Les plus beaux contes zen de Henri BRUNEL

Publié le par Hélène

                                     plus-beaux-contes-zen-copie-1.jpg

♥ ♥ ♥ ♥

« Chacun de nos instants, s’il est juste, est une goutte d’éternité. » (La femme de glace)

 

L’auteur :

Ancien proviseur de lycée, Henri Brunel a été professeur de yoga pendant plus de trente ans. Il est notamment l'auteur de Restez zen : la méthode du chat et du Guide de relaxation pour ceux qui n'ont pas le temps (le Seuil, 2003), des plus beaux contes zen (Calmann-Lévy, trois tomes, et une version illustrée parue en 2002) de Je confie mes traces aux nuages (Calmann-Lévy, 2002).de Humour Zen et de l'Année zen (Calmann-Lévy, 2003) et du Conte du chat maître zen (Calmann-Lévy, 2004).


Les contes :

Corbeau branche Kyo1
Le Zen s'adresse en ses commencements à des populations de tradition orale. Les moines zen ont souvent recours au conte pour mettre à la portée des plus humbles "la pensée zen", si difficile à saisir en raison même de sa simplicité. Le conte zen : ses histoires de dragons, d'éléphants, de jeunes femmes belles et sages, moines vivant dans des huttes de branchages, d'empereur mélancolique, de truelle enchantée ou de grue cendrée... Derrière le chatoiement du merveilleux récit : le cœur des choses, l'absolu, la "nature du Bouddha". L'intégralité des quatre-vingts contes zen d'Henri Brunel est réunie ici, avec une quarantaine d'illustrations en couleurs des maîtres de l'estampe japonaise des XVIIIe et XIXe siècles.

Ce que j’ai aimé :

Henri Brunel nous offre une série de contes courts puisés dans la littérature zen, d’origine japonaise, quelquefois indienne ou chinoise.  Les personnages peuvent être des animaux, ou des êtres humains, mais leurs aventures sont toujours assorties d'une conclusion s'inscrivant dans la tradition zen : « Rien ne doit faire obstacle à l'expérience personnelle », ou « Chacun de nos instants, s'il est juste, est une goutte d'éternité ».

Les contes de Henri Brunel permettent d’aborder l’univers du zen de façon très ludique et accessible : il est possible de ne lire ces contes que pour leur intérêt littéraire et de puiser ensuite les morales qui s'accordent aux nôtres sans pour autant se déclarer adepte du zen. Les estampes choisies pour illustrer ces contes sont magnifiques,


UTAGAWA-32.jpg 

« Le Zen,  cette lame nue, cette lumière insolente et impitoyable qui me contraignait à me faire face à ma vie et me renvoya plus ouvert, plus tolérant, plus profond à la foi chrétienne de mon enfance. Vivre, zen, c’est être plus lucide, trier ce qui passe et ce qui demeure, c’est goûter le bonheur du présent, et, coque de noix sur l’océan de l’Absolu, s’arrimer d’instant en instant à l’éternel. » (Préface)

« J’ai jeté cette toute petite chose
Que l’on appelle « Moi »
Et je suis devenu le monde immense » (Sosëki)

« Le Zen unit le visible et l’invisible, l’humble quotidien et la réalité ultime, le relatif et l’Absolu. Le « cyprès dans la cour », la fleur devant soi, le caillou sous nos pas sont les chemins qui mènent à l’au-delà, de l’au-delà, du par-delà. »  (La bannière et le vent)

« Chaque goutte d’eau contient l’océan. » (L’humble moine)


Ce que j’ai moins aimé :


-Rien.


Un conte :


plus beaux contes 2En guise d’au revoir


« Un moine zen se disposait à parler sur la grande place du village. Il avait soigneusement rédigé son discours, et il s’apprêtait à le lire, quand un brusque coup de vent fit s’envoler les feuillets dans les branches du citronnier. Pris au dépourvu, incapable de retrouver le fil de son harangue, il dit :
« Mes amis, voici en résumé, ce que je voulais vous exposer : quand j’ai faim, je mange, quand je suis fatigué, je dors.
-    Mais tout le monde ne fait-il pas comme vous, maître ? interroge quelqu’un dans la foule.
-    Non ! pas de la même façon !
-    Pourquoi, maître ?
-    Quand les gens mangent, ils pensent à mille choses, quand ils s’endorment, ils pensent à leurs problèmes. Voilà pourquoi ils ne font pas comme moi ! »
Alors le moine descendit au milieu d’eux, recueillit les dons, et, à ceux qui le questionnaient encore, il répondit : « Quant aux détails, vous les trouverez dans les branches du citronnier… » »

Vous aimerez aussi :

Petits contes de printemps de Natsume SOSEKI

 

Les plus beaux contes zen, Edition illustrée, Henri Brunel, Calmann-Lévy, janvier 2003, 25.90 euros
POCHE : Librio

 ChallengeDragonFeu
 

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

lounima 19/04/2012 13:18


Comme Aifelle, je pense que c'est un recueil qui pourrait également me plaire. Je le note.


PS : Attention, je pense qu'il y a une petite coquille dans le dernier conte : "Il avis" au lieu de "Il avait", non ?

Hélène 19/04/2012 20:31



Note !!!



Aifelle 16/04/2012 06:51


C'est le genre de recueil qui pourrait me plaire. Je connais la dernière histoire, je l'ai lue, probablement dans un autre recueil.

Hélène 16/04/2012 16:15



Un très bel objet à s'offrir !