Le couperet de Donald WESTLAKE

Publié le par Hélène

couperet.jpg

♥ ♥ ♥ 

 "Il fut une époque où c’était considéré comme malhonnête, l’idée que la fin justifie les moyens. Mais maintenant cette époque est révolue."

  

L’auteur :

 

 Donald Westlake est un écrivain américain : il a écrit plus d'une centaine de livres, approchant bon nombre des genres de la littérature policière que ce soit le polar humoristique (son genre de prédilection), le roman policier, le roman noir, le thriller, le fantastique ou même la science-fiction.

 

L’histoire :

 

L'histoire est très originale : un homme perd son emploi au début des années 90. Malgré ses efforts pour retrouver un poste, ses tentatives restent sans réponses et il ne sait plus comment subvenir aux besoins de sa famille.

Burke Devore chômeur moderne va alors imaginer un plan diabolique : éliminer tous les candidats qui seraient susceptibles d'être en compétition avec lui, de façon à rester seul sur le marché.

 

Ce que j’ai aimé :

 

 -         Le couperet est un roman très original sur la crise économique et ses conséquences. Il met en valeur l'absurdité des logiques capitalistes qui laissent sur le carreau des hommes compétents. Le système s'avère meurtrier, alors pourquoi ses acteurs ne le seraient-ils pas également ?

 -         Ce roman se passe au début des années 90 et dénonce les aberrations de notre système capitaliste. Burke Devore travaillait dans l'industrie du papier et celle-ci s'automatisant, les emplois se font de plus en plus rares.

Donald Westlake pousse la logique économique et humaine dans ses derniers retranchements et nous livre une vision vraiment radicale d'éradiquer le chômage...

 -         C’est un roman très fin centré sur un homme poussé au bout de la morale à cause du chômage qu'il subit. Il gagne en force au fur et à mesure qu'il élimine ses adversaires, alors qu'on aurait pu imaginer l'inverse.

 

 Ce que j’ai moins aimé :

 

 - Je lui reprocherais néanmoins un certain ennui les pages et les candidats éliminés défilant, rien ne venant rompre la "routine" des meurtres perpétrés par Burke.

 

Premières phrases :

 "En fait je n'ai encore jamais tué personne, assassiné quelqu'un, supprimé un autre être humain."

 

Vous aimerez aussi :

 couperet-film.jpg

Un petit boulot de Iain LEVISON

 

D’autres avis :

 

Keisha, Choco

 

Le couperet, Daniel WESTLAKE, Traduit de l'Anglais (Etats-Unis) par Mona de Pracontal,
Rivages noir, 2000, 352 p., 9 euros

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
J'ai lu ce livre, je n'ai pas encore vu le film, mais il m'a plutôt plut !
Hélène, je suis tout a fait d'accord avec ta description, malgré un petit bémol...
Je ne comprends pas que les meurtres de Burke Devore sortent de la "routine", pour moi, Donald Westlake a imaginé assez bien la diversité de ses crimes. Ce qui met en place du suspens qui entraine le lecteur, et le plonge dans cet univers !
mais merci pour ton avis bonne journée : )
Répondre
K

j'avais vu le film après lecture du roman et j'étais un peu inquiet, mais finalement c'est plutôt bien fait, un roman pas très évident à adapter.


Bonen chronique merci !
Répondre
H


Je regarde rarement les films après avoir apprécié un bouquin, et pour tout dire, je regarde très peu les films policiers, alors que je lis beaucoup de romans policiers, cela ne me fait pas le
même effet...



L

J'ai vu et adoré le film : efficace ! 
Répondre
H


Il faudrait que je le voie aussi alors, je vais y songer



D

Bonjour Hélène, quand je pense que ce roman est dans ma PAL depuis un certain temps car j'ai beaucoup aimé le film de Costa-Gavras avec José Garcia qui est remarquable dans un rôle pas comique du
tout. Bonne journée.
Répondre
H


Peut-être que mon billet te décidera à la sortir de ta pal..



T

oui fin et d'une grande maîtrise.
Répondre
H


Un incontournable du genre



C

J'avais vu le film avec José Garcia, je crois, glaçant... je ne savais pas du tout que c'était tiré d'un roman.
Répondre
H


Le roman aussi est glaçant !



A

J'enai lu un de cet auteur. Pas mal, mais pas transcendant non plus.
Répondre
H


Assez inégal je trouve, il écrit beaucoup, du bon et du moins bon .



Y

j'ai trouvé le film pas mal moi. De Costa-Gavras, il me semble ?
Répondre
H


oui c'est bien ça...



A

Je suppose que c'est le roman dont a été tiré le film avec José Garcia ? Il ne m'avait pas plu d'ailleurs, je n'ai pas très envie de passer au livre.
Répondre
H


effectivement, je n'ai pas vu le film mais j'ai assez aimé le livre !



J

Encore un auteur que je n'ai jamais lu. Je pense pourtant qu'il pourrait me plaire.
Répondre
H


Il est plutôt drôle, sauf ici..



K

Pas de Ddortmunder là dedans, mais un bon cru!
Répondre
H


Oui, très original !



S

J'ai vu le film tiré du roman il y a quelques temps et il y avait un débat à la suite de la séance. C'était trés intéressant car, en plus, animé par l'auteur Marun Ledun qui a pas mal écrit sur
la souffrance au travail.
Répondre
H


J'imagine, cela m'aurait bien intéressée !



C

Zut pour la routine...
Répondre
H


oui, zut !