Ici ça va de Thomas VINAU

Publié le par Hélène

ici-ca-va.jpg

♥ ♥ ♥

"C'est un livre qui a la prétention de l'aube, de l'horizon, du recommencement. Un livre comme certains matins. Parfois. Un livre qui veut croire." (p. 135)

 

 L’auteur :

Thomas Vinau est né en 1978 à Toulouse et vit au pied du Luberon à Pertuis. Son premier roman, Nos cheveux blanchiront avec nos yeux a été publié chez Alma en 2011.
Son blog : http://etc-iste.blogspot.com

 L’histoire :

 Un jeune couple s’installe dans une maison apparemment abandonnée. L’idée ? Se reconstruire en la rénovant. Tandis qu’elle chantonne et jardine, lui – à pas prudents – essaie de retrouver ses souvenirs dans ce lieu qu’il habita enfant. Ses parents y vécurent heureux, avant que la mort soudaine du père coupe le temps en deux. Dans ce paysage d’herbes folles et d’eau qui ruisselle, ce sont les gestes les plus simples, les événements les plus ordinaires qui vont réenchanter la vie : la canne à pêche, la petite voisine, les ragondins, la tarte aux fruits, l’harmonica.

 Ce que j’ai aimé :

Thomas Vinau nous offre des éclats de vie éclairés d'une aura particulière : il décrit la vie comme elle va, avec ses lenteurs, ses déceptions, ses musicalités, sa beauté et ses recoins sombres. Il ne nous raconte rien de plus que ce qu'il voit, juste la vie qui passe, juste le bonheur qui ondoie : 

 "Le soleil monte sur la berge. Sur les troncs. Les taillis. Puis les branches. Les feuillages, qu'il finit par percer. Certaines de ses flèches commencent à arriver sur la surface de l'eau. Elles éclatent en cristaux de lumière. Eblouissent. Eclaboussent. Bondissent dans mes pupilles." (p. 61)

 Son quotidien champêtre est doux et sans accroc, seules les blessures inévitables du passé affleurent au bord de ces journées passées dans les lieux même de son enfance. Blessures que l’on essaie de panser en se fondant dans la béatitude du temps qui passe. 

Thomas Vinau chante la beauté de la vie dans sa simplicité : nul besoin de fioritures, quand l'essentiel est de pouvoir dire à ceux que l'on aime « Ici ça va », comme un refrain rassurant qui n'en demande pas plus, comme une paix intérieure évidente, parce que finalement, le bonheur est peut-être dans ces mots, purs, simples et directs …

 "J'ai eu cette idée d'entrer dans l'eau à la manière du film Et au milieu coule une rivière. C'était beau. Romantique. Mais je ne pêche pas à la mouche. L'eau est glacée. Le soleil m'aveugle. Je me retrouve debout, les yeux fermés, au centre du courant. Cette scène n' a pas de sens. Je vais finir malade. Pourtant je me sens bien." (p. 62)

 

   Ce que j’ai moins aimé :

 - Rien  

 

 Premières phrases :

« Ici ça va. La maison n’est pas toute neuve mais elle est propre et les plafonds sont hauts. Au moment où Ema a ouvert la porte grinçante, dont le bois humide avait gonflé autour des gonds et de la serrure, il y a eu comme un grand silence de poussière et de souvenirs. »

 

 Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Nos cheveux blanchiront avec nos yeux

Autre : L’homme-joie de Christian BOBIN

 D’autres avis :

 Presse 

 Blogs : Clara  ;  Anne Antigone, Emeraude, Mimipinson Nadael, Philisinne

 

Ici ça va, Thomas Vinau, Alma Editeur, août 2012, 140 p., 13 euros

  challenge rentrée littéraire 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 18/11/2012 20:21


Il faut que je me décide à lire son premier.

Hélène 19/11/2012 09:23



Oui, il est différent, mais très beau !



lounima 18/11/2012 11:37


Repéré chez Aifelle, tu confirmes : c'est un livre qui devrait me plaire.

Hélène 18/11/2012 13:33



Oh oui, c'est tellement beau...



Fransoaz 18/11/2012 10:20


Comme j'ai hâte de le lire celui-là! Je vois ça avec  ma libraire préférée dès cette semaine.

Hélène 18/11/2012 13:33



Il va te plaire...



jerome 18/11/2012 09:32


ça peut vraiment être sympa, j'aime beaucoup les "petits rien" en littérature. Si en plus c'est bien écrit... 

Hélène 18/11/2012 13:34



C'est écrit de façon très simple et directe..



kathel 17/11/2012 16:03


Encore un avis qui donne envie de découvrir cet auteur ! C'est un chouchou des blogs, dirait-on ! 

Hélène 18/11/2012 13:35



Un chouette livre!



clara 16/11/2012 21:00


C'est beau et  beaucoup de choses perlent entre les lignes...

Hélène 17/11/2012 11:37



comme dans la vie.. Il faut lire entre les lignes...



Anis 16/11/2012 18:21


Mais voilà parfois il est très difficile de garder cette paix intérieure car il y a la maladie, la souffrance et la mort. Difficile parfois le bonheur des petits riens.

Hélène 17/11/2012 11:38



Pas toujours évident, je comprends bien. Mais ils aident...



Nadael 16/11/2012 15:42


Je vois que tu as beaucoup aimé aussi. Le contraire m'aurait surprise.

Hélène 17/11/2012 11:38



Je n'ai pas sauté au plafond, mais j'ai été sensible au charme..



luocine 16/11/2012 14:38


en ce moment je susi un peu surbookée mais je trouve e livre rafraichissant (au moins ce qe tu en dis ) alors je le note on verra bien..


Luocine

Hélène 17/11/2012 11:39



IL te plairait je pense.



Aifelle 16/11/2012 11:04


A mes yeux, il a quelque chose de plus que Bobin, plus près de la réalité, pas d'envolées lyriques ou mystiques, du coup c'est plus proche de nous. Pardon, de moi !! Il m'a été prêté, c'est
sûr que je l'achèterai en poche, pour le reprendre de temps en temps.

Hélène 17/11/2012 11:40



Oui il est plus simple que Bobin, maisj'avoue que les envolées lyriques en question m'ont un peu manqué...



Jeanmi 16/11/2012 09:35


Quand, sur une critique, on lit : "Ce que j'ai moins aimé: RIEN" on se précipite chez son libraire et on achète ce livre de toute urgence. Toujours des critiques très
constructives chez LECTURISSIME...

Hélène 16/11/2012 09:38



Merci... c'est un beau roman, poétique qui nous parle de la vie qui passe, simplement...



Marilyne 16/11/2012 09:28


Toi qui apprécie la plume de C.Bobin, je ne suis pas étonnée par les petits coeurs que je vois ici ( et cela confirme que je dois me laisser tenter à mon tour ^^ )

Hélène 16/11/2012 09:39



Effectivement, on retrouve des similitudes, cet écrivain est très prometteur...