Le port des marins perdus de Teresa RADICE et Stefano TURCONI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Je crois que chaque poème désire trouver la voie qui mène au coeur de celui qui l'écoute et qui se l'approprie ! Quand cela arrive... Le poète a rempli sa tâche non ? La tâche du semeur d'émotions."

Automne 1807. Un jeune homme est retrouvé amnésique sur les côtes au large du Siam. Il ne se souvient que de son prénom : Abel. Un navire de sa majesté le recueille et le capitaine du vaisseau prend soin de lui. Ce navire a une histoire particulière puisque son commandant s'est enfui avec le trésor du bord. De retour en Angleterre, Abel est accueilli par les trois filles du commandant déchu. Il fait aussi la connaissance de Rebecca, tenancière de maison close et de Nathan McLeod, son amant capitaine au grand coeur. Tous joueront un rôle essentiel dans le destin du jeune Abel, être perdu dans un monde qu'il ne connait plus. En navigateur aguerri il parcourt la vie comme les mers : en pratiquant ce qu'il nomme la "navigation à l'estime" : sans point fixe il vit dans une incertitude totale "Pas de cap précis, aucune terre en vue". Son seul horizon semble être ce "port des marins perdus" : « Il apparaît et disparaît dans la brume, mais il n'est pas donné à tout le monde de le voir. Parce que ce n'est pas toi qui choisis d'entrer dans le port, c'est le port qui te choisit. »

Le fil rouge du récit est la célèbre La Complainte du vieux marin, composée entre 1797 et 1799 par Samuel Taylor Coleridge, long poème qui décrit les aventures surnaturelles d'un capitaine de bateau qui fit naufrage. Ce poème romantique, tout comme les autres nombreux poèmes de l'ouvrage qu'ils soient de  William Blake, de Lord Byron ou de William Wordsworth permettent au jeune Abel de comprendre le monde, de percer petit à petit le mystère de son existence.

"La vie tend des fils invisibles... Les fils tressés vus de trop près, ne sont que confusion de lignes et de couleurs... Il faut du temps, et la juste distance, pour en deviner le dessin... et le sens."

Des questions essentielles surgissent au fil des textes, mais leur beauté éternelle enseigne également au jeune Abel à s'inscrire dans l'éternité du présent. Lecture après lecture, il apprend à vivre en sachant qu'il va mourir et à prendre confiance pour savourer le parfum et le goût du pain, sans remords ou regrets.
 
"C'est un beau soir, calme et libre ;
Moment sacré, paisible comme une religieuse,
Souffle coupé d'adoration ; le soleil ample
se couche dans la quiétude ;
Le ciel très doux se recueille sur la mer." Wordsworth
 

Mes petits bémols :

L'absence de couleur et la longueur (plus de 300 pages)

Bilan : un très beau conte fantastique aux accents littéraires enchanteurs !

 

Présentation de l'éditeur : Glénat

D'autres avis : Découvert chez Noukette et Jérôme ; Tamara

Télérama

 

Le port des marins perdus, Teresa Radice et Stefano Turconi, Glénat, juin 2016, 22 euros

 

Ma Bd de la semaine, accueillie cette semaine chez Steph

Commenter cet article

Karine 24/02/2017 01:28

Over fan du graphisme!
Et le poème de Coleridge, j'adore! Bien noté!

Hélène 24/02/2017 11:54

Il est truffé de références littéraires, j'ai adoré !

Blandine 22/02/2017 17:33

Je n'ai fait que survoler ton article car ce roman graphique est dans ma PAL! Je reviendrai te lire après avoir fait mon article!

Hélène 24/02/2017 11:53

Quelle chance !

lasardine 22/02/2017 16:25

Déjà repéré sur plusieurs blogs et grâce à toi aujourd'hui je vérifie une énième fois si la biblio l'a et bingo! réservée!!

Hélène 24/02/2017 11:53

Génial !

Noukette 22/02/2017 15:34

La merveille ! <3

Hélène 24/02/2017 11:53

Oh oui !

Sandrine 22/02/2017 11:19

Et bien, pourquoi pas! Tu me donnes envie :)

Hélène 24/02/2017 11:53

Il vaut le détour !

enna 22/02/2017 10:31

ton article fait envie, si je le croise je me laisserai tenter!

Hélène 24/02/2017 11:52

Il est très beau !

Electra 22/02/2017 10:10

pareil, je suis curieuse mais déçue de l'absence de couleurs !

Hélène 24/02/2017 11:52

Surtout après une telle couverture !

soukee 22/02/2017 09:54

Moi aussi je suis intriguée par l'intrigue et les dessins...

Hélène 24/02/2017 11:52

Je te le conseille !

Cristie 22/02/2017 08:50

Original cette traversée littéraire. Comme Mo je suis tentée.

Hélène 24/02/2017 11:52

Un bel album !

jerome 22/02/2017 08:31

Un bijou cet album ! L'absence de couleur et la longueur sont pour moi de vrais plus :p

Hélène 24/02/2017 11:52

J'avoue être déçue quand je vois une si belle couverture puis les pages en noir et blanc...

Mo 22/02/2017 07:28

Un album qui m'intrigue. Les chroniques qui en parlent sont toujours très tentantes. Je pense réellement que l'album me plairait vu les ingrédients qu'il contient. Merci pour la chronique !

Hélène 22/02/2017 08:26

Il est très beau !