Le cœur cousu de Carole MARTINEZ

Publié le par Hélène

coeur-cousu.jpg

♥ ♥ ♥ ♥

Un conte merveilleux dans tous les sens du terme…

 

L’auteur :

 Ancienne comédienne, Carole Martinez se recycle dans l'enseignement et devient professeur de français dans un collège d'Issy-les-Moulineaux. Elle profite d'un congé parental en 2005 pour se lancer dans l'écriture. Elle désire écrire 'quelque chose qui soit entre le conte et le roman.' Puisant dans les légendes de sa tradition familiale espagnole, elle brode 'Le coeur cousu' à partir des histoires que sa grand-mère lui racontait. Ce premier roman est un succès et Carole Martinez reçoit le prix Renaudot des lycéens en 2007, le prix Ouest-France Étonnants Voyageurs 2007 (jury de jeunes lecteurs), Prix Ulysse de la première oeuvre 2007. Au début de l'année 2011, elle publie un roman policier pour la jeunesse, 'L' Oeil du témoin', après un premier essai publié à la fin des années 90, 'Le Cri du livre'. Lors de la rentrée littéraire en septembre de la même année, 'Le domaine des murmures' vient combler l'attente de ses lecteurs adultes.

 L’histoire :

 Dans un village du sud de l'Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse... Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s'initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs, elle est condamnée à l'errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d'enfants, eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels. (Quatrième de couverture)

 Ce que j’ai aimé :

 -Le monde de Frasquita est empreint de magie et ce merveilleux auréole sa vie d’un halo presque divin. Son don de couturière la lie irrémédiablement avec le monde et quoi qu’il arrive, elle continue d’avancer sur un chemin chaotique, illuminée par ses enfants aux dons tout aussi singuliers. Carole Martinez a réussi à créer un univers inimitable :

 « Le fil. La broderie. Des enfants comme des perles taillées dans sa chair, des sourires brodés et tant de couleurs sur les tissus pour exprimer sa joie ou sa douleur. Toutes ces couleurs ! Alors pourquoi le blanc la fascinait-il tant ? 

Elle devait comprendre et, pour comprendre, broder de nouveau, se remettre à l’ouvrage… Recoudre les bords du monde, empêcher qu’il ne s’effilochât, qu’il ne se défît. (p. 135)

 - Cette auteur a un talent indéniable de conteuse, le lecteur ne peut que l’écouter, envoûté par ces récits venus d’un autre temps, du temps où l’on croyait encore aux fables et aux légendes et où le monde n’était pas aussi désespérément rationnel :

 « A l’heure où le soleil occupe le centre du ciel dardant le monde de rayons verticaux, à cette heure sans ombre, l’homme à l’oliveraie traversait l’espace des hommes dans une solitude que ne venait dissiper aucun double. Il avait égaré son ombre sans que personne ne s’en aperçût et elle errait seule, comptant les oliviers depuis ce triste soir où l’enfant était rentré sans réponse.

Seuls les damnés errent ainsi sans compagnie de par le monde, seuls les damnés connaissent cette solitude.

Un de ces après-midi, au plus fort de l’été, alors qu’il marchait la bride de son cheval à la main dans les rues étroites inondées de soleil, à cette heure où les choses les plus profondes donnent prise à la lumière, une grille en fer forgé arrêta son habit. » (p. 145)

 -Un premier roman envoûtant...

  Ce que j’ai moins aimé :

 -Rien

 Premières phrases :

 « Mon nom est Soledad.

Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec des bras morts incapables d’enlacer et de grandes mains inutiles.

Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un mur derrière lequel accoucher, qu’il m’est passé dans le sang.

Ma peau masque un long sablier impuissant à se tarir.

Nue sous le soleil peut-être verrait-on par transparence l’écoulement sableux qui me traverse.

LA TRAVERSEE 

Il faudra bien que tout ce sable retourne un jour au désert. »

 Vous aimerez aussi :

 Chocolat amer de Laura ESQUIVEL

Un bûcher sous la neige de Susan FLETCHER

 D’autres avis :

Papillon , Liliba,  Leiloona, Antigone ,  Hélène,  Kathel, Sylire,  Jostein, Clara, Théoma 

  

Le cœur cousu, Carole Martinez, Gallimard, février 2007, 430 p., 23 euros

POCHE : Le cœur cousu, Carole Martinez, Folio, mars 2009, 442 p., 8.40 euros

 

Commenter cet article

yuko 19/09/2013 10:23


Celui-ci, je dois le lire depuis tellement longtemps que j'ai maintenant peur d'en attendre trop et d'être déçue...

Hélène 19/09/2013 12:44



Non il ne te décevra pas, il est très beau !



S.Ecriture 28/07/2013 15:10


Je suis tombée amoureuse de cette plume talentueuse et de cette fresque familiale fabuleuse.

Hélène 29/07/2013 10:51



Une très belle découverte pour moi aussi !



Caroline 27/10/2011 14:40



Tout comme toi, vu l'engouement qu'avait suscité cet ouvrage sur les blogs, il a rejoint ma PAL... Ta lecture correspond bien à l'idée que je me faisais du roman, du coup tu me donne encore plus
envie de le lire ! En attendant, j'ai le dernier Antoine Bello, puis les Heures souterraines de Delphine de Vigan et après je voudrais lire 'Ta Mère, pour pouvoir (enfin !) te le ernvoyer, avec
Les chagrins, que j'ai bien aimé.... A suivre !



Hélène 27/10/2011 18:51



Je viens d'acheter "le domaine des murmures", j'ai craqué tant j'ai apprécié son univers !



dasola 21/10/2011 16:13



Bonjour Hélène, personnellement, j'ai moins aimé la seconde partie que la première qui se suffisait à elle-même mais c'est un roman que je recommande absolument. Bonne après-midi.



Hélène 22/10/2011 12:09



Je comprends ce que tu veux dire,mais j'ai eu plaisir à prolonger ma lecture durant autant de pages, je crois que si l'intrigue avait été réduite, cela aurait créé un manque chez moi.



Aifelle 21/10/2011 12:58



J'ai beaucoup aimé "le coeur cousu" et encore plus "du domaine des murmures". Maintenant il va falloir attendre le suivant un certain temps



Hélène 21/10/2011 13:12



Tu n'as plus qu'à trouver des auteurs similaires, je te conseille notamment "Chocolat amer" de Laura Esquivel



Val bouquine 21/10/2011 12:32



J'ai adore ce roman et j'ai hate de lire le nouveau. Il tourne actuellement dans mon club de lecture et il a le meme succes que le coeur cousu. 



Hélène 21/10/2011 12:52



C'est bien ce que je pensais, je vois beaucoup d'avis positifs sur lui en ce moment...



Mango 21/10/2011 12:24



Je me le suis procuré et maintenant j'ai très hâte de le lire à mon tour! 



Hélène 21/10/2011 12:53



Tu verras, c'est un régal !



Hélène Choco 21/10/2011 09:47



Quelle merveille, ce roman! Le domaine des murmures me séduira-t-il autant?


M. Choco a été moins enthousiaste que moi sur Le coeur cousu : "livre féminin", m'a-t-il précisé. Ce n'est pas faux... Mais quel bonheur d'échapper, comme tu le fais remarquer, à notre monde
rationnel l'espace de quelques pages. On en redemande...



Hélène 21/10/2011 09:57



Oui j'ai aussi hâte de découvrir ce "Domaine des murmures", les blogs sont assez unanimes non ?



keisha 21/10/2011 09:33



nan, je lis bien, c'était pour savoir!



Hélène 21/10/2011 09:54



C'est marrant car je me suis fait la réflexion hier car je crée un autre blog pour une association et sa présidente est assez tatillonne sur le sujet : elle veut toujours la même police, la même
mise en page, un truc carré, à l'inverse de ce que je fais sur mon blog parce qu'il faut aussi  le dire Overblog n'offre pas beaucoup de marge de manoeuvre (et il faut le dire aussi, je
suis nulle en informatique...) Mais personnellement je ne trouve pas cela gênant que d'un article à l'autre il y ait des changements, cela doit être mon esprit "bohème " comme dit mon mari...



clara 21/10/2011 09:20



J'ai aimé de la pemière à la dernière ligne, j'adore ce livre !!!!!



Hélène 21/10/2011 09:21



Je te comprends, je l'ai découvert grâce à l'engouement des blogs, et vraiment j'en suis très heureuse, j'ai aussi adoré §§§



keisha 21/10/2011 08:57



Je fais partie de celles qui n'ont pas lu ce roman...


Tu as changé la taille des caractères?



Hélène 21/10/2011 09:22



En fait pour les caractères tout dépend de l'ordinateur à partir duquel je tape mon billet... Pourquoi tu as changé de lunettes ?