Maus d’Art SPIEGELMAN

Publié le par Hélène

maus_hc.gif

♥ ♥ ♥

 « Auschwitz, personne ne peut comprendre. » (p.64)

 

L’auteur :

 Art Spiegelman est un illustrateur et auteur de bande dessinée américaine, né le 15 février 1948 à Stockholm (Suède). Figure phare de la bande dessinée underground américaine des années 1970-1980, il est à partir du milieu des années 1980 surtout connu pour sa bande dessinée Maus, qui lui a valu un Prix Pulitzer. C'est également un illustrateur reconnu. Il vit à New York avec sa femme, Françoise Mouly. Il est sacré Grand Prix de la Ville d'Angoulême en 2011.

 L’histoire :

 Le père de l'auteur, Vladek, juif polonais, rescapé d'Auschwitz, raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d'une bande dessinée dont les personnages ont une tête d'animal : les juifs sont des souris, les nazis des chats, les Polonais des porcs et les Américains des chiens.

 Ce que j’ai aimé :

-          Art Spiegelman met en avant la force de ce père qui, grâce à son intelligence, à son ingénuosité, àmaus.jpg réussi à survivre. Pour cela il a exercé divers métiers de prof d'anglais à cordonnier en passant par zingueur, mais toujours avec la féroce envie de ne pas sombrer, de survivre coûte que coûte dans un monde impitoyable et inhumain. 

- Si la description du passage par les camps est criante de vérité, l'évocation de l'après-Auschwitz et des séquelles irrémédiables qu'une telle expérience fait peser sur les survivants est expliquée avec autant de brio : Vladek est un homme marqué qui ne s'adapte que très difficilement au monde et aux gens qui l'entourent désormais. Il a perdu une partie de lui-même dans ces camps, il reste un rescapé torturé et torturant pour ses proches.

-           Le dessin en noir et blanc  est en parfaite adéquation avec cette période sombre de l’histoire, permettant à la fois d'en souligner la noirceur mais aussi de masquer quelquefois l'horreur de scènes qui auraient pu être bien plus choquantes en couleurs.

- Enfin, le choix de peindre les êtres sont les traits d'animaux stigmatise le fait que les nazis condamnaient une race entière sans aucun critère rationnel.

 -          Par sa justesse et son intelligence, Maus fait partie des BD indispensables !

 « Alors seul mon petit frère Pinek est sorti vivant de la guerre… Pour le reste de ma  famille, il reste rien, même pas une photo… » (p.116)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 -          Rien

Vous aimerez aussi :

  Si c'est un homme de Primo Levi

D’autres avis :

Miss Alfie, Zarline, Mango

 

Maus, Art Spiegelman, traduction de Judith Ertel, Flammarion, 1998, 2 tomes, 28 euros

 

 BD du mercredi de Mango 1

Commenter cet article

tech support microsoft phone number 30/06/2014 13:05

Free circulating books are an absolute necessary. Thank you so much for sharing the review of Maus by Art Spiegelman with us. It has a good message and inspiring characters. I would like to check it more in the future.

yvan 27/10/2011 20:39



LA BD que tout le monde devrait lire !!!



Hélène 27/10/2011 21:35



Je viens de jeter un oeil sur ton blog, il est terrible tout me tente !!!!



Alex-Mot-à-Mots 27/10/2011 18:56



Perso, j'avais eu du mal à entrer dans l'histoire : beaucoup de noir et blanc, et les chats et les souris sont un peu déroutant. Mais c'est une BD qu'il faut lire, c'est certain.



Hélène 27/10/2011 21:36



Effectivement, quand on n'est pas habitué, cela peut dérouter, je te comprends.



Midola 27/10/2011 09:50



Je ne la connaissais pas, je m'empresse de la noter. Merci !



Hélène 27/10/2011 09:59



Tu peux la surligner aussi...



kathel 26/10/2011 17:01



Tout à fait d'accord, à lire avant ou après "Si c'est un homme"...



Hélène 27/10/2011 09:02



C'est un bon complément.



Noukette 26/10/2011 15:50



Incontournable, indispensable, à lire et à relire ! Un ouvrage vraiment culte !



Hélène 27/10/2011 09:02



Un très beau récit très humain.



Mango 26/10/2011 10:19



Un grand ouvrage! Un indispensable de la BD, je le sais maintenant! 



Hélène 26/10/2011 10:54



Effectivement, c'est aussi agréable de redécouvrir des classiques de la Bd



keisha 26/10/2011 08:58



Tiens, ce matin encore, je recommandais la lecture de cette BD (sur un autre blog)Rien à dire, sauf "je devrais la relire"


Pour 1Q84, ça avance bien, je vais, comme tous, devoir attendre (mais il reste tant de livres...) Bien fait ce truc, quand même.



Hélène 26/10/2011 09:51



Oui je l'ai relu pour rédiger ce billet c'est un vrai plaisir.


J'ai écouté "Le masque et la plume" sur 1Q84, ils ne sont pas tendres, mais l'un des critiques souligne quand même le talent qu' a Murakami de nous ferrer indéniablement...



Hélène Choco 26/10/2011 08:54



A force de voir de superbes commentaires sur les BD, je vais finir par m'y mettre... Je suis restée sur les Tintins et autres Achille Talon, alors que l'univers de la BD s'est vraiment étoffé.
Celle-ci me tente, je vais aller fair eun tour à la bibliothèque...



Hélène 26/10/2011 09:52



C'est un incontournable, un témoignage fort et inoubliable sur les camps...