L'amour est une île de Claudie GALLAY

Publié le par Hélène

                                                amour est une ile

 ♥ ♥

 

L’auteur :

 

Claudie GALLAY est une écrivain français. Elle a publié son premier roman «L’office des vivants» en 2001.

 

L’histoire :

 

C'est une saison singulière pour Avignon et les amoureux du théâtre : la grève des intermittents paralyse le festival. Un à un les spectacles sont annulés. Les visiteurs déambulent sous un soleil de plomb, à la recherche des rares lieux où joueront quand même quelques comédiens. Comme Mathilde, dite la Jogar : devenue célèbre depuis qu'elle a quitté Avignon, elle est enfin de retour dans cette ville où elle a grandi, et pour un rôle magnifique. L'homme qu'elle a tant aimé, et qui l'a tant aimée, Odon Schnadel, a appris sa présence par la rumeur. Lui-même vit ici en permanence, entre sa péniche sur le fleuve et le petit théâtre qu'il dirige.

Cette année-là, avec sa compagnie, Odon a pris tous les risques. Il met en scène une pièce d'un auteur inconnu, mort clans des circonstances équivoques : un certain Paul Selliès dont la jeune soeur Marie - une écorchée vive - vient elle aussi d'arriver à Avignon, un peu perdue, pleine d'espérances confuses... ou de questions insidieuses. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Dés les premières lignes les phrases courtes de Claudie Gallay claquent et happent le lecteur dans leur ronde. Un monde se dessine, une atmosphère se crée, et le lecteur devient l’un des personnages, subissant comme eux la chaleur et la pesanteur de cet été 2003. Là est la grande force de Claudie Gallay : réussir en quelques mots  à planter un décor et à y installer confortablement son lecteur.

 

« Julie et les garçons ont réservé une table sous les platanes le long de la petite Sorgue. C’est une ruelle étroite, pavée, une des plus anciennes de la ville, autrefois un quartier de teinturiers. Ils boivent du punch antillais au goût de goyave, lait de coco, morceaux d’ananas, une ombrelle en papier plantée pour décor.

Ils trinquent à l’avenir.

Les tables autour d’eux sont toutes occupées.

Il fait trop chaud, l’eau de la Sorgue est croupie.

Des guirlandes de lumière sont allumées dans les arbres. Une foule bigarrée se déverse, au coude à coude. Des jeunes filles, en groupe, des femmes parées d’étoffes multicolores. On lèche des glaces, on choisit des crêpes, on mange en marchant, on regarde les autres. » (p. 71)

 

-          Chaque personnage porte en lui sa part de mystère, mystère qui se lève lentement au fil des pages.

  

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Je dois avouer avoir été lassée par les personnages que j'ai trouvé peu attachants, froids pour la plupart.

-          L’atmosphère est étouffante, les respirations sont rares si bien qu’au fur et à mesure de la lecture un trop plein s’est fait sentir…

 

Premières phrases :

 

« Il fait encore nuit et le fleuve est tranquille quand Odon Schnadel sort de sa péniche. Il tient un bol à la main. C’est son premier café, noir, brûlant. Il a mal au crâne. Il glisse deux aspirines dans le bol.

La chaleur est étouffante.

Des branches flottent, cassées plus au nord et charriées, apportées là, elles se confondent avec les eaux brunes. »

 

Vous aimerez aussi :

 

 Ouragan de Laurent GAUDE

 

L’amour est une île, Claudie GALLAY, Actes Sud, août 2010, 350 p., 21.80 euros

 

Je remercie Clara pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

 

Elles l’ont lu aussi : Choco, Leiloona  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 03/02/2011 11:23



Voilà un roman que je n'ai pas plus apprécié que cela non plus.



Hélène 03/02/2011 13:16



Je me sens moins seule..



clara 02/02/2011 10:46



Je fais partie de celles qui préfèrent les déferlantes ! Mais l'écriture de Claudie Gallay est toujours aussi singulière et j'aime !!!!



Hélène 02/02/2011 10:59



Il est certain que ses romans ont un charme diffus, mais j'ai moins accroché ici.



keisha 02/02/2011 10:18



Ben, je suis "la" super méchante qui n'ai pas trop aimé les déferlantes, dois je tenter l'aventure? A feuilleter le livre, je retrouve le même style, ça risque de ne toujours pas passer..;



Hélène 02/02/2011 10:58



Je te comprends, ne tente même pas celui-ci alors.



Anis 02/02/2011 10:15



Oui , les critiques sont beaucoup plus mitigées que pour "Les déferlantes".



Hélène 02/02/2011 10:58



Il paraît, je ne les ai pas lues, mais j'ai effectivement moins adhéré.



zarline 02/02/2011 09:38



Le contexte du festival d'Avignon ne me tente pas vraiment. Je pense plutôt enfin découvrir cette auteure avec Les déferlantes et on verra pour la suite...



Hélène 02/02/2011 10:58



Je pense que c'est un bon choix. j'avais beaucoup aimé aussi "seule venise".



Griotte 02/02/2011 09:36



J'ai beaucoup aimé ce livre, la chaleur d'Avignon, ce qui se trame entre les personnages...



Hélène 02/02/2011 10:57



J'ai nettement préféré "les déferlantes"..



Hathaway 02/02/2011 09:29



Un joli coup de coeur pour moi, je l'ai trouvé très fort, j'ai surtout aimé l'ambiance éléctrique du festival dans laquelle se déroule l'histoire.



Hélène 02/02/2011 10:57



Oui effectivement cette atmosphère est bien rendue, mais j'ai été déçue par les personnages, que j'ai trouvé peu attachants.