Limonov d'Emmanuel CARRERE

Publié le par Hélène

limonov

♥  

Prix Renaudot 2011

 

L’auteur :

Emmanuel Carrère est un écrivain français.

 

L’histoire :

« Limonov n’est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l’underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d’un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l’immense bordel de l’après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d’un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement.

C’est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d’aventures. C’est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. » (Présentation de l’éditeur)

 

Mon avis :

-         -  Je pourrais vous dire que Limonov est un roman passionnant centré sur un personnage marquant. Mais si Edouard Limonov est sans conteste un homme qui marque les esprits, il est aussi un être prêt à tout pour échapper à sa condition tristement humaine et exister. Prêt à tout, et surtout prêt au pire pour devenir quelqu’un et s’échapper d’un destin étroit. Ce n’est pas un être attachant, et la fascination étrange de l’auteur pour cet homme est assez déroutante :

« « C’est bizarre, quand même. Pourquoi est-ce que vous voulez écrire un livre sur moi ? »

Je suis pris de court mais je réponds, sincèrement : parce qu’il a – ou parce qu’il a eu, je ne me rappelle plus le temps que j’ai employé – une vie passionnante. Une vie romanesque, dangereuse, une vie qui a pris le risque de se mêler à l’histoire.

Et là, il dit quelque chose qui me scie. Avec son petit rire sec, sans me regarder :

« Une vie de merde, oui. » » (p. 484)

La frontière entre biographie et roman est ténue ici et l’auteur le reconnaît lui-même "J'ai une réticence à utiliser ce mot, explique l'auteur. La définition du roman parle de fiction. Or, tous les événements rapportés sont véridiques, même si je garde une liberté dans la mise en scène. Et il y a aussi tout ce qui relève de l'inexactitude involontaire..." (source L’express, Jean-Paul Guilloteau)

-          - Je pourrais vous dire que l’on apprend beaucoup sur la Russie et la politique de cette époque. Sauf que personnellement, je me suis ennuyée dans ces passages historiques et politiques.

-         - Je pourrais vous dire qu’Emmanuel Carrère est un grand écrivain, mais je n’avais pas du tout apprécié son « D’autres vies que la mienne », qui jouait trop sur le pathos à mon goût, et ici j’ai été énervée par ces allers et retours entre sa vie et celle de son héros, parce que je n’ai pas cette idée-là de la littérature et des romans.

 -         -  Je pourrais vous dire qu’il faut croire les critiques et découvrir cet ouvrage,  et je pense qu’il faut le faire si :

1. Vous appréciez les biographies

2. Vous appréciez l’histoire du communisme

3. Vous vous intéressez à  Edouard Limonov

4. Vous appréciez Emmanuel Carrère.

Sinon ? Il y a tant d’autres romans à découvrir…

 

Premières phrases :

 

« Jusqu’à ce qu’Anna Politkovskaïa soit abattue dans l’escalier de son immeuble, le 7 ocotbre 2006, seuls les gens qui s’intéressaient de près aux guerres de Tchétchénie connaissaient le nom de cette journaliste courageuse, opposante déclarée à la politique de Vladimir Poutine. »

 

 

D’autres avis :

 

Blogs : Clara , Mathilde, Valérie, PetitSachem, SD49

Presse : Les InrocksTélérama, Lire, Le Magazine Littéraire

 

Limonov, Emmanuel Carrère, POL, 2011, 488 p., 20 euros

 

capture-d ecran-2010-07-15-a-12-49-41[1]

 

challenge 1% littéraire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 13/11/2011 19:24



Bonsoir, Hélène, je trouve ton billet négatif intéressant. Cela change du consensus sur ce roman que je n'ai pas lu et que je n'ai pas forcément envie de lire. Depuis la parution de ce roman, il
y a beaucoup d'écrits du "vrai" Limonov qui viennent d'être publiés. Tout fait vendre. Bonne soirée.



Hélène 13/11/2011 21:49



Bonsoir, merci, j'ai vu qu'il était réédité, franchement je ne sais pas si c'est une bonne chose...



Hélène Choco 08/11/2011 09:36



Même avis que toi sur "d'autres vies que la mienne" : je n'ai pas du tout compris l'intérêt de ce livre et effectivement ca tournait au pathos. Il semble qu'il y ait une mode en ce moment
d'écrire des auto-fictions, des autobiographies ou des romans dans lesquels l'auteur se met en scène, bref, des livres auto-centrés. C'est pourquoi j'apprécie 1Q84 en ce moment : enfin un vrai
roman avec des personnages, pas de digressions personnelles et pas de mélange des genres! (tiens, je n'arrivais pas à faire mon billet, voilà que ça commence à prendre forme... )



Hélène 08/11/2011 09:55



c'est aussi pour cela que je préfère la littérature étrangère, on trouve moins ce nombrilisme français et on a droit à de vraies fictions...



clara 08/11/2011 08:52



J'ai imé, je ne me suis pasennuyée ! C'est vrai que Limonov n'est pas un genatlmena et qu'Emmanuel Carrère nous raconte le persannage sous toutes ses facettes.


Pour le beau prince charmant, il faut lire autre chose...:)


 


 



Hélène 08/11/2011 08:55



Pourtant je n'aime pas les princes charmants, trop lisses à mon goût... Je pense que c'est un ensemble de petites choses qui ont fait que je n'ai pas accroché. Et j'ai conscience d'être à
contre-courant des avis et critiques. Tant pis !



attila 07/11/2011 19:32


j'avais bcp aimé "d'autres vies. ...." (seconde partie) mais je n'apprecie pas l'auteur et ce livre ne me donne pas du tout envie. ...je ne le lirai sans doute jamais. Il y en a tellement d'autres
qui me font de l'oeil! !!


Hélène 07/11/2011 19:46



Oui, tellement d'autres, tu as raison, si tu n'es tentée qu'à moitié, concentre toi sur les autres !



sylire 07/11/2011 18:38



Moi, j'ai trouvé ce livre passionnant et je ne me suis pas ennuyée un instant. Il est vrai que j'aime les romans à dimension historique. Limonov n'est pas un personnage attachant mais il est
intéressant je trouve...



Hélène 07/11/2011 19:46



Oui il est intéressant mais aussi répugnant...



Kathel 07/11/2011 17:55



J'ai beaucoup aimé "D'autres vies que la mienne" entre autres romans d'E. Carrère, mais celui-ci me tente moins... Le sujet, sans doute.



Hélène 07/11/2011 19:47



Si tu n'entres pas dans les critères que je cite à la fin, n'essaie même pas !



Noukette 07/11/2011 17:12



Bon, je n'avais déjà pas des masses envie de lire ce livre, ton avis me conforte dans cette idée ! Prix ou pas d'ailleurs ! ;-)



Hélène 07/11/2011 19:50



Les prix ne sont pas toujours -et c'est un euphémisme- gage de plaisir de lecture !



Alex-Mot-à-Mots 07/11/2011 16:09



Flute, il fait encore des parrallèles avec sa vie....



Hélène 07/11/2011 19:52



Oui flûte comme tu dis... J'ai lu dans une interview  que c'était d'une certaine façon pour être  plus "honnête" avec ses lecteurs et ceux dont il parle. Ouais ...


 



Lystig 07/11/2011 14:06



devant le lire, je reviendrai lire plus avant ton billet plus tard



Hélène 07/11/2011 19:53



Hâte de voir ton avis !



Aifelle 07/11/2011 13:27



C'est drôle que je tombe sur ton avis aujourd'hui. Samedi, j'ai entendu un libraire de la F... dissuader une dame de l'acheter en lui disant que Limonov n'était pas un personnage très
intéressant, donc que par ricochet, le roman  ne l'était pas non plus (je simplifie), sauf si elle aimait les personnages bien crades.



Hélène 07/11/2011 13:50



C'est effectivement un peu ça ! J'aurais dû rajouter dans ma liste de fin 5. lisez-le si vous aimez les bad boys...



maryse 07/11/2011 13:18



merci, hélène, d'oser dire que ce livre n'est pas forcément le chef d'oeuvre que tous les journaux ou radios nous vantent...


Je ne l'ai pas lu mais l'ai eu plusieurs fois entre les mains : ni la 4ème de couverture, ni les extraits lus au hasard ne m'ont donné envie de le lire !


 



Hélène 07/11/2011 13:26



C'est marrant, une collègue m'a dit la même chose ce matin, il semblait trop historique pour lui plaire...