La délicatesse de David FOENKINOS

Publié le par Hélène

délicatesse

 ♥ ♥ 

  « L’art d’aimer ?

C’est savoir joindre à un tempérament de vampire

La discrétion d’une anémone. » (Cioran) (p. 82)

 

L’auteur :

 

David Foenkinos est un écrivain et scénariste français. Il a publié son premier roman en 2002.

 

L’histoire :

 

« Il passait par là, elle l'avait embrassé sans réfléchir.   Maintenant, elle se demande si elle a bien fait.   C'est l'histoire d'une femme qui va être surprise par un homme.   Réellement surprise. » (Présentation de l'éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-         J’ai croisé David Foenkinos en juin dernier lors de la remise du prix orange du livre (il appartenait au jury), et j’avais envie de voir si l’œuvre ressemblait à l’homme : spirituel, drôle, gai… Eh bien oui, pari réussi, cette Délicatesse a tenu ses promesses. C’est effectivement un roman drôle, spirituel et gai.

 

-         Les  chapitres sont entrecoupés de brèves digressions : « Définition du mot « délicatesse » dans le Larousse », « Résultats de ligue 1 le soir où Charles comprit qu’il ne plairait jamais à Nathalie », « Ingrédients nécessaires pour le risotto aux asperges »… Elles apportent un voile léger et décalé au roman en désamorçant l’intrigue.

 

« Pensée d’un philosophe polonais

 

Il y a des gens formidables

Qu’on rencontre au mauvais moment.

Et il y a des gens qui sont formidables

Parce qu’on les rencontre au bon moment. » (p. 88)

 

-         L’analyse des sentiments est intelligente et subtile. David Foenkinos décrit avec tendresse ces instants fragiles durant lesquels tout peut basculer, aussi bien dans le positif que dans le négatif si l’on n’y prend pas garde.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-         Le tout reste très léger, sans grande prétention.

 

Premières phrases :

 

« Nathalie était plutôt discrète (une sorte de féminité suisse). Elle avait traversé l’adolescence sans heurt, respectant les passages piétons. A vingt ans, elle envisageait l’avenir comme une promesse. Elle aimait rire. Elle aimait lire. »

 

Vous aimerez aussi :

 

  Le traducteur amoureux de Jacques GELAT

 

Une adaptation de ce roman devrait voir le jour en 2012.

   

D’autres avis : Sophie, Amanda, Karine

 

La délicatesse, David Foenkinos, Gallimard, août 2009, 200 p., 16 euros

POCHE : La délicatesse, David Foenkinos, Folio, janvier 2011, 209 p., 6.20 euros

 

Je remercie Lise Chasteloux pour cette lecture rafraichissante...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F


je l'ai lu il y a quelques mois et franchement ......les traces de pas s'effacent dans le sable .... sympa mais rien de transcendant à mon goût.



Répondre
H


Effectivement, rien de transcendant nous sommes plus dans le divertissement...



M


C'est aussi le premier titre que j'ai lu de Foenkinos, et j'avais été conquise... Heureusement car notre deuxième rencontre avec "Le potentiel érotique..." m'a laissée sceptique...



Répondre
H


Zut alors, il a rejoint ma pal depuis, j'ai peur tout à coup..



S


Je partage entièrement ton avis !



Répondre
H


J'ai cru le comprendre..



C


J'ai adoré "La délicatesse" ,c'est frais ,léger et me laisse le souvenir d'un moment de lecture très agréable .C'est le premier Foenkinos que j'ai lu à cette heure ,quelques autres sont dans ma
PAL en attente du moment propice ... 



Répondre
H


Je savais qu'il te plairait... Mais je reste persuadée que dans un an il ne me restera pas grand chose de cette lecture ... pas grave au final, ce qui compte aussi c'est le plaisir de lecture
immédiat non ??



A


Je l'ai dans ma PAL et il m'attend sagement. Je n'ai rien lu de cet auteur et c'est peut-être pour cela que je prends mon temps pour lire ce livre-ci et celui que j'ai aussi : "Nos séparations".



Répondre
H


Ce fut aussi une première fois pour moi, j'ai enchaîné en ajoutant à ma pal "le potentiel érotique de ma femme"...



Y


Comme Caroline, je n'ai pas vraiment aimé Le potentiel érotique de ma femme. Pas convaincant. J'ai hésité dernièrement sur son Lennon, que je n'ai finalment pas pris.



Répondre
H


Ce sont des écrits légers, mais j'ai bien apprécié...



A


Un roman que j'avais beaucoup aimé, mais comme tu dis, très léger, et quelques mois plus tard, il n'en reste qu'une vague impression.



Répondre
H


je m'en doutais...



C


Je n'avais pas été séduite par "Le potentiel érotique de ma femme", que j'avais trouvé très surfait... Je suis pourtant cliente de l'humour absurde, mais là... je n'avais pas accroché du tout. Du
coup, je passe sur "La délicatesse" !



Répondre
H


J'ai rajouté à ma pal "le potentiel.." récemment, nous verrons.



F


J'ai découvert Foenkinos et son style avec " la délicatesse", depuis j'en consomme régulièrement.



Répondre
H


Ce fut le premier que j'ai lu de cet auteur, je pense que j'y reviendrai...



K


C'est drôle et gai, mais pas irrésistible, si j'en crois le fait que tu ne l'as pas inclus dans ton challenge "rire et humour" ?



Répondre
H


Bien vu  A dire vrai, j'ai hésité


Mais il s'agit quand même du deuil d'une jeune femme qui doit se reconstruire après la mort de son conjoint, donc si certains passages sont assez drôles, le fond est grave...


Donc pas de petit logo pour lui...