Les harmoniques de Marcus MALTE

Publié le par Hélène

                                 harmoniques.jpg

   

Une somptueuse ballade aux accents de jazz

 L’auteur :

 http://marcusmalte.wix.com/marcusmalte#!biographie

 L’histoire :

 Souviens-toi, on rêvait d’un monde de justice… Vera Nad, vingt-six ans, jeune femme au visage d’ange. Morte. Son corps, ou ce qu’il en reste, est retrouvé un matin dans un entrepôt désaffecté. La police conclut à un règlement de comptes entre dealers. Les coupables sont rapidement arrêtés. Affaire classée. Pas pour tous. Mister, le pianiste au grand cœur, et Bob, son acolyte, chauffeur de taxi érudit, ne croient pas à cette version des faits. Vera était leur amie, ils se doivent de mettre au jour la vérité. Une quête qui les conduira des hautes sphères de la politique française jusqu’aux rives lointaines du Danube. De Paris à Vukovar. Des riches demeures des princes aux charniers des Balkans. Du présent au passé. Car en tout temps règnent le mal et la corruption, en tout lieu les plus bas instincts de l’homme se déchaînent. Et seul l’écho des cris des victimes ne meurt jamais. Quatre ans après le phénoménal Garden of love, Marcus Malte renoue avec son duo de personnages fétiches pour composer cette fois une somptueuse ballade aux accents jazz. Un chant d’amour, poignant, dans lequel ces « voix chères qui se sont tues » n’en finissent pas de résonner. (Quatrième de couverture)

 

Ce que j’ai aimé :

 « - Harmeûniques ? C’est quoi les harmeûniques ?

- Les notes derrière les notes, dit Mister. Les notes secrètes. Les ondes fantômes qui se multiplient et se propagent à l’infini, ou presque. Comme des ronds dans l’eau. Comme un écho qui ne meurt jamais. (…° Ce qu’il resta quand il ne reste rien. C’est ça les harmoniques. Pratiquement imperceptibles à l’oreille humaine, et pourtant elles sont là, quelque part, elles existent. (…) Il n’y a pas que la musique qui produit des harmoniques. Le bruit des canons aussi. « (p. 294)

 Mister est pianiste, Bob conducteur de taxis et en enquêtant sur le meurtre d'une jeune femme qu'a connue Mister, ils vont rencontrer une galerie de personnages atypiques : un chanteur à la tire, un accordéoniste aveugle,  un sculpteur manchot, tous des êtres qui connaissent la cruauté du monde et qui croient en la beauté de l’art, en sa capacité qu’il a de transcender la douleur et d’éterniser les sentiments. Qu’il soit musique ou sculpture, il permet d’établir une maigre paroi contre la violence, et de graver dans l’éternité l’innocence et la pureté.

 « C’est alors qu’il faut faire appel à ces chants. Les laisser remonter. D’abord pour que s’apaisent le tremblement des mains et l’entrechoquement des os et pour éviter que l’âme ne se désagrège, qu’elle ne se liquéfie, qu’elle ne se répande comme cette flaque fétide sous la robe en coton. Ensuite pour se persuader que l’humanité n’a pas engendré que porcs et bouchers et ogres barbares, mais aussi quelques fées ou enchanteurs dotés du pouvoir de transformer le bruit en son, les cris en note, les rafales en arpèges, les plaintes en mélodie, les sanglots longs en violons – la vie en harmonie. 

Pour continuer à croire qu’il existe autre chose, autre part. » (p. 51)

 A la recherche des meurtriers de Vera Nad, une jeune femme sans doute idéalisée par le pianiste romantique, assassinée dans conditions tragiques. ils vont se heurter au lourd passé de la guerre des Balkans puis vont aussi découvrir les arcanes des hautes sphères de la politique porté par un style époustouflant, à la fois drôle, puissant, marquant.

Qui se souviendra de nos morts ? qui se souviendra des massacres, des violences ?

Qui sinon aussi les écrivains ?

Un roman jazzy très puissant !

 Ce que j’ai moins aimé :

 Le long développement sur la résolution de l’intrigue.

 

Premières phrases :

 « En d’autres temps, d’autres lieux, elle aurait été la jeune femme accoudée au demi-queue qui ne le quittait pas des yeux pendant qu’il jouait. Où qu’elle fût toujours en exil, toujours funambule sur le fil de la musique – qui sait où il conduit ? Le bout incandescent de sa cigarette se reflétant sur la laque noire du piano comme un phare au milieu de l’océan. »

 

Vous aimerez aussi :

 Du même auteur : Garden of love

Autre : Mapuche

 

D’autres avis :

 Libération  ; Kathel ; Jean-Marc  

 

  Les harmoniques, Marcus Malte, folio, janvier 2013, 7.70 euros

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

luocine 16/09/2013 18:30


je ne suis pas tentée par les polars , et en ce moment je croule sous les livres à lire


Luocine

Hélène 17/09/2013 08:26



Je sais ce que c'est... ;)



Alex-Mot-à-Mots 16/09/2013 14:46


Pas fan de jazz, je passe mon tour.

Hélène 17/09/2013 08:26



Fan de musique alors ,??



jerome 16/09/2013 13:09


J'aime beaucoup cet auteur en littérature jeunesse. En polar forcément ça m'attire moins mais tu est tellement enthousiaste...

Hélène 17/09/2013 08:26



Oui il FAUT que tu le lises !



kathel 15/09/2013 15:18


Ah, Marcus Malte ! ;-) Merci pour le lien ! 

Hélène 16/09/2013 08:24



Oui je le découvre avec joie !