Concerto pour la main morte d’Olivier BLEYS

Publié le par Hélène

                                   Concerto-pour-la-main-morte 8065

♥ ♥

" Je jouerai pour les arbres debout, pour le fleuve aux longs méandres,

pour le premier brin d'herbe qui percera la neige au sortir de l'hiver. "

 

L’auteur :

http://monvolubilis.canalblog.com/

L’histoire :

À Mourava, hameau perdu de Sibérie centrale, Vladimir Golovkine n’a qu’un rêve : prendre le bateau pour Krasnoïarsk, la grande ville en amont du fleuve. Mais faute de pouvoir s’offrir un billet, c’est un étranger qu’il voit débarquer dans sa vie : Colin, un pianiste français raté dont la main droite refuse d’obéir dès qu’il se met à jouer le concerto n°2 de Rachmaninov. À la frontière du récit et de la fable, Olivier Bleys crée ici un univers poétique où le tragique côtoie l’absurde. Histoire de vodka et de mystère, de musique et d’amitié entre les hommes, ce livre nous invite à cultiver la joie.(Source : Editeur)

Ce que j’ai aimé :

Mourava est un petit village de Sibérie Centrale, aux habitants simples dont  la vie se déroulait « dans un décor de conte populaire, sombre et élégiaque » (p. 10) Vladimir Goloukine est l’un d’eux, éboueur de son état, rêvant de quitter  « ce village pourri et les crétins qui l’infestent ». Ce tableau planté en quelques pages plonge le lecteur au cœur d’un monde âpre et hostile, maisaux habitants décalés, drôles et réjouissants. Pétris de passion ou d’alcool, ils s’agitent dans cette destinée ennuyeuse pour s’arracher tant bien que mal à ce paysage frileux…

« Il n’y a que deux façons de passer le temps, ici, c’est l’alcool et les histoires. » (p.68)

Arrive alors un français, un pianiste un peu triste, qui justement va leur raconter une histoire étonnante. Ce pianiste perd en effet l’usage de sa main quand il essaie d’interpréter le concerto n°2 de Rachmaninov. Cet amoureux des notes souffre de ne pouvoir maîtriser son corps et de ne plus être en mesure de partager son art.

 « Mettre son piano dans un camion, partir sur les routes, offrir la musique aux gens qu’on rencontre, puis s’en aller  ailleurs. C’est ainsi qu’on doit vivre lorsqu’on est pianiste. «  (p. 232)

La quête du pianiste aidé par son acolyte atypique Vladimir s'avère épique, ils rencontreront des ours, des cousins alcooliques, et surtout un drôle de sorcier... Une galerie de personnages drôles et profondément humains, qui n'hésiteront pas à porter secours au malheureux pianiste, même si a priori tout les séparait.

« On ne pouvait tout prévoir ni tout réparer. La vie n’était qu’un tissu d’à peu près, de décisions hâtives sur lesquelles pourtant l’on bâtissait, comme on laisserait aux fondations d’un édifice des pierres qui tombent en poudre. «  (p. 234)

Olivier Bleys peint une Russie hantée par des êtres perdus, errant dans un univers pauvres, des hommes du bout du monde ancrés à la solitude. Mais leur capacité à rebondir, à aimer leur prochain, à croire au surnaturel et à apprécier les belles histoires les sauvent d'une destinée tragique en les rendant malgré eux heureux de vivre... En sortant du cadre bien établi d'une vie linéaire, ils accueillent en leur pensée la beauté du monde.

 

Ce que j’ai moins aimé :

Le ton truculent des premières pages s’essouffle un peu au fil des pages, pour plus de gravité, mais Concerto pour la main morte n’en reste pas moins un roman agréable à lire et à découvrir.

 

Premières phrases :

"Le petit village se nommait Mourava, ce qui traduit de l'ancien russe donne à peu près "la jeune herbe". Encore ne l'appelait-on "village" que par commodité, ou pour le distinguer d'autres plus frustes encore, parfois de simples campements qui s'échelonnaient sur de grandes distances le long du fleuve Ienisseï, région de Touroukhansk, Sibérie centrale."

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Le fantôme de la Tour Eiffel

Autre : Amazone de Maxence FERMINE

 

D’autres avis :

http://www.babelio.com/livres/Bleys-Concerto-pour-la-main-morte/495381/critiques

 

Concerto pour la main morte, Olivier Bleys, Albin Michel, août 2013, 234 p., 18 euros

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 11/07/2014 15:00

Lu il y a des mois, adoré...! J'ai enfin pris le temps d'en parler ! ;-)
Une chose est sûre, je relirai cet auteur !

marechal 08/10/2013 15:24


Concerto pour la Main Morte ... Quel langage poétique, un délice à goûter, à déguster, à aimer, à ressentir, à partager  ex.page 61 "dans un coin de la pièce, un balai à manche court avait
ramassé des débris de verre et quelques épluchures ; au soleil, cela semblait un trésor étincelant de perles marines" .. page 165 "la voix d'Oleg avait mué. Colin trouva l'image du pain dont la
cuisson aère la mie mais durcit la croûte, faisant l'une douce et l'autre dure dans le même aliment ....." page 54 "il se mouchait au creux de la manche déjà lustrée d'autres chagrins .." 
en quelques mots OLIVIER BLEYS décrit l'attitude physique, l'état d'esprit du sujet et offre à l'imaginaire du lecteur la LIBERTE de créer l'univers sensible suggéré ..  que dissimule cette
trace sur la manche ? solitude, douleur, misère, souffrance, abnégation ??? Olivier BLEYS a l'art de sublimer le "pesant", de transformer le laid en beau - Dans ses histoires, il tente
subtilement de faire vivre la dimension spirituelle silencieuse de toute existence - Ses personnages, chacun à leur manière, ont soif d'harmonie et de paix.. LA MUSIQUE est dans ce roman, le lien
entre le FINI et l'INFINI .. entre le VISIBLE et l'INVISIBLE ..   Cette fable  fait PENSER c'est cette démarche dont le monde a le plus besoin AUJOURD'HUI .... Ce récit
est  une quête, un CRI qui dit  "Cherchez en vous-mêmes le fil chantant qui vous conduira vers la plénitude de votre ETRE.


Une littérature innovante, riche qui fait réfléchir et travailler le DEDANS pour mieux s'adapter à la rudesse du  DEHORS.  J'ai beaucoup aimé cette double vision de
l'existence.  Bravo et Merci.  

Hélène 08/10/2013 19:29



Une très belle analyse, merci beaucoup.



clara 30/09/2013 16:48


Pas trop tentée... 

Hélène 01/10/2013 08:22



Pas inoubliable...



Yv 29/09/2013 09:07


J'ai beaucoup aimé, un dépaysement assuré, une belle écriture et les paysages de la Sibérie avec des personnages attachants

Hélène 30/09/2013 08:25



Je suis moins enthousiaste que toi, mais j'ai bien apprécié...



Anne 27/09/2013 20:01


Un bon roman de la rentrée 2013, dont on ne parle pas assez, je trouve, je suis donc contente de lire ton billet !

Hélène 27/09/2013 20:40



Un bon roman effectivement ..



jerome 27/09/2013 18:22


Mouais, j'ai encore tellement à lire de cette rentrée littraire que j'ai bien envie de faire l'impasse. Pas indispensable, non ?

Hélène 27/09/2013 20:41



Non je dirais "pas indispensable"...



Alex-Mot-à-Mots 27/09/2013 13:36


Un titre étrange, qui ne m'aurait pas tenté plus que cela.

Hélène 27/09/2013 20:41



C"'est vrai...



Dominique 27/09/2013 13:35


je note ce fantôme là du coup

Hélène 27/09/2013 20:41



Oui vraiment, j'en garde un grand souvenir!



Dominique 27/09/2013 10:40


J'avais lu Semper Augustus sans être vraiment passionnée mais le sujet de celui là me plait nettement plus, j'attendrai de le trouver en bibliothèque mais il est noté

Hélène 27/09/2013 12:54



Oui celui-ci n'est pas mal, mais mon préféré est "le fantôme de la tour eiffel", j'avais beaucoup aimé -lu avant le blog-