Tristesse de la terre - Une histoire de Buffalo Bill Cody de Eric VUILLARD

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Une légende vivante est un être mort"

Eclaireur lors des guerres indiennes, Buffalo Bill, est connu également pour avoir créé le célèbre Wild West Show, le premier reality show américain. Dans ce spectacle d'envergure mettant en scène la conquête de l'Ouest, il faisait jouer de véritables indiens comme Sitting Bull, construisant ainsi le mythe américain à la gloire de l'exterminateur. Il pose ainsi les bases d'une certaine représentation du monde, déformée par le monde du spectacle, alors que parallèlement, les massacres d'indiens perdurent, comme celui de Wounded Knee en 1890. Mais derrière Buffalo Bill se cache aussi William Frederick Cody, de son véritable nom, un homme somme toute ordinaire devenu lui aussi un mythe le jour où il raconta sa vie à un écrivain au coin d'un bar un soir de dérive. "Incarnation d'un simulacre", il l'est donc à plus d'un titre...

Par petites touches, Eric Vuillard met à jour les contradictions de cet homme atypique à l'origine du mythe américain. Il insère dans son livre des photographies d'indiens vendues à l'issue du spectacle, parce que selon lui quelque chose résiste malgré tout sur ces photographies qui réussissent à saisir quelque chose de l'âme de ces indiens. Et, bien loin du show de Cody, ce supplément d'âme nous parle de leur souffrance infinie face à l'extermination de leur peuple ... 

Au terme du récit fragmenté de sa vie, sous la plume de Vuillard, Buffalo Bill redevient un être humain face à la mort qui a elle aussi payé sa place pour le spectacle de sa mort, et non plus un être mythique. Le mythe a vécu devant le regard éperdu d'un rescapé...

"Regardons-le une dernière fois.

Aimons sa tristesse ; son incompréhension, nous la partageons, ses enfants sont les nôtres, son petit chapeau nous irait peut-être ! Regardons-le. La nuit est blanche. Souffle-moi ce qu'il faut écrire. S'il te plaît, ne me montre plus ton visage, ne me regarde pas. La terre est triste, le corps est seul. Je ne vois plus rien. Et toi, tu es là, roi pauvre, ayant pioché la mauvaise carte."

Un ultime chapitre "La neige" vient clore ce magnifique petit livre, comme une invitation à réinterpréter la vie, la vie qui peut être elle-même un spectacle permanent pour qui sait l'observer. "La neige" est celle de Wilson Bentley, premier homme à avoir photographié un flocon de neige. Cet homme vrai, si éloigné de Cody et de ses spectacles factices, un homme qui cherchait à saisir l'essence du monde, que ce soit en photographiant le vent, ou en traquant l'infime dans les moindres recoins : "Un peu plus tard, il photographia aussi les gouttes de rosée. On dit qu'il les guettait le matin sur les pattes des sauterelles."

"La nature est un spectacle. Oh, bien sûr, ce n'est pas le seul. La pensée aussi. Et il y en a d'autres. Et Wilson, le toqué du Vermont, conçoit soudain que la vie est un grand disparate, que les flocons de neige, comme les traces du ballon sur le mur de la cour, il n'y en a pas deux pareils. Et voici qu'il se met à scruter les gouttes d'eau, la vapeur, le brouillard, tous ces phénomènes infimes, imprédictibles, impondérables. C'est extraordinaire une goutte d'eau, sa transparence trompeuse, son galbe, ses renflures, ses incroyables reflets. Il n'en revient pas Wilson. Ca le sidère toute cette richesse qui se cache. Et il ne comprend pas pourquoi on ne regarde pas mieux, pourquoi on ne se penche pas davantage sur les pommes de pin, les écorces d'arbre, les petits galets de la rivière. La légèreté le fascine. L'inconstance le laisse démuni. La douceur le charme."

Photomicrographie d'un flocon de neige de Bentley en 1890.

A courir après des chimères, quelquefois, l'homme finit par capturer un morceau d'éternité...

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud 

D'autres avis : Télérama 

Babelio

 

Tristesse de la terre, Une histoire de Buffalo Bill Cody, Actes Sud, août 2014, 176 p., 18 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christw 04/07/2017 10:40

Très beau récit de Vuillard, ainsi que tous ceux que j'ai lus de lui. Il sort récemment "L'ordre du jour" que j'essaie de me procurer vite, il et question des coulisses de Anschluss en 1938.

Hélène 20/07/2017 09:05

Je le note merci !

Pr. Platypus 17/05/2016 12:47

C'était mon grand coup de coeur de la rentrée littéraire 2014 ! Tu me donnes envie de le relire...

Hélène 17/05/2016 13:44

Tu sais que je m'en veux de l'avoir manqué, et cela m'angoisse car je me dis que j'en ai sans doute loupé plein d'autres tout aussi forts !

Ingannmic 14/05/2016 15:09

Ce billet me ravit, je viens d'acheter ce titre une misère chez le bouquiniste ! Conquistadors, du même auteur, est aussi dans ma PAL, car j'en ai entendu grand bien. Il semble que Vuillard aime ancré ses textes dans l'Histoire...

Hélène 17/05/2016 12:25

Je note "conquistadors !"

maggie 13/05/2016 22:13

Les extraits m'ont donné envie de lire. Je vois dans les commentaires que beaucoup sont déçus car ils n'ont rien appris mais comme je ne connais pas grand chose sur le sujet, je vais m'y plonger avec plaisir...

Hélène 17/05/2016 12:25

Oh oui il faut se laisser porter par sa poésie !

Kathel 13/05/2016 10:29

J'ai fait une tentative avec ce roman, du genre "en vitesse avant de le rendre à la bibli" et je n'ai pas trop accroché, mais peut-être referai-je un essai...

Hélène 17/05/2016 12:26

oh oui !

Electra 12/05/2016 20:00

Contente de voir ton enthousiasme ! à mon tour de semer la discorde !!!

Moi, il m'a déçu ! J'attendais beaucoup plus mais je n'ai rien appris ...trop froid, trop lisse. .. à part, les parties sur le WW Show et la participation de Sitting Bull, j'ai trouvé cela trop vaporeux ..
ma critique ici si ça te tente : http://www.tombeeduciel.com/2015/12/tristesse-de-la-terre.html

Hélène 17/05/2016 12:28

C'est drôle ton terme "vaporeux" lui convient très bien et pour moi cela n'a pas été péjoratif !

gambadou 12/05/2016 12:04

Tu en parles très bien.

Hélène 17/05/2016 12:27

merci, j'ai beaucoup aimé !

Noukette 12/05/2016 10:05

Très tentant oui...!

Hélène 17/05/2016 12:27

Je te le conseille !

k 12/05/2016 09:15

Beau livre, belle écriture, mais je n'ai pas appris grand chose car le sujet m'était familier. Je pense pouvoir rencontrer l'auteur en lecture en fin d'année!

Hélène 17/05/2016 12:27

Je ne connaissais pas pour ma part, je me suis laissée charmer !

Jostein 12/05/2016 08:14

Un de mes coups de coeur de la rentrée 2014. Eric Vuillard revient avec un nouveau roman cet èté. Du coup, je l'ai noté en priorité.

Hélène 12/05/2016 08:31

Oh oui chic merci pour cette bonne nouvelle !

luocine 12/05/2016 08:09

Je ne comprends pas bien le rapport entre Buffalo Bill et le photographe de la neige. La photo de la famille indienne est très touchante.

Hélène 12/05/2016 08:13

C'est drôle c'est une question qui revient souvent effectivement, et chacun est libre au final de son interprétation.. J'ai beaucoup aimé ce passage sur la neige !