La dame du manoir de Wildfell Hall de Anne BRONTE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Quand Helen Graham devient la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, les mauvaises langues du village se complaisent alors à lui prêter un passé tumultueux et des relations illicites. En effet, elle est artiste, se dit veuve et élève seule son jeune fils. Jeune cultivateur, Gilbert Markham tombe sous le charme et se plait à la défendre face à ses détracteurs. La jeune femme se décide alors à lui raconter son histoire en lui donnant à lire son journal. 

Gilbert découvre alors les affres des pièges dans lesquelles tombent les jeunes filles aveuglées par leurs sentiments et indifférentes aux voies de la raison émises par leurs pairs. Il apprend aussi à connaître Arthur, personnage inspiré par le frère de Anne Brontë, Branwell, qui a lui-même connu une descente aux enfers liée à l’alcoolisme et à la débauche et est mort finalement entre les bras de ses sœurs.

Publié en 1848, et considéré comme l'un des tout premiers romans féministes, La Dame du manoir de Wildfell analyse la place des femmes dans la société victorienne. Son héroïne évolue au fil des pages, ses expériences la forgent et la mènent vers l'émancipation rédemptrice. Le lecteur s'attache à ses pas, tremble à ses côtés, vibre sous certains regards et palpite de pages en pages ...

 

Présentation de l'éditeur : Archipoche

Du même auteur : Agnès Grey

D'autres avis : Claudia Lucia

 

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
L'un des tout premiers romans féministes, cela ne peut qu’être intéressant!
Daphné
Répondre
A
Ah, j'ai beaucoup aimé ce roman, aussi.
Répondre
C
J'aimerais beaucoup le lire celui ci!
Répondre
K
Ah oui, celui ci, c'est de l'excellent!
Répondre
M
Je ne l'ai jamais lu et tu me donnes vraiment envie de le découvrir. Si en plus c'est un des premiers romans féministes, il faut le lire ! Merci pour ton ressenti
Répondre
D
j'adore ce genre de billet qui me remet en tête des lectures que je me suis promises mais que je finis par oublier Anne Brontë est un peu l'éternelle oubliée
Répondre