Le temps où nous chantions de Richard POWERS

Publié le par Hélène

temps-ou-nous-chantions.jpg

♥ ♥ ♥

  L’auteur :

 Adolescent fasciné par les sciences, Richard Powers étudie la physique à l'Université de l'Illinois. Vite rattrapé par le virus de la littérature, il obtient un diplôme dans ce domaine en 1979, avant de travailler à Boston en tant que programmateur informatique. Il y fait la connaissance d'un photographe au musée des Beaux-Arts, rencontre artistique le marquant si profondément qu'il abandonne son emploi afin d'écrire son premier roman, Trois fermiers s'en vont au bal , publié en 1985.

Il déménage ensuite aux Pays-Bas, où il écrit Prisoner's Dilemma, puis The Gold Bug Variations, oeuvre alliant la génétique, la musique et l'informatique. Operation Wandering Soul est rédigé durant un séjour d'un an à l'université de Cambridge, avant son retour en Illinois. Ecrivain reconnu, il publie alors Galatea 2.2 en 1995, relatant les déviations d'une intelligence artificielle, et Gain en 1998, l'évolution parallèle d'une fabrique de produits chimiques et de la vie déclinante d'une femme atteinte d'un cancer.
Plowing the Dark, sorti en 2000, est construit sur le même modèle, abordant le concept de réalité virtuelle. En janvier 2003 est publié. Richard Powers poursuit son travail d'exploration quant aux effets de la science moderne sur les vies humaines, à travers ses romans. (Présentation de l’éditeur)

 

L’histoire :

En 1939, lors d'un concert de Marian Anderson, David Strom, un physicien juif allemand émigré aux États-Unis pour fuir les persécutions nazies, rencontre une jeune femme noire, Delia Daley.

Ils se marient et élèvent leurs trois enfants dans le culte exclusif de la musique, de l'art, de la science et de l'amour universel, préférant ignorer la violence du monde autour d'eux.
Cette éducation va avoir des conséquences diverses sur les trois enfants. Jonah devient un ténor de renommée mondiale, Ruth va rejeter les valeurs de sa famille pour adhérer au mouvement de Black Panthers, leur frère Joseph tentera de garder le cap entre l'aveuglement des uns et le débordement des autres, afin de préserver l'unité de sa famille en dépit des aléas de l'histoire.

Avec des personnages d'une humanité rare, Richard Powers couvre dans cet éblouissant roman polyphonique un demi-siècle d'histoire américaine, nous offrant, au passage, des pages inoubliables sur la musique. Le Temps où nous chantions a été élu meilleur livre de l'année par The NewYork Times et The Washington Post. (Quatrième de couverture)

 Ce que j’ai aimé :

"Je travaillais sur mon premier roman, Trois fermiers s'en vont au bal*, raconte Richard Powers, lorsque j'ai découvert un document décrivant le concert que donna Marian Anderson à Washington en 1939. Ce nom est sans doute peu connu des Français mais c'est un symbole de l'histoire américaine." Ce jour-là, une Africaine de Philadelphie dont la voix fascinait les plus blasés monta sur scène à l'initiative d'Eleonore Roosevelt, la première dame des Etats-Unis, et colla aux Blancs et aux Noirs venus, en pleine ségrégation, assister à ce concert en plein air, le même indéfinissable frisson. "Ce jour-là, poursuit Powers, lorsque cette femme noire se mit à chanter les lieder de Schubert, toute l'Amérique, même la plus sauvage, se rendit compte que quelque chose ne tournait pas rond dans le pays." Ce jour-là, un émigré juif blanc tout juste arrivé d'Allemagne où il fuyait le nazisme rencontra une jeune Noire mélomane ; le roman de Richard Powers pouvait débuter. (Source L’express)

 Roman foisonnant, intelligent  et complet, Le temps où nous chantions compose une symphonie littéraire autour de cet évènement marquant les années de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Il nous plonge au coeur d'une famille dans laquelle se fondent les nationalités : le père est un physicien juif allemand immigré, la mère une chanteuse noire américaine, si bien que parmi les enfants métis pas un n'aura la même couleur que l'autre.

 "L'identité américaine passe par la couleur de la peau, précise Richard Powers. United we stand, proclame l'Amérique. Mais c'est une illusion! La réalité est que l'Amérique est une nation qui n'a jamais été unie. Le racisme est la question centrale de ce pays. Depuis la fin de la ségrégation, le fossé qui séparait les Noirs des Blancs s'est déplacé, mais il existe toujours. Le sort des métis est le moins enviable qui soit." (Richard Powers)

Leur père tente de les guider dans leur quête d'identité :  « à vous de défendre vos propres couleurs. » (p. 39) La musique va se placer au coeur de leur vie et leur permettre de transcender leurs origines, comme un écho à la première rencontre des deux parents. Jonah deviendra un grand ténor, accompagné au piano par son frère Joseph, quant à Ruth, elle choisira un tout autre chemin en rejoignant le mouvement des Black Panthers.  

 L'histoire de cette famille est passionnante et permet de balayer un demi-siècle de l'histoire américaine dans sa lutte pour l'intégration, en passant par le supplice et la mort du jeune Emmett Till, tué pour avoir siffler une femme blanche, la marche de Martin Luther King et son discours, les Black Panthers...   

Un roman symphonique époustouflant élu meilleur livre de l'année par le Washington Post et le New York Times.  

 « On sort de ce fleuve ému, bouleversé et admiratif : sans jamais écrire un roman politique, ni polémique, Richard Powers a décrit, à voix feutrée, l'échec définitif d'un idéal. »

Christophe Mercier, Le Figaro littéraire

 Ce que j’ai moins aimé :

 Ce roman est réellement un pavé, prévoyez du temps devant vous…

 

Premières phrases :

 « Quelque part dans une salle vide, mon frère continue de chanter. Sa voix ne s’est pas encore estompée. Pas complètement. Les salles où il a chanté en conservent encore l’écho, les murs en retiennent le son, dans l’attente d’un futur phonographe capable de les restituer. »

 

Vous aimerez aussi :

 Du même auteur : La chambre des échos

Autre : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper LEE

 

D’autres avis :

 Lire

 Théoma ; Kathel ; Keisha ; Luocine  

 

Le temps où nous chantions, Richard POWERS, traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard, Le Cherche Midi – mars 2006 – 765 pages

POCHE : Le temps où nous chantions, Richard POWERS, traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard, 10/18, avril 2008, 1045 p., 11.10 euros

 

12 d'Ys

Commenter cet article

Fanny 17/07/2017 14:24

Quel souvenir de lecture! Je l'ai fait patienter pendant quelques temps avant de m'attaquer à lui et quel plaisir!
Par contre, j'ai abandonné son "Générosité". Un jour peut-être je le reprendrai.

Hélène 20/07/2017 09:10

J'ai abandonné je crois 'la chambre des échos", je n'ai pas retrouvé le souffle de celui ci

luocine 14/12/2012 22:01


j'ai adoré ce roman, c'est vraiment une analyse très fine de la société américaine. Oui c'est un gros pavé mais on est envouté par ce livre


C'est très puissant, pour moi c'est de la très bonne littérature


Luocine

Hélène 15/12/2012 13:41



De la littérature de haut niveau effectivement...



Valérie 14/12/2012 11:49


Un auteur que j'ai bien envie de découvrir en 2013.

Hélène 14/12/2012 11:50



Ce sont des romans très complets, profonds..



fransoaz 13/12/2012 15:32


Je suis en train de rédiger mon billet sur un autre pavé de Powers: Gains. Le premier livre de cet auteur pour moi, c'est du lourd; je continuerai
à explorer le monde de Powers avec celui que tu proposes par exemple.

Hélène 14/12/2012 09:11



J'ai hâte de connaître ton avis sur "Gains"...



Alex-Mot-à-Mots 13/12/2012 10:37


Je n'ai pas du tout, mais alors pas du tout accroché à ce roman. j'ai même abandonné.

Hélène 13/12/2012 11:07



Ah oui ? Il est vrai qu'il faut rentrer dans ce monde...



Aifelle 13/12/2012 06:46


Je tourne autour, mais pour l'instant le côté pavé me freine encore.

Hélène 13/12/2012 09:17



Eh encore maintenant il est en poche, je l'ai lu la première fois en grand format, il était bien lourd...



kathel 12/12/2012 18:03


Un roman superbe, pour le compléter il faut écouter des extraits du concert donné par Marian Anderson, très touchants.
(tu es allée trouver mon vieux billet, merci !) 

Hélène 13/12/2012 09:19



C'est vrai que c'est une bonne idée d'écouter en parallèle ces extraits...



jerome 12/12/2012 18:00


Le coté "pavé" me refroidit mais le sujet me tente terriblement ! Du coup je fais quoi (je ne connais ta réponse, tu vas me dire :"commence déjà par lire Hiaasen !")

Hélène 13/12/2012 09:20



Mais c'est vrai ça, Hiaasen



Hélène Choco 12/12/2012 16:57


J'adore les histoires de familles qui s'etendent sur de ongues années, voir évoluer les gesn et surtout, avec une trame de fond historique... Celui la me plairait donc!

Hélène 13/12/2012 09:20



Un roman très complet !



Noukette 12/12/2012 15:16


On m'a parlé de ce pavé comme d'un incontournable... Je note, pour les longues soirées d'hiver !

Hélène 13/12/2012 09:21



Incontournable en effet, il se lit très bien...



keisha 12/12/2012 13:53


Oui, c'est un pavé, mais qu'est ce que j'ai envie de le relire;..

Hélène 13/12/2012 09:21



Un vrai plaisir de le relire...



clara 12/12/2012 11:48


Un Powers de temps en temps ne fait jamais de mal ... !

Hélène 12/12/2012 11:52



Quand j'en ai lu d'autres de l'auteur, Je n'ai jamais retrouvé le même plaisir qu'avec celui-ci...



Yspaddaden 12/12/2012 10:47


Bravo pour le challenge Hélène et merci de ta fidélité. J'espère que tu as fait de belles découvertes. Pour ma part, je n'ai pas lu ce livre et je m'en veux déjà...

Hélène 12/12/2012 10:55



merci à toi, j'ai fait de très belles découvertes, notamment "Tout seul" un vrai coup de coeur ...