La dernière nuit de Claude Eatherly de Marc DURIN-VALOIS

Publié le par Hélène

♥ 

"Nous avons réveillé le diable qui dormait dans la matière." p.225

Ce que j'ai aimé :

Le personnage de Claude Eatherly appartient aux coulisses de l'histoire. Cet aviateur de l'armée américaine a été missionné le 6 août 1945 pour partir en éclaireur afin de décider si les conditions météorologiques étaient propices au largage de la bombe qui allait détruire Hiroshima. Ce messager de l'enfer sombre ensuite dans la délinquance et la folie sans que l'on sache si ses exactions multiples sont dûes à des remords, à de la manipulation pour reprendre le devant de la scène occupé par Paul Tibbets, le pilote de l'Enola Gay, ou encore à une névrose de guerre, une psychose... 

"La folie des hommes tient à leur capacité infinie à tricoter des rapports entre des évènements dont le seul lien relève de la mécanique décérébré du temps et du hasard." p. 143

Dans ce roman, une femme s'intéresse à lui : photographe, Rose Calter attend son heure de gloire et pense être en possession d'un sujet atomique avec celui de cet homme. Mais elle vient trop tôt, puis trop tard, et se contentera de suivre Eatherly de loin en loin, durant plus de trente ans, fascinée par ce personnage qui fait montre d'une "rage d'autodestruction en raison de son implication dans le premier massacre nucléaire de l'histoire." Années après années, la façade de l'homme se lézarde, devenu "desperado nucléaire", il semble porter la culpabilité de toute une nation sur les épaules.

"Il me semblait que ce crime contre la vie s'inscrivait désormais dans l'identité génétique de chaque être avec la même irréversiblité que l'ombre des promeneurs japonais sur le pont Aioi s'était imprimée en négatif sur les pierres. Nous étions tous les assassins d'Hiroshima." p. 115

En s'intéressant à cet homme trouble, l'auteur a fourni un travail de documentation poussé en devant écarter les contre-vérités nombreuses dans son histoire. Il nous plonge dans les racines de notre histoire et retranscrit avec talent l'atmosphère d'une époque tourmentée. 

"Nous sommes partis avec l'innocence des enfants. De cette innocence où se nident les barbaries les plus féroces. Nous revenons vieux et fatigués." p.101

Ce que j'ai moins aimé :

Quelques longueurs.

Présentation de l'éditeur :

chez Plon 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Chamelle

Autre : un documentaire d'Alain Decaux Moi Claude Eatherly, j'ai détruit Hiroshima 

D'autres avis :

Ys ; Cathulu ; Gambadou ; Kathel ; Clara

Interview de l'auteur chez Clara 

 

Merci à l'auteur. 

 

La dernière nuit de Claude Eatherly, Marc Durin-Valois, Plon, 2012, 382 p., 21 euros

 

Commenter cet article

Kathel 17/04/2015 10:01

J'avoue ne plus trop me souvenir de ce roman, que j'ai pourtant lu avec intérêt. Merci pour le lien, mais il en existe un plus récent.
https://lettresexpres.wordpress.com/2012/10/03/marc-durin-valois-la-derniere-nuit-de-claude-eatherly/

Hélène 17/04/2015 10:05

Je note merci !

Eeguab 17/04/2015 09:18

Intéressant, on parle très rarement de Claude Eatherly.

Hélène 17/04/2015 09:19

Effcetivement, il est resté dans l'ombre.

Philisine Cave 17/04/2015 09:16

Je ne sais pas quoi penser de ce livre. Les citations que tu donnes montrent une certaine lourdeur (justifiée par le thème qu'elles traitent). Tu as l'air d'avoir aimé.Clairement les longueurs me refroidissent.

Hélène 17/04/2015 09:20

Peut-être que ton hésitation reflète mon avis : j'ai apprécié cette lecture, mais je n'en ferais pas un coup de coeur ...