Cette vie de Karel SCHOEMAN

Publié le par Hélène

                                         cette vie 

♥ ♥ ♥ ♥ 

Un roman puissant au cœur du veld sud africain.

 

L’auteur :

Karel Schoeman est un écrivain sud africain contemporain de langue afrikaans. Il a exercé divers métier dont celui de bibliothécaire et est aujourd’hui à la retraite. Il est l’auteur d’une œuvre prolifique, dans des genres différents (romans, essais, pièces de théâtre…) Cette vie est son dernier roman et est le premier d’un triptyque intitulé « Voix ».

L’histoire :

Sur son lit de mort, une vieille femme appelle à elle ses souvenirs pour les rassembler avant l’ultime départ. Elle évoque sa vie dans le veld en cette fin du XIXème siècle, sa mère si distante et âpre, son père fermier travaillant durement, et ses deux frères Pieter et Jakob, ainsi que leurs épouses. Jeune enfant discrète, puis jeune femme effacée, elle a observé les siens et a saisi certains secrets sans réellement en avoir conscience. A l’heure de sa mort, elle les livre à la lumière de son âme.

Ce que j’ai aimé :

-       L’écriture : intense, serrée au début, comme si elle ne voulait rien laisser percer au travers des mots, elle se délie au fur et à mesure pour chanter la liberté d’une femme dépendante des autres pendant trop longtemps.

-       L’intensité du récit : la narratrice livre des bribes de souvenirs au fil des pages, laissant aux pages suivantes le soin de dévoiler – peut-être - un autre souvenir éclairant, si bien que le récit rebondit, guidé par une mémoire sélective.  Le lecteur est littéralement happé par cet univers sporadique.

-       La beauté du texte en général : l’hommage rendu aux paysages de cette région est envoûtant. La ferme dans laquelle vit la narratrice est isolée, au cœur du Roggeveld, et les paysages sauvages environnants sont pour elle comme un aimant, un appel à la liberté et à l’insouciance, mais aussi un chemin vers des réponses. Les lieux savent des secrets que les humains ignorent… Mais le vent aura beau souffler, il ne trahira pas…

« Je sens autour de nous l’air doucereux, le parfum de l’anis sauvage, et contemple les arbustes qui ont pris racine dans les crevasses parmi les pierres, les fleurs blanches des zygophyllums qui se balancent au pied des collines, le printemps fade, gris, argenté et blanchâtre sous le ciel pâle, l’eau qui scintille un instant au loin à la surface d’un marécage et qui redevient terne tandis que le paysage s’assombrit à mesure que l’ombre obscurcit le soleil. » (p. 82)

-       Le magnifique portait de cette femme, qui, à l’aube de la mort, souhaite solder ses comptes avec la vie et rendre hommage à ceux qu’elle a aimés…

« Je me suis souvenue de ce que j’avais oublié, j’ai mis des mots sur ce que je ne voulais pas savoir, ma mission est accomplie (…) » (p. 256)

« L’être humain est condamné à se souvenir et à porter son fardeau jusqu’à la fin. » (p. 262)

Ce que j’ai moins aimé :

-       La densité du récit, déroutante au premier abord. La narratrice nous livre un monologue avec très peu de pauses, peu de dialogues, comme si elle voulait vraiment profiter de son dernier souffle pour tout dire. Aussi faut-il vraiment se plonger dans le texte pour en saisir toute la beauté, c’est un texte qui se mérite.

Premières phrases :

« La veilleuse vacille et s’éteint ; allongée dans l’obscurité, j’entends la respiration régulière de la jeune fille qui dort sur la paillasse au pied de mon lit. C’est sans importance, plus rien n’a d’importance, il ne reste plus qu’à attendre, et peu importe qu’il fasse jour ou bien nuit. »

Vous aimerez aussi :

 Disgrâce de J. M. COETZEE

 

Merci à Denis LEFEBVRE du groupe LIBELLA.

  Cette vie de Karel SCHOEMAN, Phébus, 2009, 265 p., 21 euros

 

Vous le trouverez aussi chez Keisha, et chez Dominique. 

TAGS : Littérature d'Afrique du Sud- Famille-Solitude -Femmes

Publié dans Littérature Afrique

Commenter cet article

Eeguab 22/06/2014 19:19

Cet auteur est immense. J'ai lu et chroniqué les quatre romans parus en France.Une merveille avec une préférence pour En étrange pays. Votre blog semble intéressant. Je reviendrai.

keisha 30/07/2010 08:16



Pour Chez nous, je ne plaisantais pas, c'est TRES bien.



Hélène 30/07/2010 08:48



Je me suis inclinée (et ma Pal aussi...) il est commandé.



keisha 29/07/2010 16:10



Ah?


Je croyais que je l'étais déjà.



Hélène 29/07/2010 19:31



@Keisha : De plou en plou dangerous alors...



keisha 28/07/2010 14:34



Chouette, moi aussi j'ai aimé. c'est du bien dense, bien taiseux, quelle vie!


Tu devrais aussi aimer Chez nous de Marylinne Robinson (je dis ça je dis rien)



Hélène 29/07/2010 09:21



Tu deviens dangereuse...



Marie 28/07/2010 09:55



Je ne connais pas du tout la littérature Sud-Africaine, à l'exception d'André Brink. Ce titre pourrait être une bonne entrée en matière pour découvrir les auteurs de ce pays...


 



Hélène 28/07/2010 10:21



Ce portrait de femme est très touchant, puissant et marquant, je ne peux que te le conseiller.