Madame Bovary de Gustave FLAUBERT

Publié le par Hélène

                                                madame-bovary.jpg

 ♥ ♥ ♥

 

 L’auteur :

 D'origine bourgeoise (père médecin), il a une enfance peu heureuse car délaissé par ses parents qui lui préfère son frère aîné. Il est néanmoins très proche de sa soeur cadette.

Il fait sa scolarité au lycée de Rouen. Renvoyé, il passe seul son bac en 1840.
Dispensé de service militaire il commence des études de droit à Paris en 1841. Il abandonne en 1844 à cause de ses crises d'épilepsie. En 1846, sa soeur meurt et il prend en charge sa fille âgée de 2 mois.

Il poursuit ses tentatives littéraires et aboutit en 1851 au début de la rédaction de Madame Bovary qui parait en 1856. Le livre fera l'objet d'un procès pour outrage aux bonnes moeurs. Flaubert sera acquitté.

Durant ces années, il fréquente les salons parisiens. Il y rencontre entre autre Georges Sand.
En 1858, il entreprend un voyage en Tunisie afin de se documenter pour Salaambô.
En 1866, il reçoit la légion d'honneur.

Ses dernières années sont sombres : ses amis disparaissent et il est assailli par les difficultés financières et par des problèmes de santé. Il meurt subitement d'une hémorragie cérébrale. Il est enterré au cimetière de Rouen.

 

L’histoire :

Une jeune femme romanesque qui s'était construit un monde romantiquement rêvé tente d'échapper - dans un vertige grandissant - à l'ennui de sa province, la médiocrité de son mariage et la platitude de sa vie. Mais quand Flaubert publie Madame Bovary, en 1857, toute la nouveauté du roman réside dans le contraste entre un art si hautement accompli et la peinture d'un univers si ordinaire. L'écriture transfigure la vie, mais s'y adapte si étroitement qu'elle la fait naître sous nos yeux.

 « Ce n'était plus du roman comme l'avaient fait les plus grands », dira Maupassant : « C'était la vie elle-même apparue. On eût dit que les personnages se dressaient sous les yeux en tournant les pages, que les paysages se déroulaient avec leurs tristesses et leur gaieté, leurs odeurs, leur charme, que les objets aussi surgissaient devant le lecteur à mesure que les évoquait une puissance invisible, cachée on ne sait où. » (Source : Le livre de poche)

madame bovary hirondelle

  L'hirondelle de Yonville

 

Mon avis :

Gustave Flaubert a voulu dans ce roman montrer une vie où il ne se passe rien au travers le point de vue d'un personnage :  montrer les idées, les sentiments, l'enchaînement du psychologique et l'évolution des différentes psychologies. 

 Pour ce faire, il choisit comme personnage principal éponyme Emma Bovary, jeune femme épris de romantisme car influencée par ses nombreuses lectures :

  « Elle aurait voulu vivre dans quelque vieux manoir, comme ces châtelaines au long corsage, qui, sous le trèfle des ogives, passaient leurs jours, le coude sur la pierre et le menton dans la main, à regarder venir du fond de la campagne un cavalier à plume blanche qui galope sur un cheval noir. » (p. 71)

  « Elle n’aimait la mer qu’à cause de ses tempêtes, et la verdure seulement lorsqu’elle était clairsemée parmi les ruines. Il fallait qu’elle pût retirer des choses une sorte de profit personnel ; et elle rejetait comme inutile tout ce qui ne contribuait pas à la consommation immédiate de son cœur, - étant de tempérament plus sentimentale qu’artiste, cherchant des émotions et non des paysages. » (p. 70)

 caspar-david-friedrich.jpg

 « Il lui semblait que certains lieux sur la terre devaient produire du bonheur, comme une plante particulière au sol et qui pousse mal tout autre part. Que ne pouvait-elle s’accouder sur le balcon des chalets suisses ou enfermer sa tristesse dans un cottage écossais, avec un mari vêtu d’un habit de velours noir à longues basque, et qui porte des bottes molles, un chapeau pointu et les manchettes ! » (p. 74)  

 Mais la pesanteur existencielle provoque irrémédiablement une chute après l'envol du regard d'Emma :

« Mais l’anxiété d’un état nouveau, ou peut-être l’irritation causée par la présence de cet homme, avait suffi à lui faire croire qu’elle possédait enfin cette passion merveilleuse qui jusqu’alors s’était tenue comme un grand oiseau au plumage rose planant dans la splendeur des ciels poétiques ; -  et elle ne pouvait s’imaginer à présent que ce calme où elle vivait fût le bonheur qu’elle avait rêvé. » (p. 73)

   « Mais elle, sa vie était froide comme un grenier dont la lucarne est au nord, et l’ennui, araignée silencieuse, filait sa toile dans l’ombre à tous les coins de son cœur. » (p. 78)

 « D’où venait donc cette insuffisance de la vie, cette pourriture instantanée des choses où elle s’appuyait ? … Mais, s’il y avait quelque part un être fort et beau, une nature valeureuse, pleine à la fois d’exaltation et de raffinements, un cœur de poète sous une forme d’ange, lyre aux cordes d’airain, sonnant vers le ciel des épitaphes élégiaques, pourquoi, par hasard, ne le trouverait-elle pas ? oh ! quelle impossibilité ! Rien, d’ailleurs, ne valait la peine d’une recherche ; tout mentait ! Chaque sourire cachait  un bâillement d’ennui, chaque joie une malédiction, tout plaisir son dégoût, et les meilleurs baisers ne vous laissaient sur la lèvre qu’une irréalisable envie d’une volupté plus haute. » (p. 319)

« Avant qu’elle se mariât, elle avait cru avoir de l’amour ; mais le bonheur qui aurait dû résulter de cet amour n’étant pas venu, il fallait qu’elle se fût trompée, songeait-elle. Et Emma cherchait à savoir ce que l’on entendait au juste dans la vie par les mots de félicité, de passion et d’ivresse, qui lui avaient paru si beaux dans les livres. » (p. 68)

 Charles lui-même, son mari, est prisonnier d’une image, comme elle-même et comme les autres : Emma est emprisonnée dans toutes ces identités opaque : pour Léon, elle est une « dame », pour Rodolphe, une petite femme élégante de province proie facile pour ce séducteur patenté.  

 La multiplication des voix, des points de vue permet d'épouser l'intériorité de ces personnages et d'offrir une description pointue de cet univers provincial et de ce destin tragique.

 Madame Bovary est un magnifique portrait de femme, servi par un style irréprochable, un classique à relire encore et toujours...  

 

Premières phrases :

« Nous étions à l’Etude, quand le Proviseur entra, suivi d’une nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon  de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail. »

 Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Salammbô

 

Madame Bovary, Gustave Flaubert, Folio, 5.30 euros 

Commenter cet article

Midola 16/12/2012 09:08


Je l'ai lu à la fac, mais il ne m'en reste aucun souvenir... Mais je suis fâchée avec Flaubert de toute manière.

Hélène 17/12/2012 09:18



Je ne suis pas aussi enthousiaste pour les autres aouvres de Flaubert, le pire pour moi étant "les trois contes", glauques au possible !



Alex-Mot-à-Mots 15/12/2012 19:37


Un roman que j'avais beaucoup aimé lire qiand j'étasi ado.

Hélène 17/12/2012 09:18



Il supporte très bien la relecture une fois adulte...



Jean-Charles 15/12/2012 08:25


Je l'ai relu il y a 2 ou 3 ans toujours avec plaisir. 

Hélène 15/12/2012 13:41



Il fait partie des classiques indémodables !



jerome 14/12/2012 21:40


Un grand classique aujourd'hui. ça fait du bien de temps en temps de replonger dans ces oeuvre incontournables. J'ai relu Balzac cet été, toujours avec le même plaisir.

Hélène 15/12/2012 13:42



Oui, quel plaisir de se replonger dans ces pages !



Athalie 14/12/2012 21:16


"Madame Bovary" pour moi un chef d'oeuvre absolu et furieusement drôle et caustique et tragique et réaliste et .... tout, qu'on peut même relire par morceaux choisis, la scène des comices, la
lettre d'adieu de Rodolphe, l'hirondelle qui tressaute des ébats d'Emma et Léon, la mort de Charles. Bon, en fait, tout le roman est un morceau de choix ...

Hélène 15/12/2012 13:42



La scène des comices vaut son pesant d'or.. Un chef d'oeuvre effectivement !



Anis 14/12/2012 18:25


C'est vrai, un portrait cruel et magnifique. On la plaint souvent.

Hélène 15/12/2012 13:43



Je pense que beaucoup de femmes encore à l'heure actuelle vivent ce genre destin tragique.



Aifelle 14/12/2012 13:22


Je l'ai relu il y a quelques années et je m'y suis un peu ennuyée .. je lis chaque jour quelques pages de sa correspondance avec George Sand, et je préfère nettement  Mercredi, si je n'étais pas allée à Paris, je serais allée écouter une conférence à Rouen dans sa maison natale, celle du
père médecin, pour l'anniversaire de sa naissance (12.12.1821)

Hélène 15/12/2012 13:43



Je me souviens avoir lu cette correspondance effectivement avec grand plaisir .



keisha 14/12/2012 11:40


Hé oui, Madame Bovary, ça se relit bien, quelle écriture!

Hélène 14/12/2012 11:50



Je suis étonnée à chaque fois par ce style...



Nadael 14/12/2012 11:27


Un chef d'oeuvre pour moi. Tu me donnes envie de le lire à nouveau.

Hélène 14/12/2012 11:51



Un vrai plaisir de le relire...