La grande vie de Christian BOBIN

Publié le par Hélène

                                     

♥ ♥

"L'âme naît au point de rencontre de notre néant avec la lumière qui nous a sauvé."

 

L'auteur :

Christian BOBIN est un écrivain français contemporain, auteur de "fragments", des textes en prose poétiques. Il a connu le succés à partir de 1991 avec Une petite robe de fête. 

 

L'histoire :

«Les palais de la grande vie se dressent près de nous. Ils sont habités par des rois, là par des mendiants. Thérèse de Lisieux et Marilyn Monroe. Marceline Desbordes-Valmore et Kierkegaard. Un merle, un geai et quelques accidents lumineux. La grande vie prend soin de nous quand nous ne savons plus rien. Elle nous écrit des lettres.» Christian Bobin.

 

Ce que j'ai aimé :

La petite voix de Christian Bobin se fait entendre, tranqullle, calme. Il nous parle de la vie, de la mort, se ressource dans ses promenades dans les prés, observe le monde avec une acuité visuelle qui nourrit son imagination et son écriture.

Pour affronter le néant de nos vies, leur désuétude muette, il nous enjoint à chanter. Chanter le monde, pour enchanter sa douleur, chanter pour être présent. Ce conseil aux accents proustiens illumine ses pages : 

"Quand je vis, la vie me manque. Je la vois passer à ma fenêtre, elle tourne vers moi sa tête mais je n'entends pas ce qu'elle dit, elle passe trop vite. J'écris pour l'entendre." 

Chanter, ce sera observer le monde dans ses détails, se gorger de ses merveilles et écrire ensuite pour partager ce bonheur.

"Hier J'ai vu plusieurs libellules au-dessus du pré, gorgées de bleu. Elles se déplaçaient par saccades au-dessus d'une touffe d'herbe, d'un caillou. On aurait dit quelqu'un qui vient voir si tout va bien, puis qui s'éloigne, rassuré." (p.89)    

Mais ce sera aussi lire, se nourrir aux écrits des autres pour graviter dans d'autres mondes, entre les vivants et les morts, entre espoir et désespoir, entre eux et moi. 

Car c'est dans les interstices de la vie que notre âme palpite...

 

Ce que j'ai moins aimé :

Un peu trop court à mon goût.

 

Premières phrases :

 

"Chère Mareline Desbordes-Valmore, vous m'avez pris le coeur à gare du Nord.

Il faisait froid, Il y avait tellement de monde, et en vérité personne. J'ai cherché un abri, un lieu humain. Je l'ai trouvé : le dos appuyé contre un pilier j'ai ouvert votre livre et j'ai lu votre poème rêve intermittent d'une nuit triste." 

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur :  Les ruines du ciel  La part manquante  ; L’homme-joie Eloge du rien  ; La dame blanche

 

D'autres avis :

L'express ; Le Monde Sabeli 

 

La grande vie, Christian Bobin, Gallimard, 2014, 121 p., 12.9 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yuko 29/04/2014 20:00

Tu as raison, les écrits de Bobin sont toujours trop courts :)

Noukette 08/04/2014 14:41

Hâte de retrouver la petite musique de cet auteur...

Manu 06/04/2014 09:13

Pas vraiment tentée par ce genre de récits.

Un autre endroit 02/04/2014 12:20

Un peu trop pour moi...

jerome 02/04/2014 07:22

Il est dans ma pal. Lecture à venir...

hélène 02/04/2014 08:15

Hâte de te lire !

Alex-Mot-à-Mots 01/04/2014 13:52

Un auteur dont j'aime beaucoup la petite voix.

hélène 02/04/2014 08:14

Je l'apprécie aussi beaucoup.

clara 01/04/2014 08:02

La part manquante est dans ma PAL, je commencerai donc par celui- là car je n'ai pas encore lu cet auteur !

hélène 02/04/2014 08:14

Je garde un meilleur souvenir de ses premiers, je commence à me lasser... J'avais aimé "la part manquante"