Chapardeuse de Rebecca MAKKAI

Publié le par Hélène

                                                   chapardeuse.jpg

♥ ♥ ♥

« Je continue de penser que les livres peuvent vous sauver. » (p. 362)

 

L’auteur :

 Rebecca Makkai vit avec son mari et ses deux filles au nord de Chicago. Son premier roman, Chapardeuse, a fait partie de la sélection des meilleurs romans de 2011 du Chicago Magazine. (Source : Festival America)

 

L’histoire :

 Lucy, bibliothécaire pour enfants dans le Missouri, se lie d’amitié avec Ian, dix ans, fils unique de chrétiens fondamentalistes homophobes et grand amateur de littérature jeunesse. Quand le jeune garçon décide de fuguer et de se réfugier dans la bibliothèque, Lucy décide de ne pas le ramener à la maison et de voyager avec lui du Missouri jusqu’au Vermont. Pour ce gamin rêveur et surdoué, c’est la découverte du vaste monde ; pour elle, l’occasion de s’interroger sur ses origines russes, le déracinement de ses ancêtres et leurs aspirations à plus de liberté… (Source : Festival America)

 

Ce que j’ai aimé :

 En tissant des liens privilégiés avec son jeune lecteur Ia, Lucy en vient à se poser une question de moralité : dois-je laisser un enfant subir une pression morale sans jouer de rôle ou prendre les choses en mains pour que cet enfant s’épanouisse. Rebecca Makkai pas plus que sa narratrice ne livrent la réponse à cette question, la fin du roman reste ouverte sur ce sujet, mais elle élabore des pistes qui, peut-être permettront en temps et en heure à l’enfant de s’envoler…

 La littérature est au cœur de cette entreprise de sauvetage, bibliothécaire convaincue du pouvoir des mots, Lucy offre au jeune Ian la possibilité de découvrir un autre monde, si différent de celui créé par les évangélistes, un monde de tolérance, d’ouverture, de connaissance et donc de liberté.

 « Ian Drake se procurerait ces livres aussi sûrement que n’importe quel camé se procure sa drogue. Il soudoierait sa baby-sitter, sortirait furtivement de sa maison à la nuit tombée pour casser une fenêtre de la bibliothèque. Il vendrait son cochon d’inde pour se payer des bouquins. Il lirait sous sa couette avec une lampe frontale. Il creuserait son matelas et l’emplirait de livres de poche. Ils pourraient bien l’enfermer dans la maison, ils ne parviendraient jamais à le convaincre que le monde se résumait à cet endroit. Ils se demanderaient alors pourquoi ils n’arrivaient pas à le dompter. Ils s’interrogeraient sur ses sourires chaque fois qu’ils lui demanderaient de monter dans sa chambre. » (p. 362)

 A travers leur fuite, les deux acolytes vont se confronter à la question de la vérité, de la fuite, et de ce qui finalement nous forge, nous humains. Faut-il quelquefois renier ses origines, fuir loin ou au contraire ne vaut-il pas mieux se blottir au sein du connu pour mieux évoluer par la suite ?

 Un roman aux multiples pistes de réflexion, tendre et profond à la fois...

 

Ce que j’ai moins aimé :

 La partie voyage est un peu linéaire, elle aurait mérité plus d’aventures, d’intensité, de rebondissements peut-être. Ian ne semble pas vraiment découvrir « le vaste monde » comme le laisse penser la quatrième de couverture, il semble se laisser porter sans vraiment réagir. Cette partie méritait un peu plus de relief… Mais c’est un bémol léger, le roman tient très bien la route…

 

 

Premières phrases :

 « Je pourrais être la méchante de l’histoire. Difficile à dire, aujourd’hui encore.

Du temps de la bibliothèque, parmi les livres et ouvrages sur l’Egypte ancienne, l’illustration favorite des enfants montrait le dieu de la mort pesant le cœur d’un homme morte et une plume. Une consolation : un jour, le moment venu, je connaîtrai les poids de ma faute. »

 

Vous aimerez aussi :

   L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet de Reif LARSEN

 

 Chapardeuse, Rebecca Makkai, traduit de l’anglais (EU) par Samuel Todd, Gallimard, août 2012, 21 euros

 challenge rentrée littéraire 2012

Commenter cet article

Manu 20/09/2012 20:04


Un roman qui pourrait bien me plaire. 

Hélène 21/09/2012 09:21



Une belle découverte



Nadael 10/09/2012 10:56


Oh intéressant, je note!

Hélène 10/09/2012 12:19







Catherine 10/09/2012 00:00


Il n'est pas question que je lise ta note de lecture


Tu te doutes bien que c'est parce que j'ai ce livre et je ne veux pas être influencée avant ma lecture


Bonne semaine !

Hélène 10/09/2012 08:47



Ferme les yeux...



Alex-Mot-à-Mots 08/09/2012 15:54


Un roman avec des pistes de réflexion ? J'adore ! Noté...

Hélène 10/09/2012 08:48







jerome 07/09/2012 22:04


Un roma repéré depuis longtemps et qui me tente beaucoup. Je surligne une fois de plus ce titre dans ma liste !

Hélène 10/09/2012 08:49



Oui surligne en rouge !



kathel 07/09/2012 18:07


Je n'étais pas tentée jusqu'alors par ce roman, mais c'est le problème des billets bien rédigés, ça donne envie d'aller y voir de plus près... 

Aifelle 07/09/2012 13:25


C'est un roman qui m'intrigue depuis que je le voie. Je le note. Tu fais référence au festival America, elle y est ?

keisha 07/09/2012 13:08


Tu es un poil moins enthousiaste que Ys, mais quand même tu me donnes franchement envie de le découvrir, ce roman!