Champagne de Monique PROULX

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Champagne et campagne, même combat. Mêmes bulles d'allégresse. Même mot, fondamentalement. Qui sait encore qu'au Moyen-Age tout ce qui n'était pas la ville, tout ce qui était territoire sauvage s'appelait la champagne ?" p. 207

Ce que j'ai aimé :

Au bord du lac de l'Oie dans les Laurentides se cotoient des amoureux de la nature venus se réfugier loin des contingences bruyantes et aliénantes de la ville. Lila Szach est la propriétaire de ce domaine qu'elle défend jalousement. D'autres écorchés de la vie sont venus se réfugier sur ces terres préservées : Claire qui écrit des scénarios, Simon et son kayak, Jérémie le neveu de Simon, Violette qui fuit l'horreur de sa vie. Autour d'eux rôdent les Clémont, prédateurs inquiétants.

En pleine nature, l'être humain a tendance à revenir à l'essentiel, à retrouver l'accord perdu avec ce qui l'entoure. Si Lila aime se rouler dans la mousse, Simon préfère se laisser porter par l'eau sur son kayak pour que ses soucis coulent dans les tréfonds du lac. Dans l'innocence de l'enfance, Jérémie quant à lui communique avec les exprits de la nature. La forêt devient à la fois lieu de guérison et d'émerveillement pour ces êtres déracinés, perdus dans un monde trop grand pour eux. 

"C'était l'été, comment avait-elle osé douter de l'été ? c'était l'été dans son infinie luxuriance, trente degrés à l'ombre et le soleil au zénith, c'était l'aboutissement grandiose de toutes les explosions commandées par le jeune roi été, et elle Lila Szach, mortelle si incomplète, on lui permettait de se rouler dans la jeunesse parfaite de l'été aux côtés des grives solitaires, des frédérics mélodieux, des rudbeckias, des marguerites foisonnantes, de la sève ruisselant aux doigts des épinettes, des petits chevreuils sur leurs pattes de deux mois, des vanesses amiral aux robes de satin noir et blanc, des maringouins à la musique aigrelette et des chanterelles recommencées, des sublimes chanterelles..." p. 180

Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Laurentides/Panorama

La nature qui entoure les êtres est aussi source d'apprentissage, ils retrouvent leur statut animal, avec ses pulsions, ses heurts, la paix intérieure ne s'offrant pas si facilement.  Mais ils prennent aussi conscience de la beauté du monde à préserver, à observer dans un amour inconditionnel pour l'infiniment petit.

"Elle se voyait affalée sur elle-même à dorloter sa noirceur et à en redemander et ça lui faisait soudain horreur. Quitte ça, quitte ça. Elle sortait de sa tête à grands coups de respiration et elle recommençait à voir et à entendre, les fougères, les monotropes et les pyroles, et tout ce temps la cigale qui n'avait pas cessé de l'interpeller ni les frédérics et les troglodytes de s'épuiser en récital, et elle se redressait vite au risque de s'occasionner des étourdissements - quel sacrilège d'ignorer les vrais spectacles réjouissants pour s'en inventer des douloureux, quel sacrilège et quelle sottise." p. 173

Cette nature millénaire leur apprend la vie qui passe et ne revient pas, comme les saisons, la mort qui les guette au détour d'un chemin, les épreuves de la vie, faites de hasards et d'aléas... 

Lila est comme la grande prêtresse des lieux, sauvage et humaine à la fois. Elle enseigne au petit Jérémie la sagesse , en transformant par exemple son "Faites que le mois d'août n'arrive jamais." en "Faites que je traverse le mois d'août sans encombre." "Tout était dit dans cette formule en apparence anodine. Ne crois jamais que les obstacles - en l'occurence le mois d'août- vont se dissiper par miracle. Ne crois jamais que tu ne pourras pas les affronter." p. 175

Un récit magnifique aux confins du monde qui nous enjoint à ne pas perdre notre capacité d'émerveillement !

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien, je suis sous le charme !

Présentation de l'éditeur :

Editions Boréal 

Vous aimerez aussi :

Un été prodigue de Barbara Kingsolver

D'autres avis :

Karine:) VeniseBiblioblogTopinambulleSuzanne et Malice

 

Champagne, Monique Proulx, Boréal, 2008, 21 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Je crois que ça pourrait beaucoup me plaire. Campagne et champagne... belle association!
Répondre
H
Je l'ai beaucoup apprécié !
S
il est noté...aux vues du titre je m'attendais complètement à autre chose.
Mais j'aime ce que tu en dis (des gens coupés du monde c'est toujours attirant)
Répondre
H
TU verras, ils ont un côté sauvage que j'ai baucoup aimé !
C
Je suis sous le charme aussi !
Répondre
E
eh bien quel éloge ! Je le note .. mais j'en ai tellement sous le coude ... Merci en tout cas pour ce joli billet !
Répondre
H
Oh oui, un coup de coeur !
A
Oula à peine abonnée à ton blog, déjà une tentation !! (De toute façon j'aimerais découvrir cette romancière, faut pas me pousser beaucoup...)
Répondre
H
Bienvenue :)
K
Pfff comment se fait-il que je n'en aie jamais entendu parler? ^_^
Répondre
H
Il va falloir réparer cela !
A
Une lecture magique !
Répondre
H
Exactement !
J
J'ai eu la chance de parcourir les Laurentides il y a quelques années, tu me donnes envie d'y retourner !
Répondre
H
Quelle chance ! J'aimerais beaucoup y aller !
N
En voilà un beau coup de cœur ! Pas certaine d’adhérer autant que toi mais je note l'idée !
Répondre
H
Il est assez intense, il faut aimer la pleine immersion dans la nature !
G
oui, tu as l'air sous le charme et du coup tu donnes envie !
Répondre
H
Oh oui je le suis !
A
Oh, je le veux !!! (pitié, arrêtez les tentations .....)
Répondre
H
Je l'ai beaucoup apprécié !