Monde sans oiseaux de Karin SERRES

Publié le par Hélène

monde_oiseaux.jpg

 

L’auteure :

http://karinserres.blogspot.fr/

 

L’histoire :

« Petite Boîte d’os » est la fille d’un pasteur d’une communauté vivant sur les bords d’un lac nordique. Elle grandit dans les senteurs d’algues et d’herbe séchée, et devient une adolescente romantique aux côtés de son amie Blanche. Elle découvre l’amour avec le vieux Joseph, revenu au pays après le « Déluge », enveloppé d’une légende troublante qui le fait passer pour cannibale. Dans ce monde à la beauté trompeuse, se profile le spectre d’un passé enfui où vivaient des oiseaux, une espèce aujourd’hui disparue. Le lac, d’apparence si paisible, est le domaine où nagent les cochons fluorescents, et au fond duquel repose une forêt de cercueils, dernière demeure des habitants du village. Une histoire d’amour fou aussi poignante qu’envoûtante, un roman écrit comme un conte, terriblement actuel, qui voit la fin d’un monde, puisque l’eau monte inexorablement et que la mort rôde autour du lac…

 

Ce que j’ai aimé :

Karin Serres nous offre un court récit très étrange qui nous plonge dans un univers onirique inquiétant : non seulement les oiseaux ont disparu, mais des cochons fluorescents nagent dans le lac au fond duquel reposent les cercueils des habitants morts du village. Un récit à l’orée du fantastique qui met en scène la jeune « petite Boîte d’Os », enfant, puis adolescente et enfin adulte, portée par l’amour inconditionnel du vieux Joseph. Un monde dur, difficile, dans lequel les catastrophes sont monnaie courante, comme une allégorie de la vie faite de bonheurs et de vicissitudes.

Et ?

 

Ce que j’ai moins aimé :

Je n’ai pas bien saisi où voulait en venir l’auteure, je n’ai trouvé son récit ni poétique, ni philosophique, et je ne pense pas qu’il m’en restera grand-chose à part cet univers tellement étrange qu’ il en devient dérangeant. Un univers auquel je n’ai pas du tout été sensible.

 

Premières phrases :

« Il paraît qu’autrefois certains animaux traversaient le ciel grâce à leurs ailes, de fins bras couverts de plumes qui battaient comme des éventails. Ils glissaient dans l’air, à plat ventre, sans tomber, et leurs cris étaient très variés. »

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : http://karinserres.blogspot.fr/

 

 

D'autres avis :

Jérôme ; Marilyne

 

 

Monde sans oiseaux, Karin Serres, Stock, août 2013, 112 p., 12.50 euros

 

libfly.jpeg

 

rentrée littéraire2013 2

Commenter cet article

Une Comete 08/04/2015 21:48

Me voilà rassurée Hélène ! On est au moins deux ...

Hélène 09/04/2015 08:06

Oui je suis restée insensible comme toi !

clara 02/09/2013 21:36


Je pense le lire !

Hélène 03/09/2013 08:32



J'irai lire ton avis avec intérêt...



Géraldine 02/09/2013 20:28


Ton paragraphe "ce que j'ai moins aimé" me fait dire que je vais contourner ce livre. Pas envie de ne pas savoir où l'auteur veut aller

Hélène 02/09/2013 21:13



Je n'ai pas bien compris ce livre...



Theoma 02/09/2013 10:36


Je l'ai noté la semaine dernière, on verra s'il croise mon chemin.

Hélène 02/09/2013 21:15



J'ai hâte de savoir si tu aimeras...



Alex-Mot-à-Mots 01/09/2013 18:08


Un univers vraiment dérangeant ?

Hélène 01/09/2013 18:38



Très étrange en tous cas...



zarline 29/08/2013 22:06


Olala, je me suis arrêtée à ta référence aux cochons fluorescents ;-) Allez au suivant!

Hélène 30/08/2013 18:08



Oui au suivant !



jerome 29/08/2013 16:11


Ah super, je suis bien content. Et sinon parmi tes lectures à venir, je devrais recevoir bientôt le Tom Drury et je crois que je vais craquer sur Liksom. On va encore pouvoir comparer nos avis,
j'aime bien ça ;)

Hélène 30/08/2013 18:09



Je n'ai pas aimé le Tom Drury par contre beaucoup le Liksom !



jerome 28/08/2013 18:56


Il est sûr que si tu n'as pas été sensible à l'univers si particulier de ce roman, impossible de mettre plus d'un seul petit coeur. Un rendez-vous manqué entre cette auteure et toi en quelque
sorte. Que veux-tu, ça arrive (j'espère quand même que tu vas davantage apprécier Claire Keegan !).

Hélène 29/08/2013 16:08



Oui je suis très enthousiaste pour le claire Keegan !



kathel 28/08/2013 17:00


Ton avis tranche sur les autres et c'est bien comme ça, nous aurons moins d'attentes... Je verrai plus tard si je le trouve en bibli... (et merci pour la proposition !)

Hélène 29/08/2013 16:08



Je t'en prie !



Aifelle 28/08/2013 15:12


Tu es donc nettement moins enthousiaste que Maryline et Jérôme. Je vais le lire prochainement, je me ferai donc ma propre idée.

Hélène 29/08/2013 16:08



J'ai hâte de lire ton avis !



Marilyne 28/08/2013 10:51


Effectivement je ne qualifierai pas cet univers de poétique, ni d'onirique d'ailleurs, mais simplement d'univers. Je comprends que tu aies pu être hermétique à cette lecture, pour ma part, comme
tu le sais, il m'a fascinée et surtout j'ai été particulièrement heureuse et sensible de découvrir ces voix, celle de la narratrice et celle de l'auteur, qui, pour un premier roman, a été "
audacieuse " comme l'a écrit Jérome.

Hélène 28/08/2013 11:39



Je pense que je n'ai pas été sensible à cet univers qui vous a touché... Mais je reconnais l'audace de l'auteur.



cathulu 28/08/2013 09:56


Il me tentait un peu mais ton billet refroidit mon petit enthousiasme, je passe!:)

Hélène 28/08/2013 11:39



Un univers particulier...