Pourquoi les oiseaux meurent de Victor POUCHET

Publié le par Hélène

♥  ♥ ♥

Un phénomène étrange semble se produite en Haute Normandie : des oiseaux tombent du ciel, raides morts et s'échouent sur les plages dans l'indifférence générale. Mais le narrateur, parisien originaire de Normandie décide de se rendre sur place pour enquêter. Il choisit alors la voie de l'eau et embarque sur le Seine-Princess, un bateau de croisière qui descend la Seine.

En fait, pour résumer, c'est l'histoire d'un homme qui a "la vie sur le bout de sa langue". Ainsi il se retrouve sur une péniche à guetter des oiseaux qui tombent du ciel, morts et mène une enquête pour laquelle personne ne l'a missionné.

"Sur le bout de la langue les engagements, les choix, les aventures de l'esprit, la vie sociale et les conquêtes.J'avais l'impression de passer ma vie à ne pas articuler complètement ce qui m'arrivait et à sacrifier tout un tas de syllabes, de mots et de phrases-projets."

Il tente de mettre de l'ordre dans sa vie porté par sa quête, prétexte pour revenir vers ses origines et se réconcilier avec son père ? Prétexte surtout pour se perdre dans des circonvolutions qui évitent de penser à l'essentiel...

Avec humour et intelligence, Victor Fouchet peint le portrait d'un homme perdu qui retrouve peu à peu le chemin vers la logique et sa vie.

"Le scrabble frustre comme la vie : je pourrais faire un mot sublime là tout de suite, mais il manque toujours une lettre, un endroit où le placer. On voudrait les thésauriser, les garder au chaud pour abattre ses cartes d'un seul coup, plier le jeu, ranger ses gaules et aller se coucher avec le mot de la fin. Mais on est obligé de jouer à chaque tour. Jusqu'à ce qu'un autre mot sur le plateau offre une perspective inédite, salvatrice. Il  y a des gens compte double, des après-midi compte triple; des journées Y (dix points), de très nombreuses matinées E, A ou S (un point), il y a surtout des jours où de toutes les lettres placées devant nous on ne réussit à tirer aucun mot."

Un roman érudit pour un beau portrait d'homme.

 

Présentation de l'éditeur : Finitude

 

Pourquoi les oiseaux meurent, Victor Pouchet, Finitude,septembre 2017, 192 p., 16.50 euros

 

Merci à l'éditeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gwenaelle 12/12/2017 17:27

Je l'ai lu, et apprécié, mais j'ai trouvé que le narrateur restait à distance, ce qui glisse une note un peu fraîche dans cette histoire.

Hélène 18/12/2017 10:44

C'est vrai...

yuko 12/12/2017 10:12

Je ne serai pas spontanément allée vers ce roman à vrai dire, c'est vrai que le titre est triste..

Hélène 18/12/2017 10:43

Oui c'est original !

Alex-Mot-à-Mots 11/12/2017 12:05

Un titre un peu triste, mais tu me tentes.

Hélène 18/12/2017 10:42

L'espoir est là...

Aifelle 11/12/2017 11:09

J'ai rencontré l'auteur récemment, très sympathique. J'attends qu'il soit dispo à la bibli. Je vais le lire, en plus il se passe dans ma région.

Hélène 18/12/2017 10:42

Oui il est sympathique !

Dominique 11/12/2017 11:03

j'aime ce genre de livre alors toc c'est ajouté à ma longue longue longue liste mais parfois je fais remonter les titres en première place

Hélène 18/12/2017 10:41

Ah toi aussi tu as une lonnnnnggggguuuue liste ;-)

manou 11/12/2017 08:54

Je l'ai déjà noté car de belles critiques circulent dans la blogo...Déjà le titre est tout à fait attirant et je ne dis rien sur la couverture qui est très belle :)

Hélène 18/12/2017 10:41

Il est original !