Les aurores montréales de Monique PROULX

Publié le par Hélène

♥  

Ce que j'ai aimé :

27 histoires assez courtes s'enchaînent dans ce recueil de nouvelles mettant en vedette Montréal et ses habitants. Ces derniers sont scrutés par l'oeil acéré de Monique Proulx à qui rien n'échappe. De fait, une psychologie très fine des rapports humains s'ébauche sous nos yeux, avec la question du rapport à l'autre au centre des réflexions, que ce soit dans un rapport familial, amoureux, professionnel. Les êtres se frôlent et s'épaulent, mais ils se quittent également victimes des difficultés de communication ou de compréhension inhérentes aux rapports humains... Le couple est le catalyseur de ces tensions, les hommes et les femmes étant bien souvent aux antipodes les uns des autres : 

"Il serait agréable de vivre avec les femmes, elle sont la douceur, la beauté totale du monde, mais voilà, elles aiment l'inquiétude, elles la chérissent tant qu'elles lui inventent sans cesse des raisons d'exister. L'inquiétude attire les reproches qui éloignent l'amour, l'inquiétude fronce de rides les passions les plus jeunes. M'aimes-tu encore, à quoi tu penses, pourquoi tu ne téléphones pas, les pauvres questions de l'inquiétude créent, à partir de rien, des monstres qui deviennent réels. 

Entre toutes les voltiges possibles, toutes les voies aériennes, les femmes choisissent fatidiquement la pesanteur." ("Jouer avec un chat")

Dans "Léa et Paul par exemple" deux époques sont mises en parallèle : celle des temps heureux, de l'amour fou puis celle de l'après, avec la rupture et la douleur qu'elle engendre : 

"Ils sont là, au milieu de tout ça, le feu qui danse sur la grève, la lune, le lac engourdi par la nuit, le chant du huard, leurs doigts se trouvent sans se chercher, ils ont envie de crier tellement cet amour est un état de grâce qui ne peut pas ne pas durer toujours.

"Tout cela ne tient donc qu'à un fil, la beauté, l'ordonnance harmonieuse de nos visages et de nos corps que nous offrons aux autres comme des bouquets d'éternité, tant de soins et de maquillages pour un masque si précaire. (...) Oui, la légèreté est votre meilleure monture, la plus susceptible de vous emporter sans heurt où il faut aller, c'est la légèreté qui nous manque le plus dans cette vie de plomb où nous n'apprenons qu'à peupler de nos anxiétés l'univers merveilleux, merveilleusement vide." ("Blanc")

Monique Proulx s'interroge également sur la place des individus dans la société, elle mentionne les immigrants, les sans-abris, des êtres déracinés qui peinent à se mouvoir dans leur nouvelle vie. Dans ce contexte, il est difficile de rester soi-même, de "demeurer un être humain." comme le dit un jeune indien sans abri dans "Rouge et blanc". La double ou triple appartenance ethnique de ces montréalais provoque des difficultés prégnantes d'adaptation. 

L'altérité est vécue à la fois comme une chance et une difficulté, si bien qu'une tristesse latente s'échappe de ces nouvelles portées par un style lyrique précis.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Boreal

Vous aimerez aussi : Du même auteur : Champagne

D'autres avis : Catherine 

 

Les aurores montréales, Monique Proulx, Boréal compact, 1997, 248 p., 13.95 euros

 

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 04/11/2015 10:31

J'aime bien le jeu de mots du titre.

Hélène 09/11/2015 08:09

Oui c'est bien trouvé ...

Aifelle 04/11/2015 06:30

J'ai lu un roman d'elle (ou des nouvelles ?) il y a longtemps. J'avais aimé, je serais prête à tenter un autre titre, mais tu ne m'as pas l'air hyper enthousiaste.

Hélène 04/11/2015 08:50

Je t'avouerais que je l'ai trouvé assez triste, j'ai préféré "Champagne" de cette même auteure...

Violette 03/11/2015 12:27

ce livre au joli titre pourrait me plaire...

Hélène 04/11/2015 08:49

Il est plaisant...

Electra 03/11/2015 09:55

Oh j'ai entendu parler d'elle et j'aime les nouvelles mais en lisant ton billet je doute. Les extraits me laissent perplexe en fait. Et je vois tes deux étoiles ...

Hélène 09/11/2015 08:09

Très bon choix !

Electra 05/11/2015 09:57

Ok ! donc si un jour je la croise, ça sera pour Champagne !

Hélène 03/11/2015 10:49

Je t'avoue que ce n'est pas mon préféré de cette auteure... J'ai adoré "champagne" !