Abélard de Régis HAUTIERE et Renaud DILLIES

Publié le par Hélène

Abelard-tome-1

abelard-tome-2- -une-breve-histoire-de-poussiere-et-de-cend

      ♥ ♥ ♥

"Si ce que tu as à dire est moins beau que le silence, alors tais-toi."

 Les auteurs :

Renaud Dillies naît à Lille en 1972 dans une famille de cinq enfants. Petit, il croit (comme Charlie) que les hélicoptères sont des sortes de moulins volants et que les nuages sont faits de farine. Quand il ne rêve pas, Renaud écoute des 45 tours de John Lennon. Son père l'initie au jazz, aux big bands, à Amstrong. Sa mère au rock, à l'école british, aux Beatles. A l'école, comme tout futur auteur de BD qui se respecte, il « préfère regarder le vert de l'arbre dans la cour que celui du tableau ». Il passe alors la frontière franco-belge et s'inscrit, en humanités, en graphisme et arts décoratifs à Saint-Luc, à Tournai. Ensuite, il étudie l'illustration à l'Académie des Beaux-Arts de Tournai. Alors qu'il pense laisser définitivement tomber la bande dessinée, Renaud Dillies remporte le Prix du Meilleur Premier Album à Angoulême avec « Betty Blues » (éditions Paquet). Il publie ensuite chez le même éditeur « Sumato », « Mister Plumb » et « Mélodie du Crépuscule ». « Bulles et nacelle » est sa première sortie chez Dargaud.

Régis Hautière a fait ses études à Saint-Malo, Rennes et Lille. Il passe une bonne partie de son enfance le nez plongé dans les livres (que ce soient des romans ou des bandes dessinées) et se découvre très tôt un goût prononcé pour l'écriture. En 1995, il s'installe à Amiens où il devient membre des AJT, une association informelle qui réunit des auteurs amateurs de bandes dessinées. C'est au sein de cette association qu'il rencontre quelques-uns des dessinateurs avec lesquels il publie ses premiers albums (Hardoc, Fraco, David François, Damien Cuvillier...). Il travaille en parallèle pour une structure associative. En 2005, il démissionne pour se consacrer exclusivement à l'écriture de scénarios pour la bande dessinée.

Sa bibliographie est très éclectique. On y trouve notamment le Dernier Envol et Au-delà des nuages avec Romain Hugault (avec qui il a lancé la collection Cockpit), De Briques et de sang, une bande dessinée policière dont l'histoire se déroule en 1914 au Familistère de Guise et qui a fait partie des "essentiels" du festival d’Angoulême 2011, Accords sensibles (avec Antonio Lapone) et Abélard (avec Renaud Dillies).
Sa bibliographie complète compte actuellement une quarantaine d'albums environ, dont certains ont été traduits en plusieurs langues.
En 2011, il reprend le scénario de la série mythique Aquablue, créée par Olivier Vatine et Thierry Cailleteau.
L'édition américaine d'Abélard fait partie de la liste des "Hottest Grafic Novels" de 2012, révélée à l'occasion de la BookExpo America. (source : WIkipédia)

  

L’histoire :

 Abélard quitte son marais et part à la recherche d'une machine volante. En chemin il rencontre Gaston, qui a autant les pieds sur terre qu'Abélard a la tête dans les étoiles. Chacun va faire partager à l'autre sa vision de la vie. Aucun des deux ne sortira indemne de cette confrontation.

Ce que j’ai aimé :

Le jeune Abélard vit une vie calme et sereine, mais est avide de découvrir le monde et de quitter sa vie tranquille pour l'effervecence de la ville. Le jour où il rencontre Epilie, la jeune femme  incarne un peu pour lui tout ce qu’il ne connaît pas : la ville, l’ailleurs, le bonheur, peut-être. Quand on lui dit que pour conquérir la belle il faut décrocher la lune, Abélard n’hésite pas à quitter son univers heureux pour partir en Amérique ou, dit-on se fabrique une machine qui permet de voler et lui permettrait donc d'offrir à la belle le cadeau tant convoité. En chemin il rencontrera des personnages emblématiques, pas toujours aussi bons que ses amis, et il fera l’apprentissage de la vie, de l’ailleurs, pas aussi idyllique qu’il aurait pensé, à l’antipode effectivement du doux monde qu’il a quitté.

abelard-planche.jpg

C'est un album tendre, le jeune Abélard avec ses yeux tristes et mélancoliques est touchant de simplicité, sa naïveté et sa gentillesse innée lui permettent de découvrir le monde avec un regard neuf, émerveillé... Il n'a aucune idée de ce que peut être le Mal et ne peut admettre la méchanceté chez les autres.

 

abélard

Le texte est empreint d'une poésie quasi philosophique qui éclaire l'album d'une aura inoubliable :

  "Et les larmes ? Elles scintillent aussi. Pourtant elles ne tombent pas du ciel.

- C'est parce que, nous aussi, nous venons des étoiles. Nos larmes renferment le souvenir du temps où nous vivions là-haut. elles sont la mémoire d el'univers.

- Bientôt je retournerai dans les étoiles." (p.32)

 "La tolérance est la charité de l'intelligence." (p. 47)

Abelard-t

  Ce que j’ai moins aimé :

Le ton est vraiment triste et mélancolique... 

abelard3

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Betty blues

D’autres avis :

Noukette Les avis sur le tome 1 de Choco, Lire pour le plaisir, Yvan, Yaneck

Les avis sur le tome 2 de Choco, Lire pour le plaisir, Yvan

Les avis sur le diptyque de Jérôme, Mo', Joëlle, Oliv', Fleur

BD Mango bleu   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lystig 27/02/2013 17:34


une bd coup de coeur pour moi aussi !

Hélène 28/02/2013 08:58



mais c'est triste...



Midola 29/01/2013 13:34


Un coup de coeur pour moi aussi. Mais je suis d'accord avec toi : que de tristesse !

Hélène 29/01/2013 18:11



Tu me rassures, je commençais à me dire que j'avais un coeur d'artichaut...



yuko 24/01/2013 17:45


Les dessins sont vraiment beaux, on les dirait tout doux ^^

Hélène 25/01/2013 09:08



Ils sont très mélancoliques !



Choco 23/01/2013 23:14


Ah punaise, l'info de Jérome me ravit !!!

Hélène 24/01/2013 08:52



Oui, une bonne nouvelle !!!



Eric the Tiger 23/01/2013 19:01


Cet album est un chef d'oeuvre. Au plaisir de te relire...

Hélène 24/01/2013 08:54



Effectivement, un très bel album !



Cristie 23/01/2013 15:17


J'ai volontairement fait l'impasse sur la lecture de ton billet car je me le suis procurée et je veux le découvrir, le déguster lentement !!

Hélène 24/01/2013 08:54



Tu verras, tu vas te régaler !



Noukette 23/01/2013 15:13


Mon coup de coeur ultime !!!!! Inégalable !

Hélène 24/01/2013 08:55



Eh oui, j'ai puisé l'idée chez toi !



Marilyne 23/01/2013 12:57


Bon, c'est décidé, je ne viens plus sur ce blog qui me rappelle tout ce que j'ai envie de lire, qui va plus que certainement me plaire et que je n'ai pas lu !!!!

Hélène 23/01/2013 13:38



Si tu veux que je te prête des titres, n'hésite pas



Manu 23/01/2013 11:55


Il me fait aussi très envie même s'il est triste.

Hélène 23/01/2013 12:00



Il ets très beau !



OliV 23/01/2013 11:18


Quel bel abélard ^^

Hélène 23/01/2013 12:05







Mango 23/01/2013 09:59


Depuis le temps que je désire le lire. Bien que triste, je sais qu'il me plaira! 

Hélène 23/01/2013 10:26



Il est très attachant...



jerome 23/01/2013 09:33


ça fait toujours plaisir de lire un avis sur ce magnifique diptyque. J'ai croisé le scénariste il y a quelques temps et une suite est en préparation avec l'ours Gaston comme personnage principal.
Chouette, non ?

Hélène 23/01/2013 10:27



yess ! chic !



Anis 23/01/2013 09:26


J'attendais l'Héloïse d'Abélard, et voilà qu'elle s'appelle Epilie, pour le moins trivial.

Hélène 23/01/2013 09:29