Allah n’est pas obligé d’Ahmadou KOUROUMA

Publié le par Hélène

allah n'est pas obligé

♥ ♥

Prix Renaudot 2000

Prix Goncourt des Lycéens 2000

Prix Amerigo Vespucci 2000

  

L’auteur :

 

Ahmadou Kourouma est un romancier ivoirien. Au moment de sa mort, il travaillait à la rédaction d’un nouveau livre Quand on refuse on dit non, une suite d’Allah n'est pas obligé : le jeune héros, enfant soldat démobilisé retourne en Côte d’Ivoire à Daloa et vit le conflit ivoirien. Ce roman sera publié après sa mort.

 

L’histoire :

 

Birahima est un enfant ivoirien d’une dizaine d’années. Sa mère, gravement malade, meurt et Birahima devient orphelin. Il part à la recherche de sa tante au Libéria. Sur la route, il rencontre Yacouba, un féticheur musulman, qui se dit multiplicateur de billets. Pris au piège par la guerre civile, ils s’engagent tous les deux auprès du Front National Patriotique du Libéria dirigé par le colonel Papa le Bon. Yacouba devient féticheur professionnel et Birahima se retrouve enrôlé comme enfant-soldat. Le livre raconte leur périple à travers des pays dévastés par la guerre (Libéria, Guinée, Sierra Leone) et dénonce la cruauté des conditions de vie de ces enfants-soldats. (Source : Wikipédia)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          L’originalité dans la façon dont le sujet est traité : en faisant parler Birahima, l’auteur met l’accent sur la déshumanité intrinsèquement inculquée à ces enfants soldats pour qui la guerre est un jeu comme un autre.

-          La violence et l’absurdité des guerres est ainsi placée sur le devant de la scène, sans pour autant que la narration soit insoutenable.

-          Les réflexions sous-jacentes sur la religion sont habilement amenées grâce à ce leitmotiv que se répète le jeune garçon comme un mantra « Allah n’est pas obligé d’être juste avec toutes les choses qu’il a créées ici-bas. »
 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Je me suis lassée à la mi-parcours : à cause du style, très répétitif, et devenu lourd au fil des pages avec ces définitions qui jalonnent le texte, ces jurons qui clôturent les paragraphes ;  lassée aussi à cause des rappels historiques sur l’histoire du Libéria qui m’ont ennuyée ; lassée à cause de l’histoire même de Birahima qui n’évolue pas…

 

Premières phrases :

 

« Je décide le titre définitif et complet de mon blablabla est Allah n’est pas obligé d’être juste dans toutes ses choses ici-bas. Voilà. Je commence à conter mes salades.

 

Et d’abord… et un… M’appelle Birahima. »

 

Vous aimerez aussi :

 

 Photo de groupe au bord du fleuve de Emmanuel DONGALA

 

 

blogoclub

   Lu dans le cadre du Blogoclub

    Les avis sont sensiblement identiques au mien : la deucième partie a eu tendance à lasser les blogolecteurs...

 

 

POCHE : Allah n’est pas obligé, Ahmadou KOUROUMA, Points, 2002, 6 euros

 

defi Afrika Choupynette

Publié dans Littérature Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A


Lu à sa sortie et, des années après, il me reste ce "petit ménitaire" en tête...



Répondre
H


Il est vrai qu'il est marquant, mais il aurait pu l'être davantage encore avec une meilleure intrigue non ?



B


je lis beaucoup de billets sur ce livre en ce moment. Je suis aussi inscrite au défi Afrika et je le lirai bien



Répondre
H


Et bien bon courage... Je ne suis pas allée au bout !!



N


Je crois que nous sommes tous d'accord sur le fait que le style de ce roman rend la lecture un peu difficile. Sinon le thème fait réagir, et ça c'est bien.



Répondre
H


Oui il ne manquait pas grand chose pour que ce soit parfait, mais là l'histoire n'avance pas, les données historiques sont mal introduites, le héros n'est même plus sympathique à la longue,
tellement déshumanisé, etc...



S


Les avis sont assez unanimes cette fois. Nous sommes nombreux à être un peu  déçus(voire très déçus pour certains).



Répondre
H


Les longueurs de la deuxième partie sont rédhibitoires...



C


En lisant ta critique, je me suis dit que j'étais la seule à avoir apprécié le style de ce roman et puis non! je vois que céline est comme moi! ouf! un vraiment bon roman!



Répondre
H


Il a reçu tant de prix que forcément des personnes l'ont aimé !



C


J'ai lu ce livre pendant mon enfance en Afrique, Côte d'Ivoire plus précisémment (avec plusieurs livres d'Hampathé Ba aussi, que je recommande) et je suis tombé amoureuse du style de Kourouma !


très bon livre que je recommande !


Merci pour m'avoir rappelé ces moments avec ton article ;)



Répondre
H


AH Hampaté BA !! Je le préfère à Kourouma, tu me donnes envie de le relire !



K


Je n'ai pas articipé cette fois, à cause d'un souvenir d'ennui à la lecture de "En attendant le vote des bêtes sauvages"... le style ne me parlait pas du tout.



Répondre
H


A qui le dis-tu !!!



K


J'ai lu la suite disons en 2003 2004, car le parcours de Birahima allait croiser le mien, si j'ose dire... mais le roman est inachevé.



Répondre
H


je me souviens de sa sortie. Je ne tenterai pas l'aventure, je laisse Birahima à son triste sort...



G


original et violent, oui, mais le style m'a heurté...



Répondre
H


Le style personnellement m'a rapidement lassée...



F


J'ai lu ce livre comme on lit un documentaire. Je me suis un peu perdue mais pas ennuyée.



Répondre
H


Tu es une des rares à ne pas t'être ennuyée !!



K


Une deuxièlme (et vraisemblablement seconde) lecture de ce roman, j'ai même lu la suite. Bon, je pensais m'être ennuyée à cause de ma connaissance du livre, mais non, à lire divers avis, je vois
que les autres aussi...



Répondre
H


Tu as eu le courage de lire la suite ??? Eh bien tu mérites une médaille !!