Gatsby le magnifique de Francis Scott FITZGERALD

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"C'est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé."

Nick, le narrateur habite Long Island à New York. Il a pour voisin le mystérieux Gatsby qui offre des fêtes somptueuses à des invités qui semblent finalement très peu le connaitre. Dans ces années folles, la folie des grandeurs court parmi cette société pour qui l'argent coule à flots. Le narrateur apprend à connaitre Gatsby et découvre ses failles, centrées autour de la belle Daisy Buchanan  dont il est follement amoureux alors qu'elle est mariée à un héritier millionnaire, Tom. Gatsby cherche à remonter le cours du temps pour renouer avec celle qu'il a idéalisée.

Derrière le faste et les coupes de champagne se terre une profonde solitude en chacun des personnages, doublée d'une peur prégnante. Peur de vieillir sans rattraper le temps perdu, peur de revivre la guerre, peur de la pauvreté, peur de l'inanité de toutes choses, peur que le bonheur n'éclate comme une bulle de champagne...

Le style de Francis Scott Fitzgerald est époustouflant : quand il décrit un voilage qui s'envole dans le vent, c'est comme si il nous était possible de ressentir le souffle de vent sur notre propre peau :

"Nous avons traversé un hall imposant, avant de pénétrer dans un espace de lumière rose, délicatement suspendu au cœur de la maison entre deux portes-fenêtres qui se faisaient vis-à-vis. Elles étaient entrouvertes et se découpaient en blanc sur le gazon frais, qui semblait sur le point d'envahir la pièce. Le vent jouait d'un mur à l'autre, jouait avec les voilages, repoussait l'un vers l'extérieur, tirait l'autre vers l'intérieur, comme deux drapeaux aux couleurs passées, les envoyait vers le plafond, glacé de sucre blanc, comme un gâteau de mariage - puis il cajolait le tapis lie-de-vin, qui se couvrait d'une ombre de petites rides, comme la brise en fait courir sur la mer. Le seul objet parfaitement immobile était un immense canapé, sur lequel deux jeunes femmes avaient trouvé refuge, comme dans la nacelle d'un ballon captif. Vêtues de blanc, toutes les deux, et leurs robes flottaient et dansaient sur elles, comme si le vent venait de les leur rendre, après les avoir fait voler autour de la maison. Je n'osai pas bouger, assourdi par le claquement de fouet des voilages et le grincement d'un tableau sur le mur. Puis, je crois à une explosion. Tom Buchanan venait de refermer l'une des portes-fenêtres, et le vent tomba, pris au piège, et les voilages, le tapis et les deux femmes aéronautes, se posèrent lentement sur le sol. "

Un pur chef d’œuvre à lire et relire !

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Sur l'auteur : Derniers feux sur Sunset de Stewart O'NAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Parisianne 17/02/2021 22:04

Quel merveilleux souvenir cette lecture !

Fanny 17/02/2021 07:44

Ce livre classique m'effraie mais qu'est-ce que j'aimerais le découvrir !

Alex-Mot-à-Mots 16/02/2021 19:48

Tu me donnes envie de le relire.

manou 16/02/2021 06:51

Un livre à relire pour moi car j'ai déjà eu la change de m'y plonger il y a des années...Merci de m'en donner envie

Lilly 15/02/2021 13:25

Je l'ai relu récemment, c'est toujours aussi beau et touchant.

Géraldine 14/02/2021 17:59

Il y a quelque temps, j'avais commencé à l'écouter en format audio dans ma voiture, j'ai vite abandonné car mes modes de lectures ne convenaient pas du tout au foisonnement de ce roman, impossible de m'y retrouver. Il me faudra donc un moment et un lieu calme pour m'y réatteler !