Comme dans un miroir de Gunnar STAALESEN

Publié le par Hélène

comme-dans-un-miroir.jpg

♥ ♥ ♥

 

 L’auteur :

 Gunnar Staalesen est né à Bergen, en Norvège, en 1947. Il crée en 1975 le personnage de Varg Veum, qu'il suivra dans une douzaine de romans, rencontrant un vif succès puisqu'ils se sont vendus à plus d'un million d'exemplaires en Norvège.

Il est aussi l'auteur de la grande fresque Le roman de Bergen, en six volumes.
 

L’histoire :

En 1957, une femme sublime se tue en voiture avec son amant saxophoniste, dans un pacte macabre. Elle laisse deux filles. Trente-cinq ans plus tard, lorsque l'une disparaît avec son mari, sa soeur imagine le pire et appelle Varg Veum. Entre le mythe des amants suicidés en 1957 et le présent, beaucoup de recoupements, de ressemblances, comme dans un miroir. Les chalets de montagne sur les hauteurs de Bergen se renvoient les échos du passé par-delà les fjords.

Sur fond de trafic en tous genres, la Norvège des années 90 a bien les deux pieds dans son époque. Varg Veum aussi : il vient d'acheter un téléphone portable !
Un nouvel épisode jazzy pour le privé norvégien.

 

Ce que j’ai aimé :

Varg Veum est un personnage mélancolique attachant, à l'image de cette atmosphère jazzy dans laquelle baigne le roman. Les airs de saxophone semblent s'échapper voluptueusement des pages pour nous chanter les relations passionnelles de ces amants maudits liés par ce qui semble être un pacte funèbre. Le sang d'Humphrey Bogart coule dans les veines de Varg, homme moral et pourfendeur de la noble cause surtout pour les jolies femmes en détresse.

 Comme un miroir mêle une enquête classique autour du thème de l’adultère et des thématiques plus actuelles comme le traitement des déchets toxiques ou l'émigration clandestine. Cette alliance entre sujets d'actualité et sujets intemporels reflète bien l'image du roman baignant dans une atmosphère sépia.  

L'ensemble est servi par un style à la fois lyrique dans les descriptions et dynamique dans l'action.

 Ce que j’ai moins aimé :

Une enquête qui manque un peu de punch et dont le rythme langoureux ne plaira pas à tout le monde…

 Premières phrases :

  "Je l'avais vue bien avant que nous nous croisions. Nous allions chacun dans sa direction sur la portion de montagne que les Berguénois appellent Vidden, le haut plateau, comme s'il n'y en avait qu'un. Elle arrivait d'Ulriken, en direction de Floien."

 

Vous aimerez aussi :

 Du même auteur :

 

La série des Varg Veum dans l'ordre :

 

1- Le Loup dans la bergerie (Rocher, 1994 ; rééd. Gaïa, 2002)

2- Brebis galeuses (L'Aube, 1997)

3- Pour le meilleur et pour le pire (Gaïa, 2002)

4- La Belle dormit cent ans (Gaïa, 2002)

5- La Femme dans le frigo (Gaïa, 2003)

6- La Nuit, tous les loups sont gris (Gaïa, 2005)

7- Anges déchus (Gaïa, 2005)

8- Fleurs amères (Gaïa, 2008)

9- Les Chiens enterrés ne mordent pas (Gaïa, 2009)

10- L'Ecriture sur le mur (Gaïa, 2011)

11. Comme dans un miroir (Gaïa, 2012) 

 Autre :

 Roman policier nordique

 

D’autres avis :

 Lystig ; aproposdelivres

 

Comme dans un miroir, Gunnar Staalesen, traduit du norvégien par Alexis Fouillet, septembre 2012, 304 p., 23 EUROS

dialogues-croises

 challenge rentrée littéraire 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lystig 11/11/2012 11:11


lent... comme tous les livres scandinaves ou presque...


(je te conseille "Roseanna", lent... même dans le temps, car l'enquête dure de nombreux mois)

Hélène 11/11/2012 16:10



J'ai lu "Roseanna" avant le blog, je l'avais en effet beaucoup aimé même si ce n'est pas mon policcier nordique préféré...



Alex-Mot-à-Mots 18/10/2012 13:16


Je n'aime pas trop quand les enquêtes trainent en longueur, en effet.

Hélène 18/10/2012 21:41



Là l'atmosphère comble le ralenti de l'enquête,ça passe.



Catherine 15/10/2012 18:47


Ce rythme un peu lent, c'est comme ça dans presque tous les polars scandinaves, non ?


Bonne soirée

Hélène 16/10/2012 10:36



Oui plus ou moins c'est vrai..



luocine 14/10/2012 20:21


hum! je ne susi pas certaine d'aimer, mais j 'apprécie la façon très honnête dont tu en parles


Luocine

Hélène 15/10/2012 08:38



merci... De cet auteur j'en conseillerais d'autres que j'ai plus apprécié.