Les temps sauvages de Ian MANOOK

Publié le par Hélène

♥♥♥♥

"Les choses ne sont jamais ce qu'elles sont vraiment si tu les regardes de trop près, petite soeur. La steppe est immense, mais ton regard doit l'envelopper et la parcourir d'en haut comme le vent. Comme la vie." p. 387

Ce que j'ai aimé :

Yeruldelgger revient ! Bon il n'est pas en grande forme dans cet opus, un brin désabusé, l'enseignement des moines s'éloignant à grand pas de son esprit rattrapé par la violence extérieure. Etat d'esprit qui est relativement monnaie courante chez les enquêteurs du nord il faut bien le dire, que l'on parle de Wallander, Varg Veum, Erlendur, Harry Hole...- Heureusement, pour contrebalancer cette morosité Yeruldeggerienne, la jeune Oyun, sa collègue tombe dans les bras d'un beau militaire qui sent bon le sable chaud et ses sens -et son bon sens- vont être malmenés par ce bel hidalgo.

Pendant que Oyun se concentre sur une découverte macabre, Yeruldelgger enquête sur le meurtre d'une ancienne associée et sur la disparition de son fils d'adoption et de Gantulka rencontré dans le premier tome. Les chapitres s'enchaînent, dynamiques, fluides, beaucoup moins violents que dans l'opus précédent. L'enquêteur désabusé traque ses vieux démons et la piste le mène jusqu'en Russie, et même en France, dans le port du Havre. 

Si Yeruldegger est en petite forme, ce n'est pas le cas de Ian Manook dont l'humour et la bonhomie illuminent chaque page. Ses dialogues sont dignes de Audiard :

"- Et qui te dit que j'ai envie de t'entendre, chinetoque ? Les fouille-merde, je les mets pas sur écoute, moi, je les fracasse. Je vais te mettre sur la feuille de match, et pas pour réchauffer le blanc ! Je vais te montrer qui c'est, Rebroff. Aux quatre coins de la toundra qu'on va te retrouver, congelé par petits bouts, façon glace pilée. Moi quand on cherche le brassage, je cogne plus : je slap shot, je drop le puck, je pète la rondelle !

- C'est quoi, ce numéro de hockeyeux à deux kopecks ? Tu ne peux pas lui fracasser un genou sans faire ton cirque ?

- Désolé, monsieur Orlov, s'excusa le géant en triturant sa crosse. C'était juste pour le psychologique. Je veux dire pour la préparation, quoi. La préparation psychologique, vous savez..." p.294

Il nous fait partager sa joie de vivre et nous invite à savourer tous les plaisirs, qu'ils soient culinaires, nous donnant envie de découvrir les spécialités de Mongolie comme les kuushuurs ou les buzz, des raviolis de mouton "Ses raviolis avaient juste la bone taille pour être engloutis d'une seule généreuse bouchée gourmande, et la pâte avait la bonne consistance pour rester en bouche chaude et fumante et ne gicler son gras bouillant qu'au premier coup de dents et ainsi libérer la farce de viande." p. 105 ou encore les spécialités de nos régions normandes -plus accessibles - (brandon à la crème patissière parfumée au vieux calva, galette au sucre, tripes), ou qu'ils soient plus sensuels, agrémentés de dentelle...

En résumé dans ces temps sauvages, vous trouverez des militaires qui sentent bon le sable chaud, des professeurs lettrés, des inspecteurs en sous-vêtements, des méchants, des loups, des yacks qui tombent du ciel, un rapace prénommé Voltaire, des dzüüds glacials, et vous rugirez de plaisir dans cette atmosphère si jubilatoire !

A consommer san modération !

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien ! 

Présentation de l'éditeur :

Albin Michel 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Yeruldelgger 

Autre : Le dernier lapon de Olivier Truc 

Sur la Mongolie : Ciel bleu de Galsan TSCHINAG ; Chaman de Galsan TSCHINAG 

D'autres avis :

sur Babélio

 

Les temps sauvages, Ian Manook, Albin Michel, février 2015, 528 p., 22 euros

 

Merci à l'éditeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Léa Touch Book 24/02/2015 14:05

J'ai adoré ce livre :) !

Hélène 24/02/2015 20:31

Je te rejoins !

Dominique 11/02/2015 09:46

il est sur mon étagère mais j'espère qu'il tient plus ses promesses que le premier que j'avait trouvé très réussi dans sa première moitié puis un peu ennuyeux et peu crédible ensuite

Hélène 11/02/2015 12:20

Il m'a plu pour ma part...

Emma 10/02/2015 11:22

J'ai encore le premier dans ma bibliothèque, il serait temps que je l'en sorte !

Hélène 10/02/2015 12:33

Oui le pauvre ...

Athalie 10/02/2015 10:10

Ton énumération finale me met l'eau à la bouche, mais je commencerai par le premier du coup ! J'avais lu ton billet, mais comme il s'agit d'une série, j'hésitais à me lancer, parce que j'aime bien savoir à quoi m'attendre par la suite. Il y en a beaucoup qui font flop !!!

Hélène 10/02/2015 11:06

Ce qui est bien c'est qu'on est au début de la série, et c'est une série de qualité !

A_girl_from_earth 09/02/2015 22:39

Assez tentée de commencer directement par ce second volet plutôt que le premier qui est noté sur ma LAL depuis sa sortie. Mais m'y retrouverais-je ?... Toujours le problème avec ces polars avec un enquêteur qu'on voit évoluer (et son entourage avec lui) au fur et à mesure des tomes...

Hélène 10/02/2015 08:00

Franchement tu ne saisiras peut-être pas toutes les subtilités mais tu comprendras l'essentiel. J'ai horreur des policiers qui font référence aux tomes précédents et j'ai trouvé qu'ici la suite était habilement menée pour rendre l'ensemble compréhensible au plus grand nombre. Et puis si tu as des questions tu me demanderas ;)

dasola 09/02/2015 17:53

Bonjour Hélène, les spécialités culinaires mongoles m'inspirent peu. En revanche, je compte bien lire ce tome dès que possible ayant apprécié le premier. Bonne fin d'après-midi.

Hélène 09/02/2015 18:39

Je n'ai jamais goûté mais Ian Manook en parle très bien ! bonne fin d'après-midi à toi aussi.

Valérie 09/02/2015 16:17

Ton billet est convaincant mais je n'ai pas assez aimé le premier pour retenter le coup.

Hélène 09/02/2015 18:40

Dans ce cas il vaut mieux te tourner vers un autre effectivement...

keisha 09/02/2015 15:16

Sous les yourtes de Mongolie (Marc Alaux) Une bonne écriture comme je les aime aussi pour les récits de voyage (comme D Lefevre, quoi). Maintenant je deviens très difficile avec les récits de voyage...

keisha 10/02/2015 08:18

Moi aussi le simple descriptif même amélioré ne me suffit plus...

Hélène 09/02/2015 15:25

Oui je me rends compte aussi que je suis difficile, il me faut autre chose que la description jour après jour du voyage. Si tu cites Lefebvre, je note tes yourtes ;)

Aifelle 09/02/2015 13:38

Il va me le falloir ...

Hélène 09/02/2015 15:25

Je crois aussi ;)

jerome 09/02/2015 13:18

Tu me tenterais presque avec un polar ! Mais je vais commencer par replonger dans l'univers d'Erlandur, ce sera déjà pas mal.

Hélène 09/02/2015 13:24

J'ai abandonné Erlendur, trop noir ! Je te conseille Ian Manook, je suis certaine que cela te plaira !

cristie 09/02/2015 10:38

Tu en parles très bien mais il ne m'attire pas plus que ça je l'avoue !

Yv 09/02/2015 09:09

Excellent, mais je ne le trouve pas moins violent, sans doute l'humour plus présent balaye un peu la violence. Je viens de finir mon article (à retoucher sans doute encore) mais je pourrais presque poster le tien à la place, ils se ressemblent beaucoup.

luocine 09/02/2015 08:52

La lecture du précédent ne m'a pas déplu, je vais attendre pour lire celui-la qu'il soit dans ma médiathèque. Ce qui arrivera c'est certain.

Hélène 09/02/2015 09:17

Je te le conseille !

keisha 09/02/2015 08:18

Argh, je ne savais même pas qu'il était paru! Même si je lis actuellement un Transboréal sur la Mongolie...

Hélène 09/02/2015 08:20

Lequel lequel ? Tu peux enchaîner tu ne seras pas dépaysée...

Kathel 09/02/2015 08:17

J'avais trouvé le premier trop violent à mon goût, notamment envers les femmes, et même si l'auteur (bien sympathique) avait expliqué ce choix pour ne pas édulcorer lesdites violences, je ne le relirai pas.

Hélène 09/02/2015 08:19

Le deuxièm est bien moins violent, je pense que l'auteur a pris en compte ces remarques ...