La tête à Toto de Sandra KOLLENDER

Publié le par Hélène

                                                 tete-a-toto.jpg

 ♥ ♥

 

 L’auteur :

 Conceptrice-rédactrice puis comédienne, elle met sa carrière entre parenthèses en 2003 pour s’occuper de son fils, alors atteint du Syndrome de West.

Elle partage actuellement son temps entre les nombreuses rééducations et la scène.

La Tête à Toto est son premier roman.

 L’histoire :

 – Écoute Anna, ton bébé est gravement malade, mais tu sais il pourrait être handicapé. Ah, OK, il est handicapé ? Mais tu pourrais être une mère célibataire. Ah, ça aussi ? Bon mais ne te plains pas, je te rappelle que le père de ton fils est vivant alors que ton amoureux d’avant est mort d’un cancer. Ah, tu vois, ça va tout de suite mieux non ?

 Anna a grandi dans une famille où le pathos est proscrit. Chez les siens, il est un devoir de rire de tout. Alors, elle n'a pas choix, il faut tout prendre autrement. C'est une question de survie.

 Dans ce roman autobiographique, Sandra Kollender nous entraîne dans un monde surréaliste et lumineux. Elle démontre que dans la vie non seulement tout peut arriver – mais que, surtout, presque tout arrive. Même le meilleur.

En refermant ce livre sur le pouvoir de l'amour maternel, on se dit que, bien qu’escarpé, le chemin est exaltant.

 

Ce que j’ai aimé :

Sandra Kollender nous fait découvrir le parcours du combattant d’une mère et de son enfant handicapé : les médecins peu aptes à expliquer la maladie, peu psychologues, les directrices d’école, peu enclines à accepter un enfant handicapé, les méthodes de rééducation, peu adaptées en France… Le bilan pour la France est lourd : il semble que ce soit un pays qui ne sait pas gérer cette réalité, obligeant par exemple Noé à se faire rééduquer à … Toronto !

 Après les stages à Toronto avec la méthode MEDEK voici le bilan de la jeune maman : 

 « Eh bien moi j’ai réalisé pendant mes longues heures d’avion que si Noé était né dans une ferme au fin fond de la Creuse, dans une famille un peu moins informée et avantagée, il n’aurait pas pu partir à Toronto et rien de tout ça ne serait arrivé.

J’ai aussi vu le retard de la France en matière de prise en charge (peu de choix, quasiment aucun remboursement), mais surtout l’étroitesse d’esprit des nombreux rééducateurs qui refusaient de s‘ouvrir aux méthodes qui ne sont pas celles enseignées à l’école.(…)

« Ah oui, c’est très bien. Oui vraiment, très impressionnant. Ca ressemble un peu à la méthode machin que j’utilise parfois. Bravo, il a fait de beaux progrès. Allez, reprenons où on en était. » » (p. 43)

Le ton de ce témoignage se veut drôle et décalé :

 « Je n’ai rien contre les PMI. C’est peut-être très bien. Mais faut pas y aller quand t’es malade. C’est marqué dans le règlement. Quand t’es malade il faut aller voir le pédiatre. Mais comment tu sais que t’es malade si tu vas qu’à la PMI ? » (p. 21)

 En effet derrière cette mascarade humoristique, se cache de véritables failles, cachées pour les besoins du bien-être de l’enfant :

 « Mais il faut qu’il sache que je suis la plus graaaande actrice qu’il ait jamais connue.

Je suis celle qui peut vire chaque jour avec un cœur mort en chantant « Meunier tu dors » avec les mains qui tournent et le changement de rythme et tout et tout.

Je suis celle qui peut parler pendant près d’une heure avec sa grand-mère adorée d’une voix parfaitement calme et raccrocher pour pouvoir enfin m’écrouler.

Je suis celle qui va jouer la comédie du monde meilleur pour son petit garçon, parce que si je ne le fais pas, il va devenir triste. » (p. 76)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 J’ai nettement moins aimé les chapitres consacrés uniquement à la maman et à ses déboires amoureux. Il faut dire aussi que ce livre est beaucoup centrée sur elle, sur sa capacité à passer outre les difficultés, à être une super-maman…

Je me suis demandée si les quelques caricatures qui égratignent la France sont vraies ou pas, j'aurais aimé qu'un dossier accompagne ce petit livre, avec en plus des explications sur la maladie évoquée.

 Au final, je pense que le fait de traiter de ce sujet sur un mode humoristique est dérangeant pour les personnes concernées par le handicap, j’ai en effet demandé à deux personnes dont c’était le cas, elles m’ont répondu que ce type de livre les gênait. 

  

Premières phrases :

 « Je m’appelle Anna, je suis au bord de mes trente-sept ans et de pas mal d’autres choses. J’ai des diplômes vraiment très impressionnants. Si vous voulez les voir, ils sont quelque part au fond d’un carton. »

 Vous aimerez aussi :

Où on va papa de Jean-Louis FOURNIER 

 

D’autres avis :

Clara Mimi Stieg Yves

   La tête à Toto, Sandra Kollender, Steinkis Editions, février 2012,  156 p., 9.50 euros

grand prix lectrices de elle

Publié dans Biographies et cie

Commenter cet article

Laetitia 11/05/2013 17:59


Ce n'était pas encore le cas lorsque Sandra Kollender a écrit son livre, mais il y a maintenant une kinésithérapeute française formée à la méthode Cuevas Medek Exercices , moi-même, et nous
sommes actuellement 4 en Europe à être formé (une anglaise et deux belges). La situation de la France et de l'Europe en matière de rééducation évolue...lentement.

Hélène 12/05/2013 13:50



Une bonne nouvelle !!



Nadael 28/11/2012 16:58


Un avis très mitigé pour moi aussi (pas encore rédigé mon billet)... Tu évoques Cher Gabriel dans un de tes commentaires : livre que j'ai beaucoup aimé pour sa pudeur, sa délicatesse, sa poésie
aussi... rien de tout cela dans La tête àToto, et ça m'a dérangée.


 


 

Hélène 29/11/2012 09:13



Effectivement, "cher Gabriel" était beaucoup plus fin, intelligent !



Yv 26/11/2012 16:22


J'ai bien aimé moi, justement le ton employé, résolument anti-plombant. Et je l'ai lu bien avant Intouchables ! Je comprends qu'il puisse gêner certaines personnes touchées par des maladies ou
des handicaps, mais justement le ton usité dédramatise. Quant aux scènes de la vie amoureuse de la mère, elles sont là pour bien montrer que malgré le temps passé avec son fils, elle tente de se
distraire elle aussi. 

Hélène 27/11/2012 09:08



Je comprends ton point de vue, mais cela m'a gêné, aussi parce que j'ai eu l'impression qu'elle se mettait trop en avant, en se présentant comme une super maman !



Aifelle 26/11/2012 10:57


Je n'ai pas lu le livre, je ne peux donc pas en parler, mais j'ai entendu plusieurs émissions de radio sur le sujet et il semblerait que oui, la France est très en retard sur ces sujets-là et
très étroite d'esprit. Après, il y a des écoles différentes qui s'affrontent férocément, ce qui ne doit pas aider à progresser.

Hélène 26/11/2012 11:34



Eh bien ce livre aura au moins le mérite de mettre l'accent sur ce souci !



Philisine Cave 25/11/2012 20:26


Ton avis fort instruit ne m'encourage pas à la lecture (ce n'est pas lié à ta chronique intelligente mais aux phrases extraites en particulier). Je ne le sens pas. Je confirme que lelivre de
Jean-Louis Fournier reste une excellente suggestion (il est parfait même). Bises

Hélène 26/11/2012 09:03



Tu as raison de ne pas le sentir...



jerome 25/11/2012 17:53


Le sujet est plutôt plombant. Même en mode humoristique je n'ai pas du tout envie de lire ça en ce moment (sans doute à cause de ma paternité à venir^^).

Hélène 26/11/2012 09:04



Je te comprends...



clara 25/11/2012 14:19


Je suis exactement d'accord avec toi   : mMoi aussi,  je me suis intérrogée sur la crédibilité de certaines situations et beaucoup d'enrobage inutile avec sa vie amoureuse qui
selon moi est hors sujet...

Hélène 26/11/2012 09:04



Cela ne me semble pas être un texte approprié... de fait "cher gabriel" remonte dans mon estime///



Anis 25/11/2012 10:45


Effectivement ce type de livres ne me dit rien. Il faut vraiment que cela soit bien fait mais je sais que c'est un véritable parcours du combattant pour les parents d'enfants handicapés.

Hélène 26/11/2012 09:05



Oui ce n'est uère évident mais d'autres titres en parlent de façon bien plus fine.



luocine 25/11/2012 09:28


le handicap et la France vaste sujet , j'aimerais être certiane que ce soit mieux ailleurs.


Luocine

Hélène 26/11/2012 09:06



Je pense qu'au Canada, c'est en effet mieux !



keisha 25/11/2012 08:35


Tes bémols sont aussi partagés par d'autres lectrices.

Hélène 26/11/2012 09:06



J'ai vu ça oui, ça se confirme !:



Jeanmi 25/11/2012 08:31


Critique toujours aussi bien construite donnant envie de se précipiter chez son libraire pour  se faire un cadeau et de plus cela va être la saison...

Hélène 26/11/2012 09:06



Je ne vous conseille pas ce titre-là...