Tout piller, tout brûler de Wells TOWER

Publié le par Hélène

                                              Towers.jpg

  ♥ ♥ ♥

 

L’auteur :

Wells Tower, originaire de Caroline du Nord, a été la révélation littéraire américaine 2009 aux Etats-Unis. Ses nouvelles et ses articles sont publiés dans le New Yorker, The Paris Review ou encore le Washington Post. Il travaille actuellement à l’écriture de son premier roman, à paraître en 2012.

Tout piller, tout brûler est en cours de traduction dans une dizaine de langues.

 

L’histoire :

    Des maraudeurs vikings envahissent une île souvent pillée, dans l’espoir que quelques massacres les aideront à dissiper l’ennui de l’hiver... Un homme est jeté dehors par sa femme qui a découvert sur le pare-brise intérieur de leur voiture l’empreinte d’un pied qui n’est pas le sien… Deux cousines adolescentes, enivrées par l’été, règlent leurs comptes dans une forêt… Un jeune homme débarque dans une fête foraine après une bagarre avec son beau-père… Dans les nouvelles de Wells Tower, les familles se déchirent et essayent péniblement de recoller les morceaux. Sa vision de l’Amérique éclaire le monde trouble des marginaux et des inadaptés : inventeurs ratés, rêveurs alcooliques, pères malheureux, fils rebelles…

Combinant une prose électrique à un esprit ravageur, Tout piller, tout brûler nous fait découvrir une voix comme nous n’en avions jamais entendue.

 

Ce que j’ai aimé :

Wells Tower nous offre une vision désabusée du monde, tant celui-ci peut offrir des beautés insoupçonnées mais aussi des pièges et des horreurs innommables.

La complexité des rapports humains est pointée du doigt comme dans « Un lien fraternel », lien  tendu entre deux frères souvent sur les chardons ardents... Mais les  êtres établissent des liens même s’ils savent que ces maigres ficelles risquent d’être mis à mal : dans « La côte de brun » Bob sympathise avec ses voisins,  dans « En bas dans la vallée » le narrateur va aider le mari de son ex-femme qui s’est blessé la cheville.  Bien sûr tout cela finit souvent mal car la vie les écorche. Les familles sont éclatées, les êtres à la dérive cherchent des échappatoires eux aussi bancals, l’amour même est malmené. Même les manèges et l’innocence d’une fête foraine est dangereuse et cache des fêlures irrémédiables.

Dans ce contexte tourmenté, la nature n'offre pas l'échappatoire idéalisé par Thoreau et quelques autres, elle aussi peut se révèler redoutable et trahir les attentes des protagonistes. 

 La violence gratuite et finalement absurde de ce monde est portée à son apogée dans la nouvelle éponyme finale : contant une lutte barbare entre deux peuples, elle éclaire l'inanité des conflits, qu'ils soient d'hier ou d'aujourd'hui...

  

Ce que j’ai moins aimé :

   - Rien de spécial.


Premières phrases :

 « Bob Munroe se réveilla couché sur le ventre. Sa mâchoire lui faisait mal, les oiseaux piaillaient et son caleçon le gênait. Il était arrivé tard, des élancements dans le dos à la suite du voyage en car, et il s’était allongé par terre pour dîner de deux paquets de crackers, si bien qu’il était plein de miettes – sous son torse nu, dans les plis moites de transpiration de ses coudes et de sa nuque, tandis que la plus grosse et la plus désagréable s’était logée dans la raie de ses fesses, pareille à une pointe de flèche en silex. »

 

D’autres avis :

 Blogs : Ys ; Keisha

 Presse : L'express ; biblioobs ; Télérama 

 

Tout piller, tout brûler, Wells Tower traduit de l’anglais par Michel Lederer, Albin Michel (Terres d’Amérique), 2010, 239 p., 20 €

 

POCHE : Tout piller, tout brûler, Wells TOWER, traduit de l’anglais par Michel Lederer, 10/18, septembre 2012, 264 p, 8.10 euros

  12 d'Ys

Commenter cet article

clara 17/10/2012 16:30


je l'avais lu ( pas de billet), je me rappelle seulement de la couverture... pas d'autres souvenirs!

Hélène 18/10/2012 09:24



Ah bon ? mauvais signe ça, tu n'avais pas dû beaucoup aimé ...



Midola 14/10/2012 12:51


Un peu comme Kathel, je l'avais noté à sa sortie mais n'avais pas eu le temps de me plonger dedans et puis je suis passée à autre chose. Mais ton billet de redonne envie de le lire.

Hélène 14/10/2012 14:42



Je ne dirais pas qu'il est indispensable, mais il offre une vision originale sur la société américaine.



gambadou 13/10/2012 14:12


Je ne suis pas très nouvelles, et si en plus c'est sur de la méchanceté gratuite... je crois que je vais passer !

Hélène 14/10/2012 11:48



C'est un beau recueil, à mon avis un beau portrait de l'Amérique des laissés pour compte !



Alex-Mot-à-Mots 13/10/2012 09:08


Un roman en plein dans l'actualité.

Hélène 13/10/2012 11:50



Oui effectivement...



jerome 12/10/2012 19:42


J'adore cette collection chez Albin Michel, on est rarement déçu. S'il vient de sortir en 10/18, je crois que je vais me lancer tenter...

Hélène 13/10/2012 11:50



Ce sont des nouvelles vraiment originales, suprenantes, dénotant bien l'esprit d'une certaine amérique...



kathel 12/10/2012 18:17


Je l'avais noté celui-ci et finalement enlevé de ma liste, jene sais pourquoi... Mais s'il est sorti en poche, avec ton avis, c'est l'occasion de ressortir ma liste ! 

Hélène 13/10/2012 11:51



Oui, ressors le !



keisha 12/10/2012 13:47


J'avais bien aimé!!!

Hélène 13/10/2012 11:51



Oui même si c'et peu gai, il en ressort un sentiment fort !



Ys 12/10/2012 09:54


J'espère qu'on pourra bientôt lire un roman de cet auteur.

Hélène 12/10/2012 10:32



Je l'espère aussi, je pense qu'il sera prometteur...