La promenade au phare de Virginia WOOLF

Publié le par Hélène

♥ ♥

"La vie, à force d'être faite de ces petits incidents distincts que l'on vit un à un, finit par faire un tout qui s'incurve comme une vague, vous emporte, et, retombant, vous jette violemment sur la grève."

En ce soir d'été sur une île au large de l'Ecosse, Mrs Ramsay promet à son fils James que le lendemain ils tenteront une excursion jusqu'au phare qui illumine leurs soirées de sa lumière intermittente. Mais selon son mari, l'excursion sera compromise en raison du mauvais temps. cette simple scène met en lumière les rapports humains qui régissent cette famille : entre la mère aimante et dévouée Mrs Ramsay, cette femme souple qui essaie toujours de faire le bonheur de son entourage et son mari, beaucoup plus dur et rigide, le contraste est saisissant.

Dans ce roman, Virginia Woolf évoque son père, avec qui elle a toujours rencontré un problème relationnel, ce dernier la brimant dans son acte de création. Grâce à son roman et à sa fonction cathartique, elle se débarrasse du fantôme de ce père aux allures tyranniques. Son roman est construit autour d'une image-contraste, entre le lyrisme de l'écriture, de la création et un quotidien beaucoup plus banal englué dans des considérations triviales. 

Après sa mort, Lily, une peintre qui a elle aussi séjourné sur l'île comprendra que Mrs Ramsay influait du sens dans l'existence naturellement dépourvue d'un quelconque sens : en créant  un environnement propice, en se souciant de l'atmosphère, de l'harmonie des choses, de façon à ce que chacun se sente hors du commun, Mrs Ramsay est l'artiste par excellence dans cet art d'arranger des choses, et de procurer le bonheur, de faire de l'instant présent quelque chose de permanent en parvenant à stopper l'instant.

"La grande révélation n'était jamais venue. La grande révélation ne vient peut-être jamais. Elle est remplacée par de petits miracles quotidiens, des révélations, des allumettes inopinément frottées dans le noir."

@PhilipPlisson

Par le grossissement des détails, l'auteur nous montre que chaque détail vaut pour le tout, dans une esthétique dite du fragment assez particulière. Chaque évènement ne vaut que comme le reflet d'une conscience, le rendu de la conscience étant au centre de l'oeuvre de Virginia Woolf. Les autres sont difficilement compréhensibles, les relations humaines ne souffrant pas l'examen de cette conscience singulière :

"Comme jugeait-on les autres, comment pensait-on à eux ? Comment ajoutait-on un tel trait à tel autre et concluait-on que c'était en définitive de la sympathie ou de l'antipathie que l'on éprouvait ? "

 

Les mots n'atteignent jamais leur but, trop rapides, ils tombent souvent à plat et "La moitié des notions que nous nous formons que les gens sont en somme grotesques. Elles servent nos propres buts."

Seule la conscience prévaut et cette capacité à se lover en soi-même :

"Ils devaient sentir que ce qui de nous apparait aux autres, ce par quoi ils nous connaissent, ne représente qu'une puérile réalité. Sous cette apparence tout est sombre, tout s'étend, tout a d'insondables profondeurs. Mais de temps en temps nous montons à la surface et c'est cela qu'on aperçoit de nous."

Par l'acte de création, l'être se sauve et sauve la réalité vide qui se laisse difficilement saisir...

"Chose étrange, pensait-elle, que, lorsqu'on est seul, on se sente ainsi attiré vers les choses, les objets inanimés, les arbres, les ruisseaux, les fleurs ; il semble qu'ils vous expriment ; qu'ils deviennent vous-même ; qu'ils vous connaissent, et, en un certain sens, sont vous-même ; on éprouve ainsi pour eux (elle regardait cette longue lumière calme) une irrationnelle tendresse semblable à celle que l'on éprouverait envers soi-même. Du sol de l'esprit (elle regardait, regardait toujours ses aiguilles levées), de ce lac qu'est l'être montent en volutes une vapeur, une fiancée allant à la rencontre de l'aimé."
 

Présentation de l'éditeur : Folio

D'autres avis : Violette

Du même auteur : Les vagues

 

Le mois anglais est consacré aujourd'hui à Virginia Woolf.

Publié dans Littérature Europe

Commenter cet article

A_girl_from_earth 14/06/2017 22:36

Je n'ai lu que Mrs Dalloway de Woolf mais ça m'a dissuadée de la relire à tout jamais tellement je m'étais ennuyée. Peut-être qu'il faudrait que je tente La promenade au phare ? Mais bon, vraiment, malgré ton enthousiasme, j'ai du mal à me laisser tenter.;-)

Hélène 15/06/2017 08:31

Mince alors. Oui tente "la promenade" !

Mingh 14/06/2017 16:37

C'est vrai que l'oeuvre de Virginia Woolf est d'un abord un peu intimidant. Je conseillerais de lire son journal qui nous la rend plus proche et aussi l'impressionnante biographie que lui consacre Hermione Lee. L'oeuvre ensuite paraît plus claire.

Hélène 15/06/2017 08:30

Je vais aussi suivre ton conseil et tenter le journal également

Alex-Mot-à-Mots 13/06/2017 10:55

Une auteure pas facile d'accès mais qui donne toujours à réfléchir.

Hélène 15/06/2017 08:29

D'une profondeur revigorante !

Ellettres 12/06/2017 22:42

Je n'ai pas encore lu celui-là (mais ton billet donne sacrément envie) mais je retrouve certains traits lus dans Les Vagues ou Les Années, comme le fait que l'on atteint rarement la vérité des personnes

Hélène 15/06/2017 08:29

J'aime cette auteure !

Violette 11/06/2017 17:05

ah oui, j'avais adoré ! Il faut prendre son temps pour lire ce chef d'œuvre mais bon sang, quel génie!

Hélène 15/06/2017 08:28

Exactement !

Dominique 11/06/2017 09:17

peut être bien mon préféré de l'auteur avec la chambre de Jacob
un vrai bonheur de lecture

Hélène 15/06/2017 08:28

Je vais suivre tes conseils et lire "la chambre de jacob"

rachel 10/06/2017 14:53

j'avoue que c'est une auteure qui m'effraie...une jour peut-etre je tenterais...un jour....

Hélène 15/06/2017 08:25

Celui ci est accessible !

ingannmic 10/06/2017 14:13

Je n'ai lu de cette auteure que Mrs Dalloway, que j'ai adoré. Malgré tout, Woolf a un côté impressionnant -voire effrayant : je parle non de l'écrivain, mais de ses écrits, que je m'imagine très complexes- qui fait que j'ai jamais renouvelé l'expérience. Il faudrait que je m'y mette !

Hélène 15/06/2017 08:25

Il faut se délecter de ses mots...

Lili 10/06/2017 10:11

Quel merveilleux roman ! J'en ai prévu la relecture cet été, pour profiter encore plus d'être au bord de l'océan ^^

Hélène 15/06/2017 08:25

Oui il demande une certaine concentration, il se savoure

keisha 10/06/2017 07:57

Un souvenir éblouissant, difficile d'en parler de ces romans!

Hélène 15/06/2017 08:24

Un coup de coeur !