agitation des fourmis. Le temps n’existe pas. Et l’éternité guette Da."Dany Laferrière

 

Hommage touchant à une enfance simple entourée d'amour, ces scènes de vie nous rappellent combien les souvenirs d'enfant sont précieux...

 

Présentation de l'éditeur : Zulma

D'autres avis : Repéré chez Yves ; Télérama ; Nadael  nous parle de la version jeunesse ; Papillon ;

 

L'odeur du café, Dany Laferrière, Zulma, mai 2016, 240 p., 9.95 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zazy 02/04/2017 15:16

Une lecture plaisir que j'aimerais faire

Hélène 05/04/2017 09:05

N'hésite pas !

Yv 31/03/2017 17:34

Touchant et beau, La suite, Le charme des après-midi sans fin est du même acabit, même plaisir à la lecture

Hélène 05/04/2017 08:58

Je le note !

Jerome 28/03/2017 15:04

Un auteur que j'adore et dont j'ai lu tous les livres je crois. Celui-ci fait partie de mes préférés même si "Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer" gardera toujours une longueur d'avance sur les autres à mes yeux.

Hélène 29/03/2017 08:18

Je note !

Aifelle 28/03/2017 06:30

J'ai lu un roman de l'auteur, qui ne m'a guère convaincue ; j'aurais peut-être plus de chance avec celui-là.

Hélène 29/03/2017 08:17

Oui il est accessible.

gambadou 27/03/2017 21:39

J'aime beaucoup cet auteur, et ce livre à l'air touchant

Hélène 29/03/2017 08:17

Beaucoup !

Alex-Mot-à-Mots 27/03/2017 14:33

De ces moments magiques de petits bonheurs.

Hélène 29/03/2017 08:17

A graver longtemps en notre mémoire.

Electra 27/03/2017 12:16

Oh j'ai croisé Dany L. au salon du livre ! si j'avais su que j'allais lire la chronique d'un de ses livres chez toi le lendemain ! l'extrait me donne envie d'aller à sa rencontre, merci !

Hélène 29/03/2017 08:17

Je te le conseille !

Luocine 27/03/2017 09:27

Un livre que j'ai adoré . Cela me donne envie de le relire pour rédiger une chronique.

Hélène 27/03/2017 10:38

Le nombre des livres lus et non chroniqués dont j'aimerais parler aussi s'allonge aussi !

Hélène 27/03/2017 10:37

Plus je relis les livres que j'ai aimé plus il m'arrive d"être déçue, c''est étrange. Par exemple je gardais un souvenir extraordinaire de "Dojnaa", et si j'ai aimé le relire je n'en ai pas fait un coup de coeur. Comme quoi...