L'oeil du prince de Frédérique DEGHELT

Publié le par Hélène

                              

"Vivre, c'est chaque jour avoir de la chance."

Ce que j'ai aimé :

Voici le projet ambitieux de l'auteur :

"La place donnée au lecteur est celle d'être l'oeil du prince, c'est à dire d'occuper dans un théâtre cet angle de vue permettant de visualiser la perspective du décor sans déformation. (...) Et en l'occurence, dans le roman, seul le lecteur peut embrasser la perspective des vies successives des héros, des divers évènements à l'intérieur de leur destinée."

"Aucun évènement n'est en soi complètement positif ou totalement négatif. Il est chevillé à d'autres évènements qui vont en découler dans nos vies ou dans celles de nos proches."

Sur le papier le projet était prometteur. Autour de cinq destins, l'auteur brode son canevas.  Cinq  histoires prennent vie sous forme de journal intime : 

- Mélodie adolescente mature est intéressée par le cinéma, c'est une pauvre petite fille riche écoeurée par le monde de ses parents trop riches pour être profonds.

- Yann, endeuillé, part à l'autre bout du monde pour oublier, 

- Benoît, assiste au naufrage de son couple et retrouve simultanément un ami d'enfance

- deux résistants correspondent pendant la guerre et vont voir les liens s'intensifier.

- et enfin une vieille dame relie les récits entre eux, tel lecteur qui en sait plus long que les protagonistes.

Le lecteur est en effet le seul à connaître les liens qui unissent les personnages, et un autre secret de famille vient émaillier le récit dans le dernier chapitre.  

Ce que j'ai moins aimé :

Malheureusesement, l'auteur accumule les poncifs que ce soit sur :

- les riches, superficiels : riches à l'extérieur mais pauvres à l'intérieur, "Vides et comblés"

- la jeunesse, insouciante : "on n'est pas sérieux quand on a 17 ans."

- la guerre, méchante : "la guerre fait de bien vilaines choses des hommes, du souvenir et de l'aptitude au bonheur." "La guerre nous rend anormaux."

- La torture en temps de guerre, c'est mal : "Je ne pensais pas qu'on puisse ainsi torturer les femmes."

- Le mariage, qui s'érode inexorablement: "Les phrases du quotidien remplacent les vraies échanges."

"Depuis combien de temps n'avons-nous pas eu un fou rire ensemble ?"

- le deuil, long et douloureux

- l'infidélité, ravageuse

- l'amour, si rare "Y a-t-il encore une place pour l'amour dans ce monde ?"

- La vie éphémère quoi "Nos vies sont précaires."

De plus l'écriture est banale, plate, et n'est pas aidée par la forme du journal intime qui peut tomber facilement dans le mièvrerie adolescente.

Ainsi, le projet ambitieux du départ se retrouve avorté, enclumé par ces défauts. C'est dommage... 

Premières phrases :

"Je les ai brûlés. Je les ai relus d'abord, puis je les ai brûlés. Sans en oublier un seul. Je n'avais pas peur qu'on les trouve... Je voulais juste qu'ils disparaissent comme ont disparu les années pendant lesquelles je les ai écrits."

Informations sur le livre :

Babélio

D'autres avis :

Babélio

 

L'oeil du prince, Frédérique Deghelt, J'ai lu, septembre 2014, 14 euros

 

Merci à l'éditeur.

Commenter cet article

Tiphanie 05/11/2014 21:16

J'ai trouvé qu'il y avait quelques lourdeurs mais j'ai quand même apprécié certains apssages, d'autres m'ont par contre beaucoup ennuyée.

saxaoul 31/10/2014 20:52

J'aime bien cet auteur mais les critiques réservées me font un peu peur. Il est sur ma PAL, on verra bien !

Hélène 03/11/2014 08:17

Je lirai ton avis avec intérêt !

Valérie 29/10/2014 15:51

Un livre qui sort directement en poche, c'est déjà un peu louche non?

Hélène 30/10/2014 08:28

Il n'est pas en poche mais en grand format. Tu peux lire à ce sujet l'article de de Laurent Incold blog : http://www.incoldblog.fr/?post/2013/12/06/Grand-format%2C-livre-de-poche-%3A-comment-le-lecteur-fait-il-son-choix

cristie 29/10/2014 09:30

Ah je comptais le lire !!!! Tu me rafraîchis un peu là. Je pense que je vais me tournais vers des perles qui font un peu plus l'unanimité ! ;-)

Hélène 30/10/2014 08:26

C'est certain que nous sommes loin de la perle !

gambadou 28/10/2014 22:46

Déçue moi aussi. Je n'en garde pas un grand souvenir

Hélène 30/10/2014 08:26

Que de clichés !

Noukette 28/10/2014 22:30

Bon, une lecture clairement peu urgente...

Hélène 30/10/2014 08:26

Je dirais même une lecture à éviter...

luocine 28/10/2014 13:30

ok , donc on passe aux livres qui attendent dans ma liste et merci de ne pas l'avoir allongée

Hélène 30/10/2014 08:26

Je t'en prie ;)

Céline 28/10/2014 10:13

De Frédérique Deguelt, j'avais beaucoup aimé "La vie d'une autre", mais justement trop de clichés présents dans "La grand-mère de Jade" et dans "Les brumes de l'apparence" pour me convaincre. Je vais passer sur celui-ci !

Hélène 30/10/2014 08:25

Oui je crois que je vais abandonner cette auteure ...

Alex-Mot-à-Mots 28/10/2014 09:01

Encore une déception ? Dommage.

Hélène 30/10/2014 08:25

:(

Laure 28/10/2014 08:46

Bon, eh bien sans moi ! Comme dit Aifelle, les déceptions s'ajoutent et s'ajoutent

Hélène 30/10/2014 08:25

Oui passe ton chemin !

Aifelle 28/10/2014 08:26

Ouïe ! les déceptions s'accumulent autour de ce roman, je vais faire l'impasse.

Hélène 30/10/2014 08:25

Il vaut mieux oui !