L’amant de Marguerite DURAS

Publié le par Hélène

amant.jpg

♥ ♥ ♥

  "Très vite dans ma vie il a été trop tard. "

 

L’auteur :

 Marguerite Donnadieu - alias Marguerite Duras - est née et a grandi en Indochine, élevée par sa mère dans une concession incultivable. Ce séjour en Asie a profondément marqué sa vie. Le spectacle quotidien de la misère, l'image de l'océan qui déferle sur la concession que sa mère possède, les paysages écrasés par la chaleur constitueront des thèmes récurrents dans son oeuvre romanesque. Le baccalauréat en poche, elle se rend à Paris, poursuit ses études et entre un temps au ministère des Colonies. Journaliste, dramaturge, scénariste, elle reçoit le Grand prix du théâtre de l'Académie française en 1983 et le prix Goncourt en 1984 pour 'L' Amant', adapté par Jean-Jacques Annaud au cinéma. Son oeuvre est à rattacher au courant du Nouveau Roman. Les textes de Marguerite Duras, concis, chargés d'ellipses et de silences, se disloquent jusqu'à l'énigme. Les écrits, les paroles sont à la fois insuffisants et superflus. Parmi ses romans, on peut citer 'Un barrage contre le Pacifique' (1950), 'Le Marin de Gibraltar' (1952), 'Moderato cantabile' (1958). (source : Evene)

 

L’histoire :

Évoquant sa liaison, au début des années 1930, à l’âge de 15 ans, avec un jeune et riche Chinois, Duras reprend les thèmes qui traversent son oeuvre : l’enfance, l’Indochine, la transgression sociale… Derrière la trame de cet amour inachevé, elle offre un récit à plusieurs niveaux de lecture que berce une écriture à la formidable efficacité. D’une portée universelle, ce roman autobiographique valut à l’écrivain la consécration du prix Goncourt et la reconnaissance du public : traduit dans trente-cinq pays, il s’est vendu à 2 400 000 exemplaires. (Présentation Fnac)

 

Ce que j’ai aimé :

J'ai cherché dans la liste des Goncourt, quelle était la lecture qui m'avait le plus marquée et il se trouve qu'il s'agissait de L'amant.

Des années après sa lecture, je me souviens encore de la magie de ce texte, la magie du style qui donne littéralement à voir grâce à sa musicalité qui parle directement aux sens :

« Que je vous dise, j’ai quinze ans et demi.

C’est le passage d’un bac sur le Mékong.

L’image dure pendant toute la traversée du fleuve.

J’ai quinze ans et demi, il n’y a pas de saisons dans ce pays-là, nous sommes dans une saison unique, chaude, monotone, nous sommes dans la longue zone chaude de la terre, pas de printemps, pas de renouveau. » (p. 11)

Je l’ai lu adolescente et cette initiation amoureuse et érotique  tout en moiteur fut aussi la mienne.

« Il est sur moi, il s’engouffre encore. Nous restons ainsi, cloués, à gémir dans la clameur de la ville encore extérieure. Nous l’entendons encore. Et puis nous ne l’entendons plus. » (p. 58)

Plus tard, j’ai compris que « L’amant », c’était aussi autre chose,  une douleur portée par les mots et irrémédiablement liée à la  vie familiale  de Marguerite Duras : la mère dont on attend trop et qui n’est jamais à la hauteur, le frère aîné violent, le petit frère idolâtré dont la mort prématurée laisse des stigmates prégnants…

Roman autobiographique, « L’amant » est ce roman hypnotique ,  éveil à la sensualité,  éveil à la littérature.

Premières phrases :

« Un jour, j’étais âgée déjà, dans le hall d’un lieu public, un homme est venu vers moi. Il s’est fait connaître et il m’a dit : « Je vous connais depuis toujours. Tout le monde dit que vous étiez belle lorsque vous étiez jeune, je suis venu pour vous dire que pour moi je vous trouve plus belle maintenant que lorsque vous étiez jeune, j’aimais moins votre visage de jeune femme que celui que vous avez maintenant, dévasté. »

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Un barrage contre le Pacifique

 

D’autres avis :

Blogs : Vilvirt ; Keisha Ys 

Presse : Les Editions de minuit 

 

L’amant, Marguerite Duras, Les Editions de Minuit, 1984, 146  p., 11.50 euros

POCHE : Nombreuses éditions en poche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NOGUES 04/08/2013 14:16


Je viens de relire l'Amant pour la 3e fois. Rien à faire, c'est toujours aussi fort émotionnellement parlant. Ce qui est surprenant c'est qu'on découvre encore des éléments de l'histoire qu'on a
"zappé" lors des premières lectures. Pourtant chez Duras, ce n'est pas le plus important.


Un site à découvrir sur cet auteur : http://margueriteduras.perso.sfr.fr/Sommaire.php

Hélène 05/08/2013 09:30



Un vrai chef d'oeuvre...



Gérard Dugourd 12/11/2012 16:29


Ce livre m'a beaucoup déplu, le style décousu de marguerite duras ne me correspond pas du tout et les critiques autour de moi on vu le même constat sanglant et déprimant. Voila 12€ foutu en l'air
merci beaucoup l'alcoolique!!!!!

Hélène 13/11/2012 08:38



Elle ne peut pas plaire à tout le monde...



Alex-Mot-à-Mots 22/11/2011 15:54


J'avais préféré "un barrage contre le Pacifique", plus vrai.

Hélène 23/11/2011 09:10



Ils sont assez différents, j'ai apprécié les deux mais je trouve plus de charme à "l'amant"...



Midola 22/11/2011 09:32


J'ai beaucoup aimé "Barrage contre le Pacifique" mais à ma grande honte, je n'ai jamais lu "L'Amant"... Merci de me le rappeler 

Hélène 23/11/2011 09:11



Il est rapidement lu, je te le conseille vivement !



keisha 21/11/2011 09:22


Une relecture pour moi, des années après j'ai été soufflée par la beauté de l'écriture!

Hélène 21/11/2011 11:09



Une relecture aussi pour moi, avec toujours autant de plaisir !



Hélène Choco 21/11/2011 09:07


J'ai vu le film et donc je n'ai pas lu le livre. J'ai trouvé ce premier extrêment bien réalisé, il en ressort beaucoup de sensualité et une langueur toute asiatique. Je vais me noter de relire
mes classiques et surtout ... de lire Marguerite Duras, car je ne suis pas certaine de l'avoir un jour lue. Voilà encore un billet qui me donne envie de lire...

Hélène 21/11/2011 11:10



J'avais aussi adoré le film, très beau et puissant !