Poulet aux prunes de Marjane SATRAPI

Publié le par Hélène

                                               POULET_AUX.jpg

 ♥ ♥ ♥

Prix du meilleur album au festival d'Angoulême en 2005

 

L’auteur :

Marjane Satrapi est une auteure de bandes dessinées d’origine iranienne. Poulet aux prunes devrait sortir au cinéma en octobre 2011, adapté par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud.

L’histoire :

Un beau jour, Nasser Ali retrouve son tar cassé. Il a beau chercher un nouveau tar qui serait à la hauteur de l’ancien, rien n’y fait, les sons qu’il compose que les nouveaux tars restent discordants. Désespéré car la musique est toute sa vie, Nasser Ali décide de se laisser mourir.

Ce que j’ai aimé :

-          Marjane Satrapi analyse très finement les rapports humains, et l’histoire qu’elle nous offre ici reste universelle : un amour contrarié, un mariage convenu sans sentiments, un désespoir sans fond qui fait son lit de l’insatisfaction des uns et des autres…

 

-          Le point de vue adopté est celui de Nasser Ali mais à travers ses souvenirs et ses points de vue, un portrait en creux s’ébauche : celui d’un homme qui fait payer ses erreurs à ses proches et ne comprend pas que ceux-ci lui en veulent, un homme incapable de pardonner, un homme égoïste désespérément replié sur lui-même…

 

-          Une belle interrogation sur l’art transparaît en filigrane : faut-il être désespéré pour être doué ?

« Pour le commun des mortels, être musicien ou être clown, c’est du pareil au même. Ne t’en fais pas mon petit. Dis-toi que tu vis une véritable histoire d’amour. Mais bien sûr. As-tu déjà vu quelqu’un écrire un poème sur la femme qu’il a épousée et qui l’engueule quatre fois par jour ? Crois-tu que si Roméo et Juliette avaient fait six gosses ensemble, on aurait écrit un livre sur eux ? Tu souffres ! C’est pour ça que tu joues si bien maintenant ! « 

Ce que j’ai moins aimé :

-          Le désespoir de cet homme que rien ne sauve imbibe la bande dessinée d’une teinte très sombre.

Vous aimerez aussi :

Du  même auteur : Persépolis de Marjane SATRAPI

 

Poulet aux prunes, Marjane SATRAPI, L’association, 2007, 14 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cathe 01/02/2011 19:32



J'avais aussi bien apprécié cette BD mais j'ai quand même préféré "Broderies" et "Persepolis" :-)



Hélène 01/02/2011 22:51



Leur ton est plus gai, alerte, dans "Poulet aux prunes" le désespoir est omniprésent...



Alex-Mot-à-Mots 31/01/2011 15:50



En 2005, mais ça remonte à la préhistoire



Hélène 01/02/2011 13:56



C'est ce qu'on appelle "des classiques"... En plus une adaptation cinématographique est en cours, il va donc revenir sur le devant de la scène !



Marie 31/01/2011 14:05



Cette BD a l'air très belle... et très sombre en même temps ! Je garde cette référence pour un peu plus tard...


 



Hélène 01/02/2011 13:53



Un jour de grande forme !



Caroline 30/01/2011 22:56



C'est l'un des rares Satrapi sur lesquels je n'ai pas encore mis la main, bien évidemment cela ne saurait tarder...!



Hélène 31/01/2011 09:16



Je l'ai trouvé à ma bibliothèque, tu devrais aussi le trouver dans la tienne...



Anis 30/01/2011 18:30



J'en ai plusieurs sur le feu, dont "Broderies" mais je ne connaissais pas celui-là. Il y a Nine Antiko aussi à Angoulème.



Hélène 31/01/2011 09:15



Je n'ai jamais lu Nine Antiko, un auteur à découvrir semble -t-il



Leiloona 30/01/2011 16:26



Oh, je ne sais pas si j'aimerais réellement lire cette BD si morose ... pourtant j'aime ce qu'elle fait. 



Hélène 31/01/2011 09:15



Elle est très grave et aborde des sujets durs, à l'opposé de la légèreté de "broderies"..



Midola 30/01/2011 14:32



Et dire qu'elle est sur ma table de nuit depuis trois mois et que je n'ai pas pris le temps de l'ouvrier 



Hélène 31/01/2011 09:14



Choisis un jour de liesse car ce n'est pas très gai ...



Manu 30/01/2011 12:07



J'ai très envie de découvrir Persepolis. Celui-ci peut-être après.



Hélène 31/01/2011 09:14



Effectivement il vaut mieux commencer par "Persépolis", c'est une bonne approche.