Le vieux chagrin de Jacques POULIN

Publié le par Hélène

                       

♥ ♥ ♥ ♥

"Dans les livres, il n'y a rien ou presque rien d'important : tout est dans la tête de la personne qui lit."

Ce que j'ai aimé :

Le narrateur est un écrivain retiré dans une vieille maison en bois au milieu de la baie. Son seul compagnon est son chat, Le vieux Chagrin. Aussi quand il découvre des traces de pas sur la plage, puis un exemplaire des Mille et une nuits et quelques autres objets dans une caverne avoisinante, ainsi qu'un voilier mouillant dans une anse du fleuve, son esprit s'emballe. Il aperçoit la silhouette d'une jeune femme, et il n'en faut pas plus à son imagination gourmande pour partir à la recherche. 

Il essaie alors d'écrire une histoire d'amour mais bien souvent se fait doubler par ses personnages qui ne vont pas nécessairement là où il souhaite les conduire. Partant du principe qu'il faut parler dans ses romans de ce qu'il vit, sous l'influence d'Hemingway, il essaie d'aimer, maladroitement, malhabilement. 

"Hemingway énonçait une règle très simple : l'écrivain devait toujours s'en tenir aux sujets qu'il connaissait le mieux."

Ce n'est pas un hasard si sa chanson préférée est "Il n'y a pas d'amour heureux" portée par les divines paroles d'Aragon. Les jours se suivent entre promenades, rencontres déconcertantes, réflexions sur l'écriture, lectures...

"En dépit de mes craintes infantiles, je nourrissais l'ambition naïve et démesurée de contribuer, par l'écriture, à l'évènement d'un monde nouveau, un monde où il n'y aurait plus aucune violence, aucune guerre entre les pays, aucune querelle entre les gens, aucune concurrence ou compétition dans le travail, un monde où l'agressivité, entendue non pas comme l'expression d'une hostilité à l'égard d'autrui, mais plutôt comme un goût de vivre, allait être au service de l'amour." 

Le charme infini de ce récit tout en douceur est rassurant, les heures s'étirent comme le vieux chat au soleil, entre imagination et rencontres.

   

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien 

Premières phrases :

"Le printemps était arrivé.

L'air était si doux que je descendis du grenier plus tôt que d'habitude. Je sortis sur la grève avec le vieux Chagrin et je marchai jusqu'à l'extrémité de la baie. Je me reposais un moment, assis sur une roche en face du fleuve, quand tout à coup je vis des traces de pas dan sle sable."

Présentation du roman :

Actes Sud

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : La tournée d'automne

D'autres avis : 

Karine 

 

Le vieux chagrin, Jacques Poulin, Actes sud Babel, 1995, 

 

Lu dans le cadre du mois du Québec chez Karine

Sylire vous parle de Volswagen blues du même auteur ; Enna et  AIfelle de La tournée d'automne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 01/10/2014 21:15

Un auteur que j'apprécie.

Aifelle 01/10/2014 07:25

J'avais laissé un commentaire, qui n'a pas l'air d'être passé .. Je note ce titre bien sûr, la couverture est chouette et j'ai décidé de tous les lire, petit à petit.

Midola 26/09/2014 20:05

Je garde un bon souvenir de ma lecture de La Tournée d'Automne, tu me donnes envie de replonger dans l'univers de cet auteur avec ce titre.

Hélène 29/09/2014 09:09

Un très beau titre !

enna 26/09/2014 18:41

On sent que l'ambiance est belle, je sais que je relirai du Jacques Poulin ;-)

Hélène 29/09/2014 09:09

Il construit un cocon tellement douillet qu'on ne peut qu'y revenir !

jerome 26/09/2014 13:11

Un récit tout en douceur, voila qui ne me ferait pas de mal.

Hélène 29/09/2014 09:09

Exactement, un peu de douceur dans ce monde de b...

Anne 26/09/2014 13:07

Chouette, un Jacques Poulin totalement inconnu, et avec un chat, je note !

Hélène 29/09/2014 09:08

Les chats sont omniprésents chez Poulin, je te conseille vraiment de découvrir son univers !

dasola 26/09/2014 07:38

Bonjour Hélène, décidément, Jacques Poulin est à l'honneur, je viens de lire le joli billet d'Aifelle sur Tournée d'automne. Je note ce titre aussi. Merci.

Hélène 29/09/2014 09:08

Note les tous !