Le Mrozek de poche de Slawomir MROZEK

Publié le par Hélène

« La logique ne provoque que des nuits blanches »

Ce format de poche renferme 38 des meilleures nouvelles de l'écrivain polonais. Ses écrits sont décalés, frôlant l'absurde pour mieux mettre en lumière les rouages d'un monde abandonné à lui-même.

Dans "L'artiste", un coq qui veut rentrer dans un cirque se fait passer pour un lion, car il refuse de n'être qu'un coq. De fait, il n'est pas pris et quand on lui demande pourquoi il n'a pas voulu jouer au lion le renard répond à sa place ""Est-ce que tu as déjà vu un artiste sans ambition ?" Il peut s'agir aussi de fables écolo amères comme dans "L'arbre" : un arbre doit être coupé car il représente un danger pour les voitures; Pourtant le narrateur tient à cet arbre et il décide alors de le prémunir contre les accidents en tirant sur les voitures qui s'approchent de lui. Face aux logiques absurdes et aux raisonnements officiels souvent injustifiés, l'auteur offre une logique tout aussi décalée.

Subrepticement, cela lui permet de critiquer le pouvoir en place, souvent aux prises avec des logiques tout sauf morales et humaines. Pour l'auteur, quoi qu'il en soit la logique semble bel et bien absente de ce monde. La représentation que l'être humain se fait du monde est basée sur son expérience, sur des pré-requis qui peuvent s'avérer totalement erronés dans un monde qui n'a plus ni sens ni logique ! De fait un certain cynisme pessimiste se dégage de ces textes.

 

Les textes sont illustrés par Chaval, misanthrope notoire et dessinateur de talent  qui s'accorde parfaitement à l'esprit de Mrozek !

 

Ce que j'ai moins aimé : Plus je plonge dans la littérature de l'est, moins je m'y reconnais... Question de goût...

Bilan : D'un cynisme éclairant pour celles et ceux qui sont sensibles à cet esprit slave.

 

Présentation de l'éditeur : Les Editions Noir sur blanc

D'autres avis : conseillé par Eva Bester

Sur l'auteur : http://blog.lefigaro.fr/theatre/2013/08/slawomir-mrozek.html

 

Le Mrozek de poche, un abécédaire inutile illustré par Chaval, Slawomir Mrozek, Les Editions Noir sur Blanc, 2009, 201 p., 10.15 euros

 

Un mois un éditeur est consacré ce mois-ci aux Editions Noir sur Blanc

 

 

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jerome 03/04/2017 13:25

L'absurde, c'est toujours un peu quitte ou double.

Hélène 05/04/2017 09:07

Tu résumes bien la situation !

Alex-Mot-à-Mots 03/04/2017 13:18

Un univers que je ne connais pas. Et comme je suis curieuse....

Hélène 05/04/2017 09:06

Oui, c'est une qualité !

Sandrine 02/04/2017 21:09

Merci pour ce Polonais ! J'aime bien l'humour slave et il ne fait aucun doute que je serai bien plus à l'aise ce mois-ci que le mois passé avec les Asiatiques ;-)

Hélène 05/04/2017 09:06

Pour moi c'est l'inverse...

Electra 02/04/2017 16:54

Jamais lu d'auteurs polonais, pourtant j'aime les auteurs slaves, mais les Russes sont Orthodoxes et eux Catholiques, ma réflexion peut paraitre étrange mais je crois que ça a joué sur leur culture, non ? je ne sais pas si je suis claire dans mes propos ... en attendant les dessins sont pas mal du tout !

Hélène 05/04/2017 09:06

Il est plaisant !

keisha 02/04/2017 14:21

Ma bibli en proposait plusieurs de l'auteur, j'ai hésité, choisi un autre auteur, mais;.. bref le mois démarre à peine

Hélène 05/04/2017 09:04

Effectivement, nous avons le temps.

A_girl_from_earth 02/04/2017 12:11

Oh je sens que ça me parlerait beaucoup à moi, le côté décalé, frôlant l'absurde, avec bien sûr critique d'une société en arrière-plan. Le seul hic c'est le format recueil de nouvelles. Là, ça pourrait me lasser.

Hélène 05/04/2017 09:04

Les nouvelles sont très courtes, mais pas lassantes

Violette 02/04/2017 11:33

je ne connais pas mais la misanthropie, ça me parle :) !

Hélène 05/04/2017 09:04

;-)

Luocine 02/04/2017 07:47

Je pense que le côté noir absurde et sans espoir va bien au polonais. Mais c'est vrai que c'est un peu triste comme notre monde?

Hélène 05/04/2017 09:04

Oui mais justement, dans la littérature, je cherche un peu de lumière personnellement...