Au revoir là-haut de Pierre LEMAITRE

Publié le par Hélène

AU-REVOIR.jpg

♥ ♥ ♥

Prix Goncourt 2013

 

L’auteur :

 Né à Paris, Pierre Lemaitre a beaucoup enseigné aux adultes, notamment les littératures française et américaine, l’analyse littéraire et la culture générale.

Il est aujourd’hui écrivain et scénariste. Il a rendu hommage à ses maîtres (James Ellroy, William McIlvanney, Bret Easton Ellis, Émile Gaboriau…) dans son premier roman, "Travail soigné", qui a obtenu le Prix Cognac en 2006.

"Alex", prix des lecteurs du livre de poche, deuxième volet de la trilogie Verhoenen renoue avec le style de narration de "Robe de marié"(2009), publié entretemps après Travail soigné (2006).
En 2010 sort "Cadres noirs" qui rompt avec le style de ses autres polars.

Le troisième volet de la trilogie "Sacrifices" sort en octobre 2012.

Son premier roman Travail soigné, Pierre Lemaitre est un hommage à ses inspirateurs : Bret Easton Ellis, Émile Gaboriau, James Ellroy, William McIlvanney.

Son deuxième roman, Robe de marié (Calmann-Lévy, 2009), met en scène Sophie, une trentenaire démente, qui devient une criminelle en série amnésique.

Lemaitre aborde ensuite le thriller social avec "Cadres noirs" (Calmann-Lévy, 2010) : un cadre au chômage qui accepte de participer à un jeu de rôle en forme de prise d'otages. Le livre est inspiré d'un fait divers réel survenu en 2005 à France Télévisions.

Alex, est le quatrième roman de Pierre Lemaitre, il est axé sur l'identification,Clé du thriller : l'héroïne y est à la fois victime et meurtrière jusqu'à la conclusion qui nous offre un nouveau retournement de situation.

"Les grands moyens" est une nouvelle aventure de Camille Verhoeven, en marge de la trilogie commencée avec Travail soigné, poursuivie avec Alex et achevée avec Sacrifices
"Sacrifices" est l'aboutissement de la destinée du héros récurrent, Camille Verhœven.
En 2013 sort "Au revoir là haut" récompensé du Prix Goncourt 2013. (Source : Babélio)

 

L’histoire :

 Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale.Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts...

Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation,"Au revoir là-haut" est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'Etat qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.

Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.(Source : Babélio)

 

Ce que j’ai aimé :

 Au revoir là-haut retrace le destin atypique de deux rescapés de la guerre 14-18 qui vont mettre sur pied un projet fou, une arnaque sans nom pour devenir millionnaire et s’abstraire d’une situation de pauvreté extrême lié à leur statut de poilus.  

Les deux protagonistes sont assez différents : d’un côté Edouard, issu d’une famille fortunée, gueule cassée, fantasque, mais abasourdi par ce qu’il a perdu à la guerre, et à l’opposé Albert, plus timide, maladroit, frileux, oppressé par une mère castratrice. Ces deux ressuscités vont apprendre à cohabiter, et les projets de l’un vont nourrir la vie de l’autre. Albert a une dette envers Edouard, si bien qu’il va l’accompagner dans sa folie, quoi qu’il arrive, dans une belle amitié, à la vie à la mort.

Parallèlement, dans l’ombre, le lieutenant Pradelle agit, tire des ficelles, décidé à accéder aux hautes sphères de l’argent et de la politique, sans scrupules aucun.

Pierre Lemaître peint le paysage de l’après-guerre ironique puisque la France s’occupe davantage des morts que des vivants. Les monuments fleurissent tandis que les poilus périssent…

Ce roman dense explore également d’autres sujets : l’amour filial, l’amour conjugal, les ravages que peuvent provoquer des arrivistes avides d’argent et de gloire, mais aussi la  loyauté représentée par Albert bien sûr, mais aussi au travers du personnage de Bertin, personnage de l’ombre mésestimé à tort. Choisira-t-il de dénoncer les abus liés à l’enterrement de corps des soldats tués, ou acceptera-t-il les promotions et l’argent qu’il pourrait obtenir s’il enfouit dans les catacombes ses remarques ?

Certains faits sont réels, d’autres imaginaires, mais l’ensemble, porté par une écriture vivante et fluide, vibre d’authenticité !

Un grand roman populaire à l’image des récits d’Alexandre Dumas. A conseiller.

 

 Ce que j’ai moins aimé :

 - Rien 

 

Premières phrases :

 "Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps. De la guerre, justement. Aussi, en octobre, Albert reçut-il avec pas male de scepticisme les rumeurs annonçant un armistice. Il ne leur prêta pas plus de crédit qu'à la propagande du début qui soutenait, apr exemple, que les balles boches étaient tellement molles qu'elles s'écrasaient comme des poires blettes sur les uniformes, fiasant hurler de rire les régiments français. En quatre ans, Albert en aavit vu un paquet, des types morts de rire en recevant une balle allemande."

 

 

Vous aimerez aussi :

 Du même auteur : Robe de marié

Autre : La chambre des officiers de Marc DUGAIN

 

D’autres avis :

Chez Babélio

 

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître, Albin Michel, aout 2013,573 p., 22.55 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 30/01/2014 23:26


Celui là, je vais me le garder pour les vacances de février...!

Hélène 31/01/2014 08:50



La chance ! Tu vas passer un bon moment !



Philiisine Cave 20/01/2014 11:10


idem que chez Athalie (vous auriez pu faire une LC d'ailleurs), je passe vite sur ton billet car c'est ma prochaine lecture (grâce à liliba qui m'a prêté son exemplaire). bisous

Hélène 20/01/2014 12:52



J'attends ton avis !



athalie 19/01/2014 12:08


J'ai abolument adoré ce livre ! En plus d'être tragique et tout ce que tu en dis, je l'ai trouvé drôle, d'un humour grinçant et iconoclaste ... Les personnages sont vraiment construits comme des
vrais personnages de romans alors que le contexte historique sonne juste et érudit sans le dire. Drôlement bien fichu !

Hélène 20/01/2014 08:26



Oui une réussite !



dasola 19/01/2014 11:06


Bonjour Hélène, encore un roman que je comte lire dès que possible. Je n'ai lu que deux de ses romans policiers haletants. Et grâce à son prix, ce roman est un grand succès populaire justifié (à
mon avis). Bon dimanche.

Hélène 20/01/2014 08:27



Je pense que je tenterai ses romans policiers !



clara 18/01/2014 07:12


Pourquoi  pas 4 coeurs? 

Hélène 18/01/2014 19:24



Il m'a manqué quelque chose, de la poésie, de la philosophie, ce petit truc en plus qui fait que je craque pour 4 coeurs...



Kathel 17/01/2014 19:59


Je vais finir par le lire, j'attends tranquillement de le trouver en bibli, moi aussi.

Valérie 17/01/2014 17:01


J'ai beaucoup aimé. Et ma collègue de français, grande amatrice de Proust, m'a confirmé qu'elle le trouvait bien écrit, contrairement à ce que l'on a entendu ici et là. 

Yv 17/01/2014 14:00


Pas convaincu par ses polars (notamment Robe de marié qui m'a laissé déçu), j'avoue que le côté "pavé" ne m'incite pas à y plonger

Alex-Mot-à-Mots 17/01/2014 13:28


Je l'adore comme auteur de polars. Il me reste à le découvrir avec ce roman.

jerome 17/01/2014 12:46


J'aime l'idée d'un grand roman populaire. Je crois que je le lirai quand il sortira en poche.

cathulu 17/01/2014 09:01


il est à la médiathèque. je vais finir par me laisser convaincre :)

Hélène 17/01/2014 09:06



Je l'ai emprunté aussi à la médiathèque, ce fut une très agréable surprise. 



Manu 17/01/2014 07:50


Je n'ai pas été séduite par Robe de marié mais j'ai envie de découvrir l'auteur dans le genre historique. Noté.

Hélène 17/01/2014 08:14



Un bon cru !