Montana 1948 de Larry WATSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Ce que j'ai aimé :

L'été de ses douze ans marquera à jamais le narrateur David Hayden. Il va en effet apprendre à regarder le monde qui l'entoure et les gens qu'il aime d'un oeil neuf, soudain conscient que chacun cache sa zone d'ombre et que le monde est bien plus complexe que l'enfance ne le laisse supposer. Son père, shérif, devra faire des choix cruciaux entre justice et loyauté envers sa famille. Dans un contexte marqué par le racisme envers les indiens considérés par certains blancs comme "ignorants, paresseux, supersttieux et irresponsables." comme le pense lui-même le père du narrateur, ce shérif épris de justice hésitera sur la conduite à suivre. Sera-t-il juste envers les siens ? Ou juste envers la morale ? Des choix cruciaux qui marqueront à jamais son jeune fils qui l'observe et l'espionne dans l'ombre, fasciné par les secrets des adultes. 

L'écriture fluide et directe emporte irrémédiablement le lecteur dans sa lecture, au coeur du Montana aux côtés de ce jeune narrateur qui va mûrir et quitter l'enfance non sans heurts. 

        

http://www.montanadra.com/

Ce que j'ai moins aimé :

Je ne sais pas si ce court roman me marquera durablement. Je l'avais déjà lu dix ans auparavant, sans m'en souvenir !

Premières phrases :

"De l'été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n'a pu chasser ni même estomper.

Une jeune femme sioux est étendue sur un lit dans notre maison. Elle a de la fièvre, elle délire et tousse si fort que j'ai peur qu'elle ne meure."

Infos sur le livre :

Gallmeister

Vous aimerez aussi :

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper LEE

D'autres avis :

Lire 

Jérôme 

 

Montana 1948, Larry Watson, traduit de l'américain par Bertrand Péguillan, Gallmeister, Totem, 2010, 176 p., 8.20 euros

Commenter cet article

bruno 06/07/2014 22:53

Bonjour
Typiquement un roman américain très "technique"
illustration du savoir faire et de l'enseignement des ateliers d'écriture que l'on rencontre dans la plupart des universités américaines
Bien écrit dans un style presque sec, pas d'histoire renversante, juste un livre que l'on prend plaisir à lire....mais j'avoue que j'ai bien aimé ce côté direct...

hélène 15/07/2014 08:25

Pour ma part il m'a manqué un petit plus qui aurait emporté mon coeur. Comme avec "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur' par exemple !

Lebouquineur 06/07/2014 18:08

Et c’est aussi, paradoxalement, cette voix enfantine qui rend – pour le lecteur - ce roman moins épouvantable et sombre qu’il n’est en réalité. Une voix concrétisée par des phrases courtes et d’une simplicité désarmante, les faits rien que les faits, avec au bout du compte un livre plutôt mince en pagination. On touche là aux limites du bouquin, en ne s’appesantissant pas sur certaines situations, en s’épargnant d’aller plus profondément dans la psychologie des personnages, Larry Watson nous donne un bon livre - dont je vous conseille la lecture - mais moins que ce qu’en disent les critiques.

hélène 15/07/2014 08:24

Parfaitement résumé ! Merci .

Kathel 04/07/2014 18:19

Tu as raison, je l'ai lu et aimé, mais il ne m'en reste presque rien...

hélène 15/07/2014 08:23

Tu me rassures, ce n'est pas alzheimer ;)

Manu 04/07/2014 14:29

Bon, si il n'est pas plus marquant que ça, je ne note pas. Je ne suis pas toujours fan des jeunes narrateurs.

hélène 15/07/2014 08:23

Il vaut mieux relire "ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" !

Alex-Mot-à-Mots 04/07/2014 14:13

En effet, il ne t'a pas marqué.

hélène 15/07/2014 08:23

Oublié totalement avec les années !

Noukette 02/07/2014 15:45

Pas sûre d'y trouver mon compte...

hélène 03/07/2014 09:21

Pas inoubliable...

jerome 02/07/2014 12:56

Je n'avais pas été plus emballé que ça. Finalement, le Montana est très peu présent et c'est une histoire de secret de famille déjà vue 100 fois.

hélène 03/07/2014 09:21

C'est vrai mais la réflexion sur le racisme était intéressante

Athalie 02/07/2014 09:56

Tout est bien dans ce roman : thème, personnages, écriture .... Et pourtant, je ne rejoins, il ne m'a pas marqué non plus, mais qu'est-ce qui manque ????? Un certain recul, peut-être, que le regard de l'enfant ne permet pas ?

hélène 03/07/2014 09:21

Je ne sais pas à quoi cela tient...

keisha 02/07/2014 08:51

Ma première pensée était "mais tu ne l'as pas lu?" (en fait, si) ^_^

hélène 03/07/2014 09:20

En fait si ;)