Contrée indienne de Dorothy m. JOHNSON

Publié le par Hélène

contree-indienne.jpg

♥ ♥ ♥ ♥

Cap sur le western !


 L’auteure :

 

DOROTHY M. JOHNSON est née en 1905 dans l’Iowa et a passé son enfance dans le Montana. Rédactrice pour des magazines féminins, puis professeur à l’université du Montana, elle publiera une quinzaine de livres et plus de 50 nouvelles dont plusieurs seront adaptées au cinéma (L’Homme qui tua Liberty Valance, Un homme nommé cheval, La Colline des potences). En 1959, elle est faite membre honoraire de la tribu blackfoot. Elle meurt en 1984. (Présentation de l’éditeur)

 

L’histoire :

 

Dans l’intimité de loges indiennes ou celle de ranches à peine construits, à travers les plaines, derrière les murs des forts militaires ou dans les rues de villes nouvelles, pionniers, Indiens et cow-boys sont confrontés à la dure loi de l’Ouest. Dotés d’un formidable instinct de survie, ces hommes et ces femmes résistent à la destruction de leurs foyers, de leurs croyances et de leurs rêves. Ces onze nouvelles – dont deux restaient inédites en français – racontent les incidents devenus légendaires et les paysages encore sauvages de cette terre de frontières. On retrouve parmi elles L’Homme qui tua Liberty Valance et Un homme nommé Cheval qui inspirèrent deux grands westerns de John Ford et Elliot Silverstein.

Avec Contrée indienne, Dorothy Johnson, grande dame de la littérature américaine, ressuscite le mythe de l’Ouest américain. (Présentation de l’éditeur)

 Première publication chez JC Lattès en 1986 et chez 10/18 en 1993.

Ce recueil est présenté pour la première fois dans son intégralité, deux nouvelles “L’incroyant” et “Cicatrices d’honneur” étant jusqu’à présent restées inédites en français.

 Deux nouvelles ont été adaptées au cinéma : L’Homme qui tua Liberty Valance par John Ford en 1962, avec James Stewart et John Wayne ; Un homme nommé Cheval par Elliot Silverstein en 1970.

 

Ce que j’ai aimé :

 

Les cow-boys… et les indiens !!! Ils me manquaient…

Les nouvelles sont variées : il est question d'enlèvements de femmes colons dans « Flamme sur la plaine », « Retour au fort », d'hommes blancs qui ont été des indiens ou le sont toujours dans « L’incroyant », « La tunique de guerre », « Un homme nommé cheval », de colons confrontés aux attaques d'indiens dans « Prairie kid », « Après la plaine », d'indiens et de leurs rituels dans « L’exil d’un guerrier », de vrais cow boys dans « L’homme qui tua Liberty Valance »... Dorothy m Johnson en conteuse exemplaire ne prend pas partie pour l'un ou l'autre camp, elle palpite aux cotés des colons traqués, comme elle respire avec le souffle des indiens et de leurs coutumes. Elle nous explique par exemple ce rituel pour que les jeunes indiens découvrent leur totem : 

« Seul dans un endroit élevé pendant quatre jours et quatre nuits, sans eau ni nourriture ? Certains rêvent d’une bonne médecine, d’autres d’une mauvaise médecine, d’autres encore ne font pas de rêve. » (p. 192)

Elle s'interroge sur la limite entre la sauvagerie et la civilisation et représente intelligemment les deux peuples. Ainsi, ses nouvelles mettent en scène des personnages forts, marquants, confrontés à la violence, mais aussi humains qui vont apprendre la tolérance, l'ouverture, dans un enrichissement mutuel des cultures.

Un incontournable du genre !

 

Ce que j’ai moins aimé :

  - Rien 

 

Premières phrases :

«Le dimanche matin, le chef sioux nommé Little Crow, portant les vêtements sobres d’un homme blanc, assista au service religieux de la Lower Sioux Agency et serra la main du pasteur après la cérémonie. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Lonesome Dove de Larry McMURTRY

Le tireur de Glendon SWARTHOUT

Mille femmes blanches de Jim Fergus

 

D’autres avis :

 

Folfaerie ; Télérama 

 

 Contrée indienne, Dorothy Johnson, traduit de l’américain par Lili Sztajn, mars 2013, 256 p., 10.00 euros

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

Tous les textes sont extrêmement forts, reflétant la force de caractère nécessaire à ces
hommes et ces femmes (ou enfants) pour vivre dans de telles conditions et le style de l’écrivaine, phrases courtes qui claquent dans le cadre court d’une nouvelle, inversement proportionnel à la
puissance des sentiments exprimés, exacerbe l’émotion qui s’en dégage. Comme le dit Bertrand Tavernier « un écrivain majeur au style dense et laconique ».  
Répondre
H


Exactement, une vraie résussite !



B

Bonjour


Je suis très surpris par cette auteure.....passé la première nouvelle qui déroute un peu par un style très sec, presque uniquement factuel, on est conquis par ce sens du récit, la densité des
personnages et la capacité à créer une athmosphère propre à chaque récit sans avoir l'impression que cela se répète (on est constamment dans l'Ouest, le vrai !)


Une belle découverte.....même si, dans le même univers,je reste attaché à Lonesome Dove qui reste absolument fabuleux et plus littéraire....
Répondre
H


Bonjour, pour moi aussi ce fut une très belle découverte, chaque nouvelle nous plonge immédiatement dans un univers dense, le récit est direct et passionnant. Mais comme vous je n'ai pas encore
rencontré de cows-boys qui arrivent à la cheville de "Lonesome dove", une vraie merveille...



L

alors je le note bien volontiers


Luocine
Répondre
H


Oui note !



L

Moi aussi les cow-boy et les indiens me manquent parfois. Ca me freine un peu qu'il s'agissent de nouvelles pour ce sujet mais je me laisserai bien tentée tout de meme.
Répondre
H


Vraiment le fait que ce soient des nouvelles n'est pas gênant car on rentre tout de suite dans chaque nouvelle !!



K

Voir mon mail... Ton avis me tue encore plus.
Répondre
H


héhéhhé !



C

Keisha ne l'a pas lu ?? Ohhhh??? 
Répondre
H


Cela ne va pas tarder...



A

Un roman plein de bons sentiments.
Répondre
H


très beau j'ai trouvé



J

Arghhhhh, j'ai lu les deux premières nouvelles hier soir. ça me plait beaucoup beaucoup pour l'instant, je suis content que tu lui accordes 4 coeurs^^
Répondre
H


tu vas être conquis !!