Dans les forêts de Sibérie de Sylvain TESSON

Publié le par Hélène

                                          dans les forets de sibérie

  ♥ ♥ ♥

« La forêt resserre ce que la ville disperse. » (p. 43)

   

 L’auteur :

 Écrivain, journaliste et grand voyageur, Sylvain Tesson est né en 1972. Après un tour du monde à vélo, il se passionne pour l'Asie centrale, qu'il parcourt inlassablement depuis 1997. Il s'est fait connaître en 2004 avec un remarquable récit de voyage, L'Axe du loup (Robert Laffont). De lui, les Éditions Gallimard ont déjà publié Une vie à coucher dehors (2009) et, avec Thomas Goisque et Bertrand de Miollis, Haute tension (2009). (Présentation de l’éditeur)

 

L’histoire :

  Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.

  J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
  Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux.
  Je crois y être parvenu.
  Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
  Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
  Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
  Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. (Quatrième de couverture)

 

Ce que j’ai aimé :

L'expérience que tente l'auteur est fascinante et tout un chacun happé dans une vie urbaine envahissante a sans doute rêvé à un moment ou un autre de se retirer loin du monde pour méditer et faire connaissance avec soi-même...

 « Il fait -33°. Le camion s’est fondu à la brume. Le silence descend du ciel sous la forme de petits copeaux blancs. Etre seul, c’est entendre le silence. Une rafale. Le grésil brouille la vue. Je pousse un hurlement. J’écarte les bras, tends mon visage au vide glacé et rentre au chaud.

J’ai atteint le débarcadère de ma vie.

Je vais enfin savoir si j’ai une vie intérieure. » (p. 36)

L'auteur insiste sur la fulgurance de l'expérience qui atteint une intensité libératrice inimaginable :

  « J’ai avalé presque tout Jack London, Grey Owl, Aldo Leopold, Fenimore Cooper et une quantité de récits de l’école du Nature Writing américain. Je n’ai jamais ressenti à la lecture d’une seule de ces pages le dixième de l’émotion que j’éprouve devant ces rivages. Je continuerai pourtant à lire, à écrire. » (p. 55)

Ses journées se trouvent tout à coup vidées du temps, ce qui lui permet de fonder un autre espace-temps : il redécouvre le monde et le réinvente.

« Moi qui sautais au cou de chaque seconde pour lui faire rendre gorge et en extraire le suc, j’apprends la contemplation. Le meilleur moyen pour se convertir au calme monastique est de s’y trouver contraint. S’asseoir devant la fenêtre le thé à la main, laisser infuser les heures, offrir au paysage de décliner ses nuances, ne plus penser à rien et soudain saisir l’idée qui passe, la jeter sur le carnet de notes. Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l’inspiration sortir. » (p. 43)

  

sylvain-tesson2.jpg

 « L’homme libre possède le temps. L’homme qui maîtrise l’espace est simplement puissant. En ville, les minutes, les heures, les années nous échappent. Elles coulent de la plaie du temps blessé. Dans la cabane, le temps se calme. Il se couche à vos pieds en vieux chien gentil et, soudain, on en sait même plus qu’il est là. Je suis libre parce que mes jours le sont. » (p. 72)

Loin de lasser le spectateur passif de l'isolement du narrateur, le ton de son récit teinté d'humour réhausse encore les qualités de son texte :

« « Moins on parle et plus on vivra vieux. » dit Youri. Je ne sais pourquoi mais je pense soudain à Jean-François Copé. Lui dire qu’il est en danger. » (p. 71)

 De plus, Sylvain Tesson n'est jamais isolé très longtemps : il reçoit de nombreuses visites des autochtones, et surtout il est entouré des auteurs à qui il a proposé le voyage, des philosophes, des aventuriers comme lui, des poètes, des hommes -principalement- qui ont nourri des réflexions sur la solitude, sur la vie avec les autres, sur le monde et notre raison d'être à travers lui...

 Dans les forêts de Sibérie est un récit passionnant  nourri de réflexions qui permettent d'éclairer la nuit de ceux qui perdent progressivement le rapport au monde...

 

Ce que j’ai moins aimé :

 La fin marque le retour à la civilisation mais nous n'avons aucune indication sur la façon dont se passe ce retour... Qu'a-t-il tiré de son expérience, cela a-t-il changé sa façon de vivre en ville, l'homme peut-il profiter du temps qui passe et de la beauté du monde même s'il est englué dans le quotidien d'une vie trépidante... Autant de questions auxquelles le lecteur aimerait avoir des réponses... Peut-être est-ce prévu dans un prochain tome ?

 

Premières phrases :

« Je m’étais promis avant mes quarante ans de vivre en ermite au fond des bois.

Je me suis installé pendant six mois dans une cabane sibérienne sur les rives du lac Baïkal, à la pointe du cap des Cèdres du Nord. Un village à cent vingt kilomètres, pas de voisins, pas de routes d’accès, parfois, une visite. L’hiver, des températures de -30°C, des ours sur les berges. Bref, le paradis. »

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Une vie à coucher dehors de Sylvain TESSON

Autre : Indian creek : un hiver au coeur des Rocheuses de Pete FROMM

 

D’autres avis :

Blogs : Papillon , Mango , Violette ; Jérôme

Presse :L’Express , Télérama

« L'homme face à la nature… Un livre beau, sobre et dépouillé d'emphase. »

Dominique Fernandez, Le Nouvel Observateur

« Une expérience radicale, un texte magnifique. »

Christophe Ono-Dit-Biot, Le Point

« Peut-être le plus brillant de nos écrivains voyageurs. »

Jérôme Dupuis, L'Express

« Sylvain Tesson avance pour savoir ce qu'il a dans le ventre. »

Marie-Laure Delorme, Le Journal du Dimanche

« Un livre magnétique. »

Florent Georgesco, Le Monde

« Des sensations inédites, un récit précis et poétique. »

Pauline Delassus, Paris Match

 

Dans les forêts de Sibérie, Février-Juillet 2010, Sylvain Tesson, Gallimard, septembre 2011, 288 p., 17,90 euros

 

sylvain-tesson

 

Quelques uns des livres que l'auteur emporte avec lui dans sa cabane :

  

La Ferme africaine, Karen Blixen
Noces, Camus
La chute, Camus
De sang-froid, Truman Capote
Histoire de ma vie, Casanova
Eva, James Hadley Chase
Au cœur du monde, Cendrars

 Vie de Rancé, Chateaubriand

Romans de la Table ronde, Chrétien de Troyes
 Typhon, Conrad
Le poète, Michael Connelly
L’Amant de Lady Chatterley, D.H.Lawrence
Gilles, Drieu la Rochelle
Robinson Crusoé, Daniel Defoe
Un taxi mauve, Déon
Le Mythe de l'éternel retour, Mircea Eliade
American Psycho, B.E.Ellis
Lune sanglante, James Ellroy
Un théâtre qui marche, Philippe Fenwick

Indian Creek, Pete Fromm

La Promesse de l’aube, Romain Gary

 Le Chant du monde, Giono
Elegie de Marienbad, Goethe
Vingt-cinq ans de solitude, John Haines

 Moisson rouge, Dashiell Hammett

Nouvelles complètes, Hemingway
Traité du désespoir, Kierkegaard
L'Insoutenable légèreté de l'être, Kundera
Les hommes ivres de Dieu, Lacarrière
Tao-tö-King, Lao-Tseu
Des pas dans la neige, Erik L'homme
De la nature, Lucrece
Traité de la cabane solitaire, Marcel
Le Pavillon d'Or, Mishima
Fouquet, Morand
Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche
La Dernière frontière, Grey Owl
Des nouvelles d'Agafia, Peskov
Rêveries du promeneur solitaire, Rousseau
La philosophie dans le boudoir, Sade
Odes, Segalen
Le Songe d'une nuit d'été, Shakespeare
Walden, Thoreau
 Vendredi, Michel Tournier
Feuilles d'herbe, Whitman
L'Œuvre au noir, Marguerite Yourcenar
Les Mille et Une Nuits

Commenter cet article

chinouk 16/05/2014 15:19

j'ai laissé tomber ce livre en cours de route ! trop de volka pour moi :) c'est terminé Tesson je ne peut plus. Pourtant sur le papier ce livre avait tout pour me plaire, tant pis.

Pierrot, ermite des routes 15/02/2013 18:49


Ici
Pierrot, rêveur équitable du Québec


Bravo pour votre beau blogue
sur les ermites de ce monde


et leur cabane dans le bois:)))


Dans le cadre de mon vagabondage poétique
blogues-musée pertinents mais aléatoires
pour mon oeuvre littéraire pertinente mais aléatoire


permettez-moi de vous offrir
une de mes chansons


LA FILLE UNSHCOOLING


COUPLET 1

t’as 27 ans
puis tu me téléphones la nuit
pour me parler en bien
de tes trois beaux petits

mes 60 ans
ont fait de moi ton meilleur ami
une sorte de maître de philosophie

COUPLET 2

tu trouves
que j’ai l’air de l’Émile
de Jean-Jacques Rousseau
qui aurait vieilli trois siècles
en une vie

il est vrai
que vagabonder les routes du pays
sans aucune dépendance
ça ressemble à l’enfance

COUPLET 3

tu refuses d’envoyer
tes enfants à l’ecole
cloche qui sonne
chaque fois pour toi c’est un viol

ta jeune famille
se cache dans une forêt
dans l’bout d’Rawdon
pas de t.v.
juste un vieux téléphone

COUPLET 4

la ière fois
qu’tu m’as croise su l’boutte d’une plage
je sortais d’la nature sauvage

t’as vite compris
que l’gars c’était un intellectuel
qui a échange ses livres
contre deux ailes

COUPLET 5

t’as 27 ans
la nuit tu trippes sur Jean-Jacques Rousseau
tes enfants dorment tu lis l’Émile
tu trouves ça beau

j’ai 60 ans
qu’importe l’heure
j’te sers de précepteur
chaque fois qu’tu m’téléphones
de ta forêt d’Rawdon

COUPLET 6

à soir
j’vous ai conté
l’histoire du vieux bonhomme

qui chante ses feelings
pour le génie
de la fille unschooling

à soir
j’vous ai conté
l’histoire du vieux bonhomme

qui chante ses feelings
pour le génie

de la fille
LIFE SCHOOLING

Pierrot
vagabond céleste


www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com


www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique


sur google,
Simon Gauthier, conteur, video vagabond celeste


merci
Pierrot, rêveur équitable du Québec

Loo 04/05/2012 22:52


Je me plaît beaucoup à lire les auteurs voyageurs il ressort beaucoup de leur livre.


Et je suis bien d'accord que le temps est devenue d'une grande valeur.


Je me suis noté le livre. Et si ça ne me sufit pas je viendrai puiser dans la PAL de l'auteur. Merci de ta belle présentation

Hélène 05/05/2012 13:45



La pal de l'auteur est effectivement très attirante !!



Nadael 03/05/2012 12:52


Ce livre m'interesse, faut que je vois s'il est à la bibliothèque...

Hélène 03/05/2012 13:10



Une bonne bibliothèque se doit de l'avoir quand même...



Mango 30/04/2012 09:55


J'ai également passé un bon moment avec ce livre et pourtant les aventures dans le très grand froid ne me plaisent pas trop en littérature! Rien qu'à les lire, je me sens glacée mais ici, non,
heureusement.

Hélène 30/04/2012 09:56



C'est vrai qu'on ne ressent pas tellement le froid dans ce roman. C'est louche maintenant que tu me le dis...



jerome 30/04/2012 09:50


Moi aussi j'ai beaucoup aimé. Mon avis ici : http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2011/12/dans-les-forets-de-siberie-calendrier.html

Hélène 30/04/2012 10:02



Un texte somptueux, comme tu dis !



clara 30/04/2012 07:47


je l'ai réservé à la biblio !

Hélène 30/04/2012 09:39



Yes !!!



Géraldine 29/04/2012 20:08


Lecture en projet, en plus, parfait, je sais à qui l'emprunter, puisque mon frere, qui lit un livre par an, l'a acheté !!!

Hélène 30/04/2012 09:39



Quelle chance ! Ila du gout ton frère !



Aifelle 29/04/2012 07:11


Je le prendrai sûrement à la bibliothèque, mais le tam tam médiatique autour de son expérience (orchestrée par lui ?) me met mal à l'aise.

Hélène 30/04/2012 09:40



Je n'ai pas trop suivi, indépendamment de cela, c'est un bon texte !



Alex-Mot-à-Mots 28/04/2012 18:51


Sacrée expérience, en tout cas.

Hélène 28/04/2012 19:16



Oui, mais quand il en parle cela ne semble pas extême.



Catherine 28/04/2012 15:03


Il est si bien que ça donc . Ils en ont beaucoup parlé à la rentrée et je l'ai noté, bien sûr, mais je ne l'ai pas
encore lu. Bon weekend.

Hélène 28/04/2012 19:16



Disons qu'il a su me parler...



kathel 28/04/2012 13:23


Un livre que j'ai vraiment envie de lire... Ma biblio le possède, cela va finir par se faire ! 

Hélène 28/04/2012 19:16



J'ai fait comme toi, je l'ai emprunté à ma bibli !



Manu 28/04/2012 12:43


Ce livre ne me tente pas trop mais les autres écrits de l'auteur oui ! 

Hélène 28/04/2012 13:16



Je sais que le Nature writing ne fait pas l'unanimité, je comprends...