Désolations de David VANN

Publié le par Hélène

                                           

 ♥ ♥

 « On peut choisir ceux avec qui l’on va passer sa vie, mais on ne peut choisir ce qu’ils deviendront. » (p. 109)

  

L’auteur :

 

DAVID VANN est né sur l'île Adak, en Alaska. Après avoir parcouru plus de 40 000 milles sur les océans, il travaille actuellement à la construction d’un catamaran avec lequel il s'apprête à effectuer un tour du monde à la voile en solitaire. Auteur de plusieurs livres, il vit en Californie où il enseigne également à l'Université de San Francisco. Sukkwan Island fut son premier roman traduit en français. Site de l'auteur

 

L’histoire :

 

Sur les rives d’un lac glaciaire au cœur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd’hui adultes. Mais après trente années d’une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l’accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l’assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l’obsession de son mari, elle le voit peu à peu s’enliser dans ce projet démesuré. Leur fille Rhoda, tout à ses propres rêves de vie de famille, devient le témoin du face-à-face de ses parents, tandis que s’annonce un hiver précoce et violent qui rendra l’îlot encore plus inaccessible. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

- Désolations nous offre tout un faisceau de réflexions sur le couple : la question du mariage, sa durée, la fidélité, l’engagement, les concessions nécessaires et aliénantes…

 

« L’attention devait être la suite logique de l’amour. Cela paraissait pourtant évident. » (p. 205)

 

Irène et Gary sont mariés depuis trente ans et les fissures commencent à devenir des gouffres entre eux, Rhoda et Jim envisagent le mariage, même si cette perspective semble effrayer Jim, quant à Mark et Karen ils vivent des expériences extrêmes peut-être pour combler un vide sous-jacent. Vient se greffer sur cette famille particulière un couple électron : Monique et Carl, deux êtres qui se laissent porter par le vent de la vie. Les choix que chacun de ces couples doit faire bouleverseront l'ordre pré-établi de leurs vies bien réglée.

 

« Nous vivons pour bâtir. C’est ce qui nous définit. C’était vrai, pensa-t-il. Imaginer quelque chose, le tourner en tous sens dans son esprit, l’arpenter encore et encore dans ses rêves, puis le rendre réel dans la vraie vie. Rien de plus satisfaisant que cela. » (p. 73)

 

 « La vraie question concernait sa vie et son but ultime. Il ne croyait pas en Dieu, il n’avait pas choisi le bon domaine pour devenir célèbre ou puissant. C’était pourtant les trois éléments indispensables : la foi, la célébrité et le pouvoir. Ils justifiaient une existence tout entière, ou du moins vous donnaient l’illusion que votre vie avait un sens. Toutes ces conneries, être un bon gars, traiter les gens correctement, passer du temps en famille, c’était de la merde parce que ce n’était pas ancré dans quelque chose de solide. Il n’existait aucune échelle de valeur universelle. Avoir des enfants semblait fonctionner pour certains, mais pas complètement. Ils mentaient parce qu’ils avaient perdu leur vie d’antan et qu’il était trop tard. Et l’argent à lui seul n’avait aucun sens. Il ne restait donc que le sexe, et l’argent pouvait y être d’un grand secours. » (p. 169)

 

 - L’expérience de Carl sommé de travailler pour gagner de quoi manger et optant pour une usine de poissons est désarmante de réalité et assez glaçante...

 

« Pour Carl, toutes les leçons de la vie s’illustraient là. (…) :

  1. Ne travaille pas avec d’autres personnes.
  2. N’exerce pas un travail manuel.
  3. Sois content de ne pas être une femme que le marché du travail.
  4. Le contrôle de qualité n’existe pas. Tous les autres termes du monde des affaires sont aussi des conneries. Le monde des affaires est le cimetière de la pensée et de la parole.
  5. Le travail ne sert qu’à gagner de l’argent. Alors trouve-toi un boulot qui aille au-delà, un boulot qui, dans l’idéal, ne te donne pas la sensation d’en être un. » (p. 190)

- Les éléments sont omni-présents dans ce roman, mais la nature est elle aussi en proie à une tempête qui rend peu accueillante cette île perdue au milieu du lac Skilak. Cette nature sauvage qui avait tant attiré Gary se révèle menaçante, déprimante, mettant à mal ses projets de construction. La pluie incessante joue aussi sur le moral vacillant d'Irène qui suit mécaniquement son mari jusqu'à ce qu'un trop plein de non-dits et de déceptions les terrassent... Loin du monde, coupé de leur entourage inquiet, isolés sur cette île, ils seront face à eux-mêmes et à leurs démons.

 

Caribou_island.jpg 

@Dominic Ryan, Caribou island 

 

 Ce que j’ai moins aimé :

 

- Pendant toute ma lecture, j’ai redouté le phénomène de la page 113 (ceux qui ont lu Sukkwan island comprendront) et plus j’avançais dans ma lecture, plus j’étais soulagée  de ne pas la rencontrer…

 

Jusqu’à ce que la fin du roman bouleverse toute l’histoire  et fasse éclater en mille morceaux les vies désolantes des protagonistes. D’un sens cette fin sauve le roman de l’ordinaire en frappant un grand coup, mais de l’autre, elle laisse un goût amer proprement désespéré au lecteur, une sensation de gâchis immense. Aucune once d’espoir dans ce roman qui entremêle dépression, vacuité des vies vouées à l’échec, mort, infidélité… Je dirais juste que pour se confronter à ce « Caribou island », il faut être prêt à affronter ses propres démons…

 

Premières phrases :

 

« Ma mère n’était pas réelle. Elle était un rêve ancien, un espoir. Elle était un lieu. Neigeux, comme ici, et froid. Une maison en bois sur une colline au-dessus d’une rivière. Une journée couverte, la vieille peinture blanche des bâtiments rendue étrangement brillante par la lumière emprisonnée, et je rentrais de l’école. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur :  Sukkwan island 

 

D’autres avis :

 

Babélio 

 

 

Désolations, David Vann, Traduit de l’américain par Laura Derajinski, Gallmeister, 2011, 296 p., 23 euros

 

challenge 1% littéraire

 

challenge nature writing

 

Commenter cet article

eidole 12/12/2011 14:42


Je l'ai lu aussi pour le challenge de Hérisson. Je n'ai retenu que les côtés que tu as noté dans "ce que j'ai moins aimé". Ce n'était vraiment pas une lecture pour moi !

Hélène 13/12/2011 09:03



Une lecture plutôt déconcertante que je ne conseillerai pas...



Yv 21/11/2011 14:01


Ravi de voir que tu as plus apprécié que moi qui suis passé totalement à côté du bouquin !

Hélène 21/11/2011 19:55



Plus apprécié mais pas adoré, je n'ose même pas le prêter tant je le trouve noir ! idem d'ailleurs pour le premier.... Du coup je vais te le renvoyer demain ! merci encore pour le prêt, au moins
je sais à quoi m'en tenir !



clara 20/11/2011 16:09


une lecture marquante avec le syndrôme de la page 113...

Hélène 20/11/2011 19:42



J'ai attendu, attendu... et elle n'est point venue... enfin disons que... mais je me tais je n'aime pas les spoilers !!!



Alex-Mot-à-Mots 18/11/2011 18:06


Je n'étais pas vraiment tombé sous le charme du premier. Alors pas tentée par celui-ci.

Hélène 19/11/2011 11:51



Il est certain que si le premier t'avait déplu, mieux vaut ne pas retenter l'aventure, même s'ils sont assez différents, on retrouve des thèmes communs et un point de vue pessimiste assez
prégnant !



Kathel 18/11/2011 17:51


Eh bien, tu en parles fort bien, mai sça ne me donne pas forcément envie de le lire ! Il faut dire que j'ai fait une overdose de Sukkwan Island et lui ai donc résisté vaillamment !

Hélène 19/11/2011 11:52



J'avais résisté aussi à celui-ci, puis j'ai craqué, j'ai voulu voir... Eh bien j'ai vu !!!



Hélène Choco 18/11/2011 12:41


Je te rejoins sur le fait qu'il faut être prêt à affronter ses démons : difficile de ne pas se retrouver à un moment ou à un autre dans l'un des personnages. David Vann épingle beaucoup de
stravers, des perversités, des défauts, des incohérences (etc etc) des individus...

Hélène 18/11/2011 12:48



Une lecture assez dérangeante !



Marc 18/11/2011 10:13


Je suis curieux de savoir ce qui se passe avec la page 113! De toute façon, je crois que je vais lire cet auteur, alors autant commencer dans l'ordre avec le précédent livre...

Hélène 18/11/2011 11:02



Une page 113 assez détonnante, et c'est peu dire !



sophie57 18/11/2011 10:13


tu en parles très bien mais pour ma part, j'ai trouvé que le personnage de Rhoda ouvrait la porte vers un espoir de changement , en particulier avec la toute dernière phrase du lvre, que j'ai
interprétée de cette façon...

Hélène 18/11/2011 11:04



Mais elle ne sait pas encore à ce moment-là...



keisha 18/11/2011 10:10


Dis donc, la photo de Caribou Island, ça donne drôlement envie d'y aller...

Hélène 18/11/2011 11:05



Oui, un lieu idyllique parfait pour construire une cabane au fond des bois... Si tu y vas n'oublie pas d'emmener un bon maçon !



attila 18/11/2011 07:34


J'ai devoré. Acheté le jour de la sortie et lu le jour même. .....J'aime cet univers totalement desespéré et désenchanté. Poir moi c'est un livre sur ceux qui choisissent leur vie et ceux qui la
subissent et finalement sur l'infiniment petit de la vie humaine face aux choix et à la nature omnipotente et infiniment puissante. J'espere qu'il va rapidement finir son catamaran pour se remettre
à la plume!


Hélène 18/11/2011 11:07



Je suis d'accord sur les très belles réflexions qu'on y trouve. Mais fallait-il une fin aussi... Enfin tu vois...



Lystig 17/11/2011 21:41



des vies gâchées... j'ai bien aimé (oui, on attend la page 113, mais point ici, c'est plus insidieux !)



Hélène 18/11/2011 11:08



J'ai aussi bien aimé mais je n'en ferais pas un coup de coeur...