La dame blanche de Christian BOBIN

Publié le par Hélène

                                         La-dame-blanche.jpg

 

 ♥ ♥ ♥ 

 « Certaines personnes sont si ardemment présentes à elles-mêmes que, devant elles, on se découvre douloureusement une âme. » (p. 84)

 

L’auteur :

 

 Christian BOBIN est un écrivain français contemporain, auteur de "fragments", des textes en prose poétiques. Il a connu le succés à partir de 1991 avec Une petite robe de fête. 

 

L’histoire :

 

«Derrière la porte fermée à clé de sa chambre, Emily écrit des textes dont la grâce saccadée n'a d'égale que celle des proses cristallines de Rimbaud. Comme une couturière céleste, elle regroupe ses poèmes par paquets de vingt, puis elle les coud et les rassemble en cahiers qu'elle enterre dans un tiroir. "Disparaître est un mieux." À la même époque où elle revêt sa robe blanche, Rimbaud, avec la négligence furieuse de la jeunesse, abandonne son livre féerique dans la cave d'un imprimeur et fuit vers l'Orient hébété. Sous le soleil clouté d'Arabie et dans la chambre interdite d'Amherst, les deux ascétiques amants de la beauté travaillent à se faire oublier.» 

 

 Ce que j’ai aimé :

 

La dame blanche s'adresse avant tout aux poètes, à ceux qui restent capables de percevoir la beauté du monde derrière les mouvements et les bruits rapides de notre monde. Ceux qui restent rivés aux contingences du monde resteront insensibles à cet écrit, comme ils le sont sans doute à la poésie. 


C'est un livre magnifique - comme tous ceux de Christian Bobin -, lunaire, qui nous fait aimer Emily Dickinson avant même d'avoir lu ses poèmes. Et c'est avec joie que j'irai à la rencontre de sa poésie. 


Le style de Christian Bobin est unique, en parfaite harmonie avec son sujet, il porte la jeune poétesse aux nues.

 

Ce livre est un essai poétique plus qu'une étude sur la poétesse Emily Dickinson. Il commence par la fin de la poétesse, puis retrace par touches certains épisodes de sa vie. Il suggère plus qu'il ne raconte réellement la vie de la jeune femme. Le récit n'est d'ailleurs pas linéaire, revenant en arrière sur l'échelle du temps, puis repartant en avant, au fil des réflexions de l'auteur. L'auteur peint le portrait d'une femme qu'il qualifie de « sainte », retirée des contingences du monde pour s'accorder avec la vie. L'auteur semble très proche de la poétesse, ayant choisi le même style de vie, retiré du monde dans sa campagne, il y trouve son bonheur, porté par son univers poétique. 

 

« Le néant et l’amour sont de la même race terrible. Notre âme est le lieu de leur empoignade indécise. » (p. 44)


Un très beau livre sur une femme hors du commun. Elle apparaît diaphane au travers des pages, rayonnante dans cette vie atypique qui lui fera écrire ses plus beaux poèmes. Si elle s'attache à d'autres personnes, ce sera par touches, passionnément, mais toujours littérairement, dans un monde particulier qui est le sien. Elle perdra ceux qu'elle aimait, et n'aura de cesse de les faire revivre dans ses poèmes. 

 

Un très beau portrait.

 

emily-dickinson.gif

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

- Rien 

 

Premières phrases :

 

 « Peu avant six heures du matin, le 15 mai 1886, alors qu’éclatent au jardin les chants d’oiseaux rinçant le ciel rose et que les jasmins sanctifient l’air de leur parfum, le bruit qui depuis deux jours ruine toute pensée dans la maison Dickinson, un bruit de respiration besogneuse, entravée et vaillante – comme d’une scie sur une planche récallante - ce bruit cesse : Emily vient de tourner brutalement son visage vers l’invisible soleil qui, depuis deux ans, consume son âme comme un papier d’Arménie. La mort remplit d’un coup toute la chambre. »

 

 

 Vous aimerez aussi :

 

 

Du même auteur :  Les ruines du ciel de Christian BOBIN ; La part manquante de Christian BOBIN  ; L’homme-joie de Christian BOBIN  ; Eloge du rien de Christian BOBIN 

 

 

D'autres avis :

 

 

Babélio 

 

 

La dame blanche, Christian Bobin, Folio, 126 p., 4 euros

 

Challenge-Christian-Bobin

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 24/10/2013 10:38


Tiens, je ne l'ai pas lu celui-ci. Je  le note.

kathel 22/10/2013 08:19


Un auteur que je n'ai toujours pas lu... quelque chose m'arrête, mais quoi ? 

clara 22/10/2013 07:54


Toujours pas lu cet auteur.. oui, je sais c'est impardonnable:)!

yuko 21/10/2013 21:09


Difficile de résister à un tel billet ^^merci de ta participation :)

yuko 21/10/2013 19:27


J'espère pouvoir le lire avant la fin du challenge celui-ci ^^ ta critique me donne envie en tout cas ^^

Violette 21/10/2013 18:20


merci pour cette piqûre de rappel : il faut que je relise cet auteur!

luocine 21/10/2013 11:14


Un auteur qu'on aime lire et relire, dont on garde des passages pour soi comme des moments de bonheur .
J elirai ce livre, merci de l'avoir signalé


Luocine

Hélène 21/10/2013 13:17



Exactement, je l'apprécie beaucoup....



cristie 21/10/2013 10:59


J'aime beaucoup ton billet. J'ai juste une grande envie de lire là maintenant tout de suite !

Hélène 21/10/2013 13:18



Oui, lis le...