Lecture musicale de Gaël Faye lors du Festival Paris en toutes lettres

Publié le par Hélène

Il apparaît sur scène, altier, unique.

Si l'obscurité l'environne, il illumine la scène, comme un défi lancé aux ténèbres.

Il plonge dans ses racines, il longe les ravines de son passé, il songe à son petit pays.

Ses mots chantent l'insouciance d'une enfance, les défis lancés au sort du haut d'un plongeoir de piscine, la nuit, la fuite dans sa ville endormie, la magie des lumières prometteuses de Bujumbura.

La musique de Samuel Kamanzi offre un écrin doux et ouaté à ses paroles enchantées.

Il chante sa ville, ses bars, ses lumières, ses chansons.

Il loue la vie, la vie qui tourne, la vie qui virevolte sous un air de Papa Wemba, la vie qui palpite, la vie qui crépite.

Puis insidieusement, l'hostilité se glisse. Sournoisement, au détour d'une phrase, d'un sous-entendu, d'un silence...

Puis, l'horreur éclate, nous sommes le 21 octobre 1993.

Plus rien ne sera comme avant...

Et pourtant... Et pourtant... La vie reste plus forte.

Toujours...

"On ne doit pas douter de la beauté des choses, même sous un ciel tortionnaire. Si tu n’es pas étonné par le chant du coq ou par la lumière au-dessus des crêtes, si tu ne crois pas en la bonté de ton âme, alors tu ne te bats plus, et c’est comme si tu étais déjà mort."
 

 

Publié dans Festival

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
<3
Répondre
H
#TeamGaël !
V
superbe rencontre ! Je l'ai d'abord connu pour sa musique, il me tarde maintenant de le lire...
Répondre
H
J'adore aussi ses chansons !
Z
Tu en parles très bien. Sûrement un moment inoubliable
Répondre
H
Oh oui, Gaël Faye ne laisse pas indifférent !
B
Belle chronique, qui rend compte à merveille de ce que tu as ressenti !
Répondre
H
J'étais fascinée !
M
C'est superbe ! Merci Hélène
Répondre
H
merci !
L
très beau poème! merci
Répondre
H
merci !