Une part de ciel de Claudie GALLAY

Publié le par Hélène

                                    

♥ ♥ ♥ ♥ 

"Ici comme ailleurs c'est l'ennui qui fait devenir salaud"

 

Ce que j'ai aimé :

Après avoir reçu un signe de vie de son père, absent de la première heure, Carole retourne dans le village de son enfance là où il lui a donné rendez-vous. Elle y retrouve son frère, Philippe et sa soeur Gaby, et surtout son passé. Jour après jour, dans cette attente suspendue d'un père éternellement fuyant, elle réapprivoise ses souvenirs, bercée par un quotidien qui s'étire entre traduction d'une biographie, repas au bar chez Frankie et visites aux habitants du village. Elle renoue les liens distendus avec Gaby, et avec sa fille adoptée, La Môme, avec Jean, son amour d'adolescence, La Baronne et ses chiens, le vieux Sam.

Carole se laisse bercer par cette vie suspendue entre une séparation récente et le départ de ses filles pour un autre continent, et un avenir flou dans lequel elle devra trouver ses marques. Elle écoute les rêves de chacun : celui du vieux Sam qui espère entendre les paroles de sa femme décédée sur les ailes des papillons papillons monarques car selon lui le bruit de leurs ailes apporte aux vivants  les paroles des morts, celui de Philippe son frère garde forestier qui travaille sur le projet d'un sentier de randonnée qui suivrait les traces d'Hannibal à travers les Alpes, et ceux de sa soeur Gaby qui aimerait quitter sa caravane courant d"air pour une maison en dure, attendant pour ce faire la sortie de prison de son mari Ludo. 

Carole est celle qui est partie aussi éprouve-t-elle quelques difficultés à retrouver sa place dans cette fratrie, d'autant plus qu'elle est hantée par le souvenir de l'incendie de leur maison, quand ils étaient enfants, elle cherche à percer des énignes, à comprendre les sentiments des uns ou des autres, pour mieux vivre elle-même

Claudie Gallay réussit à communiquer l'indicible qui s'immisce entre les strates du quotidien, avec tendresse et douceur, elle évoque les liens ténus qui relient les êtres. 

"Ce qui m’a intéressée, dit-elle, c’est les personnages dans ce lieu, voir évoluer leurs sentiments, les suivre dans des fausses pistes, des prétextes, des doutes. Jean aime-t-il sa femme ? Qu’a vu Gaby le soir de l’incendie qui a détruit leur maison d’enfance ?On croit que… et c’est peut-être autrement. Chacun a sa part de ciel, une petite lumière dans la tête. J’ai glissé des choses légères de la vie, les petites conneries du quotidien, Vanessa Paradis qui se sépare de Johnny Depp."

 

                 

@alpes-photo

 

Ce que j'ai moins aimé :

Il faut se laisser bercer par les mots simples et le quotidien tout aussi répétitif et naturel de Carole. Se laisser enchanter, sinon, on risque de passer à coté de la magie du texte.

Informations sur le livre :

Actes Sud

Premières phrases :

"On était trois semaines avant Noël. J'étais arrivée au Val par le seul train possible, celui de onez heures. Tous les autres arrêts avaient été supprimés. Pour gagner quelques minutes au bout, m'avait-on dit." 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Les déferlantes ; L'amour est une île

D'autres avis :

JérômeAlex ; SandrineSaxaoul ; Sylire 

 

Une part du ciel, Claudie Gallay, Actes Sud, août 2013, 448 p., 22 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Je retrouve à te lire le souvenir intact de ma communion avec Carole et l'apaisement que procure la répétition des gestes du quotidien dans cet environnement préservé.
Répondre
H
Exactement il y a un côté apaisé dans ce roman...
J
C'est très lent, il ne se passe pas grand chose et pourtant j'ai beaucoup aimé. Une auteure que j'aimerais retrouver au plus vite tant elle m'a charmé.
Répondre
H
Idem, j'ai noté "l'or du temps"..
A
Un souvenir de lecture en demi-teinte, finalement.
Répondre
H
;)
A
Je ne le perds pas de vue ce roman, je le prendrai à la bibliothèque ou j'attendrai le poche. Je n'avais pas été enthousiasmée par "les déferlantes", quelque chose me dit que celui-ci me conviendra bien (comme "seule Venise" et "dans l'or du temps".)
Répondre
H
Oh oui "seule venise", j'avais adoré ! Pas lu "L'or du temps", je note !
L
ton billet me donne envie , je vais surement le voir passer à la médiathèque
Luocine
Répondre
H
Je te le conseille
N
Quand je pense que je n'ai toujours pas lu Les déferlantes... Celui ci me tente aussi je dois dire...!
Répondre
M
Ton billet donne envie mais je crains que cette lecture ne soit pas pour moi.
Répondre
S
j'aurais quand même aimé qu'il se passe un petit quelques chose ;-)
Répondre
H
Je te comprends, on entre dans son univers ou pas... Je ne saurais dire à quoi ça tient...
C
J'avais tenté grâce à la médiathèque mais je n'avais pas retrouvé la magie des déferlantes...
Répondre
H
J'ai été autant touchée qu'avec les déferlantes pour ma part. J'ai juste regretté que la montagne ne tienne pas plus de place dans le roman, comme la Hague dans les Déferlantes.