Les marécages de Joe R. LANSDALE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Dans les années 30 au Texas Harry treize ans et sa famille vivent au bord des marécages et il lui arrive de s'y promener avec sa petite soeur. Ce jour-là il croise non seulement "l'homme chèvre", légende locale qui hanterait les marais, mais plus angoisssant encore, il découvre le cadavre d'une jeune noire baillonnée avec des barbelés. Comme son père est le représentant local de la loi. c'est lui qui s'occupe de cette affaire difficile à résoudre puisque  peu de personnes s'intéressent au meurtre d'une femme de couleur... Le Klan domine toujours et les lynchages sont monnaie courante. Mais quand le cadavre d'une femme blanche est découvert, la communauté s'enflamme ! Se fondant dans le décor, le jeune Harry suit comme son ombre son père qui enquête, et il ne sera plus le même après cette confrontation brutale au racisme ambiant. 

"Entre-temps, j'avais appris que les personnes que je connaissais -ou croyais connaître- avaient des problèmes et des vies particulières. Mes parents avaient un passé. (...) Des gens que je croisais régulièrement s'étaient révélés étranges et féroces." p. 329

Enfant blanc, ami des noirs éduqué dans une famille aux idées ouvertes, il ne comprend pas bien la violence du monde qui l'entoure. Il observe caché derrière l'ombre des adultes. Quand lesdits adultes sont eux-mêmes désarçonnés, c'est lui qui va prendre les rennes de l'enquête avec sa grand-mère. 

L'atmosphère n'est pas sans rappeler celle de "La nuit du chasseur" avec cette ambiance en clair obscur et cette lutte entre le bien et le mal. Les apparences sont trompeuses et ce qui effraie le plus n'est pas le plus dangereux. Le mal est tapi, attendant insidieusement son heure. 

Beaucoup plus sombre que la série des Hap et Lee parce qu'il n'y a pas de soupape de décompression avec l'humour des deux compères, Les marécages résonne longtemps dans l'âme du lecteur.

"Tu vois, Harry, à la façon dont il fonctionne, le monde d'aujourd'hui n'a aucun avenir. Il faut que ça change si on veut que les Américains vivent ensemble dans ce pays. La guerre de Sécession est terminée depuis plus de soixante ans et quelques années, et il y a encore des gens qui en haïssent d'autres parce qu'ils sont nés dans le Nord ou dans le Sud des Etats-Unis..." p. 183

 

Présentation de l'éditeur : Folio

D'autres avis : France Culture ; Dasola 

Vous aimerez aussi : Du même auteur : la série des Hap et Lee dont L'arbre à bouteilles  Le mambo des deux ours Bad chili ; Les mécanos de Vénus

Autre :  Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper LEE

 

Les marécages, Joe R. Lansdale, traduit de l'américain par Bernard Blanc, Folio Gallimard, mars 2006, 400 p., 9 euros

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Une ribambelle 10/10/2015 20:46

J'ai bien aimé cet auteur que j'avais lu (l'arbre à bouteilles). Là, celui-ci a l'air plus sombre mais comme je viens déjà de lire Mississippi, je vais un peu attendre avant de retrouver le Ku Klux Klan.

Hélène 11/10/2015 11:05

J'adore la série des Hap ! Je te conseille de tout lire !

Ariane 16/09/2015 11:42

Je ne connaissais pas mais je note.

Hélène 16/09/2015 19:45

oui note !

jerome 15/09/2015 11:58

Je crois que ce roman a été mon premier Lansdale. Depuis j'ai tout lu de lui ou presque. Difficile d'être plus fan que moi, mais tu le sais déjà ;)

Hélène 15/09/2015 18:52

Je t'avoue que les deux compères m'ont manqué ;-)

dasola 15/09/2015 08:55

Bonjour Hélène, j'avais été moins convaincue que toi par ce roman mais je le conseille néanmoins. http://dasola.canalblog.com/archives/2010/09/19/18826919.html Bonne journée.

Hélène 15/09/2015 18:53

Je te comprends, je préfère aussi la série des Hap et Lee !

Alex-Mot-à-Mots 14/09/2015 14:42

Pas de soupapes de décompression ? Il faut prendre son souffle avant de commencer, alors.

Aifelle 14/09/2015 06:32

Un roman qui semble se dérouler dans une atmosphère très angoissante ; je suis preneuse.

Hélène 14/09/2015 08:44

Un incontournable je pense sur le sujet !

sous les galets 13/09/2015 14:40

Je suis très tentée, essentiellement par la phrase qui dit que le plus effrayant n'est pas le plus dangereux, je crois comprendre ce que ça veut pourvoir dire dans l'histoire (et dans la vie en général) et en matière de racisme et de haine des autres, c'est encore plus vrai qu'ailleurs...
J'aime cette historie comment tu la présentes.

Hélène 14/09/2015 08:42

Je te conseille cette lecture, très marquante et très juste !

luocine 13/09/2015 12:54

j'ai toujours un peu peur de me lancer dans des livres qui décrivent trop bien l'ambiance des violences racistes aux États Unis, un peu comme je n'ai pas voulu écouter les informations concernant ce père qui a tué son enfant en le mettant dans une machine à laver, je sais c'est vrai , mais je n'ai pas tous les courages!

Hélène 14/09/2015 08:41

Je suis comme toi, mais quand c'est subtil et que cela ne tire pas dans le pathétique, je suis preneuse !

Athalie 13/09/2015 10:30

Je ne connais pas cet auteur, mais si tu convoques "La nuit du chasseur", et que tu le mets en parallèle avec "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur", je note, forcément .... Merci du conseil !

Hélène 14/09/2015 08:41

Oui il te plaira !