A la ligne - Feuillets d'usine de Joseph PONTHUS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"J'écris comme je pense sur ma ligne de production

divaguant dans mes pensées seul déterminé

J'écris comme je travaille

A la chaîne

A la ligne"

"L'usine comme une déflagration physique, mentale", tels sont les sentiments de Joseph Ponthus quand il découvre les lignes de production. Porté par l'amour, il quitte son métier d'éducateur spécialisé en région parisienne pour gagner la Bretagne et se heurte alors à l'absence de travail dans son domaine. De guerre lasse, il finit par se tourner vers les agences d'intérim et devient ouvrier dans des usines de poissons ou des abattoirs.

Commencent alors les jours sans fin, sans lendemain, rendus fragiles par la précarité du statut. Ces jours que l'on prend parce qu'on ignore de quoi demain sera fait. A cela s'ajoute la difficulté du travail, les gestes répétitifs, les odeurs prégnantes, la douleur physique et morale. Seul l'esprit peut s'échapper, en comptant les heures, en espérant les pauses, en attendant avec impatience la fin de la journée. Puis, enfin, le repos, la maison, la femme aimée, le chien Tok-Tok, un univers familier, rassurant, confortable. Mais Joseph ne veut pas oublier, il souhaite garder une trace, et s'astreint à écrire en rentrant, malgré la fatigue qui tombe brusquement sur les épaules.

Pour cet homme issu d'un milieu plutôt intellectuel, la ligne de production se révèle un calvaire qu'il transfigure dans ses mots, peut-être pour donner un sens à l'horreur d'un quotidien pesant. La ligne de production, puis la ligne pour se souvenir, pour respirer. Pendant ses heures de labeur, outre ses compagnons de ligne qui l'épaulent, l'accompagnent également Cendrars, Céline, Aragon, Apollinaire. Paradoxalement le seul moyen de se rattacher au réel est la littérature. En s'identifiant à Dantès dans son château d'If, l'ouvrier tente de supporter sa prison qu'est l'usine. Il utilise sa culture et ses lectures pour tenir, se fabriquer un monde, en lui, pour oublier le quotidien annihilant; l'art fonde finalement son identité et l'empêche de devenir fou. "Qu'incessamment en toute humilité, Ma langue honore et mon esprit contemple" disait son ancêtre à qui il rend indirectement hommage aujourd'hui par ce magnifique témoignage percutant comme une balle en plein cœur.

En rassemblant ces bouts d'insignifiance qui donnent du sens aux heures, Joseph Ponthus nous rappelle s'il en est besoin du pouvoir magique de la littérature comme un chant intérieur qui "enchante" les jours.

Un roman essentiel !

Présentation de l'éditeur : Editions La table ronde

D'autres avis : Moka ; Clara ; Cathulu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 29/05/2019 09:14

Bonjour Hélène, un grand livre où le forme est aussi importante que le fond. Bonne journée.

Géraldine 08/03/2019 19:35

Je vais voir s'il se trouve à ma bib, car effectivement ce doit être un témoignage intéressant et hélas "dévastateur" sur notre triste époque.

Jérôme 08/03/2019 12:05

Il m'attend. Je sais d'avance que je vais me régaler.

Alex-Mot-à-Mots 03/03/2019 10:08

Une lecture qui me tente de plus en plus.

Nathalie 27/02/2019 21:16

C'est le 4 ème avis très positif que je lis sur ce roman !

Dominique 27/02/2019 13:11

il est sur ma tablette pas certaine de le lire immédiatement mais les critiques sont très positives

Clara 27/02/2019 11:03

Oui , un roman essentiel !!!