Le gang de la clé à molette de Edward ABBEY

Publié le par Hélène

   

♥ ♥ ♥

"Tout patriote doit être prêt à défendre son pays contre son gouvernement."

 

Ce que j'ai aimé :

La magnifique nature sauvage des Etats-Unis, celles des canyons et des rivières infinies est peu à peu saccagé par la prolifération des installations liées au développement industriel : bases de lancement de missiles, lignes haute tension, voies ferrées, autoroutes. La nature est enlaidie, dénaturée, comme lors de la construction du barrage et de la centrale de Glen Canyon 1955. Le Colorado est canalisé et l'un des plus beaux canyons des Etats-Unis noyé sous les eaux de la retenue.

Quatre destins vont s'unir pour faire preuve d'"éco-activisme", nécessaire combat même s'il est sans espoir contre cette industrialisation à outrance : Doc Sarvis, chirurgien à ses heures, Bonnie Abbzug, juive assistante du doc, Georges Hayduke, des Forces spéciales du Vietnam, un homme "plein d'amertume" devant le spectacle des bulldozers dénaturant le paysage et enfin Seldon Seen Smith un mormon doté de 3 femmes et désolé lui aussi de la disparition des paysages idylliques des canyons englouti par le barrage de Glen Canyon "étranges ampithéâtres appelés Music Temple et Cathedral in the Desert". A quatre, ils vont lutter avec leurs armes, clé à molette et dynamite contre les géants de l'industrialisation.

"Tout ce fantastique effort - machines géantes, réseaux d'autoroutes, mines, tapis roulants, pipe-lines, silos, voies ferrées et trains électriques, centrales électriques de cent millions de dollars, dizaine de milliers de miles de lignes à haute tension et de pylones, destruction des paysages, de paturâges, de maisons, de lieux sacrés et de cimetières indiesn, empoisonnement du dernier réservoir d' air pur des Etats-Unis, assèchement de ressources en eau potable précieuse - tout ce travail éreintant, ces dépenses épuisantes et ces écoeurantes insultes à la terre, au ciel et à l'homme, pourquoi ? Tout ça pourquoi ? Mais pour éclairer les futurs immeubles de San Diego et de Los Angeles, pour illuminer les centres commerciaux et le sparkings à deux heures du matin, pour alimenter en énergie mes raffineries d'aluminium, les usines de magnésium, les fabriques de vinyle-chloride, les fonderies de cuivre, pour faire briller les tubes au néon qui justifient (pauvre justification) Las Vegas, Albuquerque, Tucson, Salt Lake City, les métroples amalgamées de la Californie du Sud, pour maintenir en vie cette gloire putréfiée et phosphorescente (de là toute gloire s'en est allée) appelée Centre-Ville, Vie Nocturne, Wonderville, USA."

Après quelques coups de maître, ils vont être traqués au fond des canyons qu'ils défendent et connaissent heureusement comme leur poche... Le rythme devient alors haletant jusqu'au final explosif !

Hymne à la désobéissance civile, cette épopée contée par un amoureux de la nature est à lire et à méditer sans tarder...

 

Ce que j'ai moins aimé :

- Quelques longueurs, légères...

 

Premières phrases :

"Lorsqu'un nouveau pont entre deux Etats souverains des Etats-Unis esta chevé, arrive l'heure des discours, des drapeaux, des fanfares et de la rhétorique techno-industrielle amplifiée par haut-parleurs. A l'adresse du public. La foule patiente. Le pont, orné de banderoles, d'oriflammes et de bannières flamboyantes, est prêt."

 

                          

@panoramio

 

Informations sur le livre :

http://www.gallmeister.fr/livres/fiche/58/abbey-edward-le-gang-de-la-clef-a-molette

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Le retour du gang

 

D'autres avis :

Lecture commune avec Manu

Papillon ; Keisha 

 

Le gang de la clé à molette, Edward Abbey, traduit par Jacques Mailhos, Gallmeister, avril 2013, 552 p., 25 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eeguab 22/06/2014 19:26

Pas vraiment convaincu par ce livre auquel je reproche une démagogie un peu facile. Je l'ai chroniqué en lui reconnaissant cependant des qualités.

Alex-Mot-à-Mots 12/05/2014 14:45

A lire et à méditer : j'adore !

Bonheur du Jour 06/05/2014 06:49

Je ne l'ai pas lu, celui-là. Pour moi, Edward Abbey, c'est avant tout Désert solitaire.... Mais pourquoi pas, un jour de pluie...
Merci et bonne journée.

hélène 06/05/2014 08:07

Je note "désert solitaire" !

Manu 05/05/2014 17:57

Tu sais que j'ai eu du mal à le lire malgré que j'ai bien adhéré au message de désobéissance civile. Mais je suis contente de l'avoir lu.

hélène 06/05/2014 08:07

Oui aussi heureuse de l'avoir enfin sorti de ma PAL...

Noukette 05/05/2014 13:34

Un titre pareil, ça claque ! Est-ce que ça me plairait par contre... pas sûre...

hélène 06/05/2014 08:06

J'ai beaucoup aimé cette idée de éco activisme !

jerome 05/05/2014 13:09

Un roman culte, incontournable. Lu avant le blog mais je pourrai le relire juste pour un faire un billet tellement j'ai adoré.

hélène 06/05/2014 08:06

Le nombre de livres qu'il faudrait que je relise pour les mettre sur le blog !!!

clara 05/05/2014 10:40

Ce titre me disait quelque chose.. évidemment, vu chez Keisha !

hélène 06/05/2014 08:05

Gallmeister power !

Mango 05/05/2014 08:30

Tu sembles moins déçue que Manu. Je comptais le lire après avoir beaucoup aimé "Le feu sur la montagne". Je crains un peu les longueurs maintenant.

hélène 06/05/2014 08:05

Je pense lire "le feu sous la montagne" aussi !

keisha 05/05/2014 08:01

Tu penses bien que je l'ai lu (et sa suite! tous les Abbey disponibles, d'ailleurs...)
http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2009/06/le-gang-de-la-cle-molette.html

hélène 06/05/2014 08:04

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de Gallmeister. Ce fut avec grand plaisir ! Du coup j'a reçu le catalogue des nouveautés du mois ce matin, et je pense craquer pour les trois... oui les 3 soyons folles !