Furari de Jirô TANIGUCHI

Publié le par Hélène

furari.jpg

♥ ♥ ♥ ♥

« Pas d’impatience. Prendre le temps qu’il faut. Et avancer, toujours avancer. Si on marche, on arrive toujours… » (p. 210)

 

L’auteur :

 

En quelques années, Jirô Taniguchi est devenu l’ambassadeur de la bande dessinée japonaise en France, séduisant un large public jusqu’alors rétif à ses codes graphiques et narratifs. Le livre qui a tout changé ? Quartier lointain, auréolé du Prix du scénario au festival d’Angoulême 2003 et publié dans la collection Ecritures de Casterman, qui défend l’auteur depuis 1995, date de sa première publication française avec l’Homme qui marche, promenade élégiaque dans le Japon contemporain, portée par une description incroyablement minutieuse des petits riens du quotidien. Depuis, on a découvert une autre facette du talent de Taniguchi avec le Sommet des Dieux – Prix du dessin à Angoulême en 2005 – tandis que Le Journal de mon Père, L’Orme du Caucase et Terre de rêves, tous trois chez Casterman, ont confirmé son statut de géant de la bande dessinée mondiale. (Présentation de l’éditeur)

 

L’histoire :

 

Furari pourrait se traduire par « au hasard », « au gré du vent »… Tout comme dans L’Homme qui marche, mais avec pour cadre un Japon ancien aujourd’hui disparu, Jirô Taniguchi entraîne son lecteur dans les longues et tranquilles déambulations d’un cinquantenaire dont le nom n’est pas donné mais que tout Japonais devine être Tadataka Inô, célèbre géomètre et cartographe qui, au début du XIXe siècle, établit la première carte du Japon en utilisant des techniques et instruments de mesure modernes. Au hasard de ses intuitions et de son inextinguible curiosité, cet attachant et pittoresque personnage nous initie à la découverte des différents quartiers d’Edo, l’ancien Tôkyô, et de ses mille petits plaisirs. Retiré du monde des affaires mais fidèle à ses réflexes, il arpente, mesure, prend des notes, dessine, tout en laissant libre cours à son goût pour la poésie et à son inépuisable capacité d’émerveillement. 

 

furari1.jpg

 

Ce que j’ai aimé :

 

Cet homme, géomètre du XIXème siècle qui arpente les rues de Edo –le vieux Tokyo-  est sans doute Tadataka Inô, célèbre géomètre et cartographe qui, au début du XIXe siècle, établit la première carte du Japon en utilisant des techniques et instruments de mesure modernes.

 

Mais là n’est pas le propos, il est avant tout un homme épris de ce qui l’entoure, un hédoniste qui observe le monde et se fond en lui, devenant tout à coup chat, oiseau, fourmi… Il laisse aller ses pas, entièrement livré aux bienfaits de la marche et agrémente sa lente déambulation de poèmes accordés à son émerveillement.

 

« La pluie tombe.Le vent souffle. Le soleil monte dans le ciel. Les fleurs s’ouvrent. Aux fleurs, aux arbres…aux cours d’eau aussi.. ;à chacune des saisons…la pluie apporte un parfum particulier. Ahhh… Edo. C’est si beau. » (p. 90)

 

furari-3.jpg

 

Un album qui résonne comme un véritable hymne à la contemplation.

 

« Se laisser ainsi aller, sentir le vent, regarder la lune… Je suis vraiment comblé. » (p.162)

 

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

Toujours ces dessins en noir et blanc, j'aimerais comprendre pourquoi les éditeurs -ou les auteurs- font ce choix d'absence de couleurs. Voilà ce que donnerait la couleur :

-    furari couleurs

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Un zoo en hiver de Jirô TANIGUCHI ; L’homme qui marche de Jirô TANIGUCHI ; Les années douces de TANIGUCHI ET KAWAKAMI

Autre : Manga, Manhwa

D’autres avis :

 

Presse :L’express Télérama  

 

 Furari, Jirô TANIGUCHI, Editions Casterman, février 2012, 212 pages, 16 euros.

 

Merci aux Editions Casterman.

10-jours-japonais

Top-bd-2012

 

BD Mango bleu

Publié dans Manga - Manhwa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Oh, je l'ai acheté (on est fan de Taniguchi) ; Monsieur l'a déjà lu et l'a beaucoup aimé mais je n'ai pas encore eu le temps. Je participe aussi aux 10 jours de Choco, on va se croiser ! Bonne
semaine.
Répondre
H


Heureuse de faire des rencontres grâce aux 10 jours de Choco !



N

J'aime beaucoup cet auteur ! Je ne connais pas ce titre mais les planches que tu montres laissent rêveur !
Répondre
H


Il s'agit d'un de mes préférés pour le moment ! Une invitation à une belle promenade contemplative



Y

Rah, ta description me le rend incontournable.... Vite, le trouver dans mes bibliothèques....
Répondre
H


Un magnifique album !



M

Jusqu'ici j'ai aimé ce que j'ai lu de lui mais c'est vrai que ce serait tellement mieux en couleurs! 
Répondre
H


Ah tu trouves aussi...



N

Je viens de trouver Terre de rêves à la bibliothèque...j'avais beaucoup aimé Quartier Lointain. Je note Furari!
Répondre
H


Je n'ai lu aucun des deux titres que tu cites, je note !



K

Couleur ou pas? Hum.... Les BD coréennes sont colorées, c'est magnifique!


Bon, un Taniguchi que je n'ai pas (encore) lu.
Répondre
H


COULEUR §§§§!!!



O

grâce au noir et blanc, la contemplation ne se perd pas dans les couleurs ... !


ça laisse la place à l'imaginaire , à la couleur que tu veux mettre


Chouette avis, je note pour le prendre voir le demander si non dispo à la biblio ^^
Répondre
H


Je préfèrerai quand même la couleur, je n'en démords pas !



C

Cette BD a l'air très belle ! Entièrement d'accord avec toi pour la couleur, qui siérait pourtant si bien à cette atmosphère, d'autant que la planche que tu nous montres est magnifique !
Répondre
E

Bonjour Hélène, je découvre ton blog grâce à ce rendez-vous BD, j'en suis ravie.


Je dois avouer que je ne suis pas spécialement fan de Tanigushi mais son trait doit se prêter à ravir à ce récit. J'avais adoré le roman " les années douces " alors...
Répondre
H


Il a un univers particulier, doux, nostalgique et profond qui m'a conquise !



J

J'aime bien ce Taniguchi contemplatif et hédoniste. Certains se lassent de cet auteur et de son univers, ce n'est pas du tout mon cas !
Répondre
H


cet album là est mon préféré à ce jour de cet auteur ! une vraie réussite !



H

Moi qui ne suis pas très portée sur les BD, je l'ai découvert avec Les années douces. C'est superbes, ces BD presques méditatives, lentes et contemplatives! J'ai bien aimé le noir et blanc pour
son côté sobre, en fait...
Répondre
H


Celle-ci est vraiment magnifique, vraiment je te la conseille !