La perle de John STEINBECK

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Kino et sa femme Juana Kino, vivent au sein de la nature au bord de la côte californienne. Malheureusement, leur bébé Coyotito est mordu par un scorpion et le couple de pêcheurs n'a pas l'argent nécessaire pour le faire soigner par le médecin qui refuse de les aider. Fou de douleur, Kino repart à la chasse aux perles, dans l'espoir de faire fortune. La chance lui sourit alors, et il pêche la plus grosse perle du monde. Mais est-ce réellement une chance ?

Dans ce récit allégorique la différence de classe est prégnante : les pauvres restent pauvres, car le système le décide ainsi, et il est impossible de braver le système. Tous se liguent contre Kino pour l'empêcher de faire fortune et de réaliser ses rêves. Tous veulent le voler, le spolier, ceux qui se pensent trop faibles observent de loin. Dans cette société capitaliste, les pauvres resteront des laissés pour compte, sans aucune chance. Comme chez les animaux, les prédateurs triomphent et l'homme, attiré par les lueurs de l'argent, perd ses attributs humains pour redevenir une bête...

Mais ce gain tant convoité est-il synonyme de bonheur ? Le rêve américain est en effet ici dénoncé. La perle représente le Mal, et il faut s'en éloigner, comme il faut s'éloigner de cette société créatrice d'inégalités, de conflits de violence au sein même de l'individu. Les seuls moments calmes et sereins vécus par la famille sont ceux vécus dans la nature, en accord avec les éléments, en accord avec leurs chants intimes. En cela, Steinbeck propose une vision rousseauiste de la vie : la société pervertit les hommes.

Pour retrouver sa dignité, il faut affirmer la primauté de l'esprit comme lorsque Kino se révolte et refuse de vendre sa perle, de la brader.

John Steinbeck propose ici un récit fort, très lucide et relativement pessimiste sur la société et sur l'homme en général.

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Du même auteur Des souris et des hommes

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lilly 20/09/2018 17:18

Une lecture des plus réjouissantes !!! Je n'ai lu que "Des souris et des hommes", et j'attends depuis des années d'avoir le courage de me lancer dans "Les Raisins de la colère".

Moka 20/08/2018 00:59

Je n'ai lu que Des souris et des hommes de cet auteur.

Hélène 20/08/2018 12:00

Comme toi je n'avais pas lu autre chose mais comme il était dans les lectures préconisées pour mon fils pour son passage en 4ème, j'ai voulu tenter. C'est un récit fort qui de plus me parle bien par ses thématiques

Tiphanie 19/08/2018 15:49

J'aime beaucoup Steinbeck mais ce roman-là m'a un peu moins marquée.

Hélène 20/08/2018 12:00

Il est plus court, peut-être est ce la raison ?

keisha 18/08/2018 07:04

Steinbeck... Lu ce roman, je sais que c'est du bon

Hélène 20/08/2018 12:00

Oh oui !